Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Ecoconstruction

L'association Bâtiment bas carbone est née

le 30/10/2015

L'association Bâtiment bas carbone (BBCA) a été officiellement lancée cette semaine. Portrait de la structure et de son président, Stanislas Pottier, directeur du développement durable du Groupe Crédit Agricole.

L'association Bâtiment bas carbone est née

« Lorsque l’on m’a proposé la présidence de la nouvelle association Bâtiment bas carbone, BBCA, j’ai accepté avec plaisir !, retrace Stanislas Pottier, directeur du développement durable du Groupe Crédit Agricole. Car la démarche est très intéressante et très innovante : les professionnels du bâtiment se réunissent autour de la problématique bas carbone, essaient de la faire avancer et envisagent les enjeux climatiques comme des opportunités. » C’est ainsi qu’une cinquantaine d’investisseurs, promoteurs, utilisateurs, architectes, bureaux d’études et d’ingénierie et constructeurs ont participé au lancement officiel de l’association ce lundi 26 octobre. Parmi lesquels donc le Crédit Agricole, concerné par le sujet à travers ses filiales Crédit Agricole Immobilier (promoteur, gestionnaire de site), Square Habitat (réseau d’agences immobilières), Amundi (gestion d’actifs)…

Premier objectif de BBCA : mettre au point un référentiel de mesure de l’empreinte carbone des bâtiments tout au long de leur cycle de vie. « Comme c’est un nouveau sujet, il nous faut un référentiel partagé et solide, que nous souhaiterions voir sortir en 2016. Nous travaillons également avec les organismes labellisateurs pour la mise au point d’un label à partir de ce référentiel, qui permette d’inciter les professionnels à améliorer leurs pratiques. Enfin, nous souhaitons montrer que le bâtiment bas carbone est déjà faisable, dans le même ordre de prix que les autres bâtiments et avec les techniques dont nous disposons aujourd’hui. Nous référençons pour cela des bâtiments exemplaires existants. »

L’association espère qu’à terme, ces travaux seront repris par les organismes publics pour donner de l’ampleur au mouvement et appuyer son développement à l'international. Une perspective qui n'effraie pas lStanislas Pottier. Il a auparavant été économiste à la Banque mondiale à Washington, puis, entre autres, conseiller spécial auprès de Michel Rocard pour les négociations internationales sur l’Arctique et l’Antarctique de 2009 à 2011. Michel Rocard est d’ailleurs membre d’honneur de BBCA.

ACo

Commentaires (0)
Commenter cet article
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message