Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Paysage

Des épineux protègent les voies

le 29/03/2012

La SNCF Transilien plante une première clôture végétale à Paris. Composé d’épineux ce "barbelé végétal" remplace des clôtures métalliques classiques aux abords des voies.

Des épineux protègent les voies

Déjà testée sur plusieurs gares d’Ile-de-France, la formule présente de nombreux avantages : la clôture végétale est infranchissable, ne tente pas les voleurs de métaux et est intéressante environnementalement, tant du point de vue la végétalisation de l'espace urbain que du bilan carbone de l'opération. Le prix est très variable, de 30 à 300 euros le mètre en fonction de l’espèce, du nombre de rangées installées, de l’ajout ou non de barbelés, etc. « C’est en tout cas moins cher que de devoir tous les mois remplacer un grillage forcé », nous expliquait Chantal Vautier, déléguée sûreté pour le réseau Transilien àla SNCFlors des premières expérimentations. Et l’idée n’est pas neuve. Le pépiniériste Daniel Soupe installe depuis bientôt vingt ans ses haies défensives autour de prisons et a créé, en 2004, l’entreprise Sinnoveg afin de développer l’usage des clôtures végétales. Convaincre les premiers clients a cependant « été très dur, car les gens se disaient que c’était trop simple », se souvient-il. Soupe. Depuis, la bouture a pris, car le système a fait ses preuves. Pour preuve, on le découvre autour des gares, déchèteries, zones de captage d’eau potable, usines, aéroports ou encore établissements scolaires.  

EA/DB

Commentaires (0)
Commenter cet article
Dossiers & documents
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message