Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Pollution lumineuse

Obligation d'extinction d'éclairage : Strasbourg by night est passée au crible

le 10/03/2014

Huit mois après l'entrée en vigueur de l'arrêté rendant obligatoire l'extinction nocturne des éclairages des façades des bâtiments non résidentiels, un bureau d'étude est allé voir sur le terrain si la mesure est bien appliquée. Les résultats pour Strasbourg viennent d’être révélés.

Obligation d'extinction d'éclairage : Strasbourg by night est passée au crible

Entré en vigueur en juillet dernier, l’arrêté du 25 janvier 2013 prescrit des extinctions nocturnes d’éclairages aux « locaux à usage professionnel », aux vitrines de magasins et aux éclairages des façades des bâtiments non résidentiels. Mais sont-elles appliquées sur le terrain ? Après avoir mené une campagne de mesures sur les bâtiments publics de la ville de Paris, à la demande du ministère, le bureau d’études B&L évolution a peaufiné cette spécialité en allant voir ce qui se trame à Strasbourg. Des études équivalentes sont prévues dans d’autres villes, sans en dire plus pour l’instant.

La capitale européenne n’est pas blanche comme neige. Malgré ses efforts, qui lui valent d’être citée dans un autre bilan dressé le mois dernier par l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement (Anpcen), la ville n’a, sur l’échantillon étudié, qu’un quart de ses bâtiments administratifs et culturels (musées, opéra, préfecture, bibiliothèque, chambre de commerce) éteints après 1 heure du matin. C’est l’éclairage de leurs façades qui suscite le plus de résistance. Dans les commerces, trois campagnes de mesures ont permis de déceler « des écarts très importants dans la mise en application du décret ». Avec des cas « de taux d’éclairage élevés, allant jusqu’à plus de 40 % […] et même plus de 50% dans le cas de la place Kléber ».

Que signifient de tels écarts ? Pour le bureau d’études, cet état des lieux démontre que « les campagnes de communication menées jusqu’ici pour faire connaître l’arrêté et son entrée en vigueur n’ont pas touché l’ensemble des acteurs concernés, et qu’il est nécessaire de poursuivre les démarches de sensibilisation, si nécessaire en les adaptant en fonction du public à atteindre ».

 

MB

Le site de B&L évolution

Commentaires (0)
Commenter cet article
Le groupe enviroclub
Territoires et politiques durables
Dossiers & documents
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message