Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Énergies renouvelables

Enquête : à quoi ressemble l'industrie éolienne en France ?

le 18/01/2016

Le secteur éolien comprend une industrie répartie sur tout l'Hexagone. Ces entreprises ont massivement embauché en 2015, grâce au développement des projets terrestres, mais beaucoup se positionnent déjà sur l'éolien en mer.

Enquête : à quoi ressemble l'industrie éolienne en France ?

Entre 2014 et 2015, les effectifs de la filière éolienne en France ont augmenté de 33 % dans l'ingénierie et la construction, de 25 % dans la fabrication des composants et de 8 % dans la maintenance. Ces chiffres sont issus de la deuxième édition de l'Observatoire de l'éolien, réalisé par BearingPoint pour France énergie éolienne (FEE). Chaque entreprise a été interrogée sur le volume de ses effectifs consacrés à l'éolien. Après de belles années vers 2010, le marché de l'éolien a connu de fortes turbulences entre 2012 et 2014. Mais les entreprises ont résisté, motivées par les perspectives de croissance à long terme. Elles ont, par exemple, envoyé des équipes à l’étranger ou renforcé leurs activités hors éolien. Le marché retrouve aujourd’hui de belles perspectives.

Du nucléaire à l'éolien

Dans cette filière, le risque de délocalisation est faible car les pièces sont généralement lourdes, encombrantes et difficiles à transporter. « La France est le premier pays d'Europe en termes d'emplois par mégawatt éolien installé, mais on en parle peu car nous n'avons pas de têtes d'affiches. Par exemple, l'entreprise Rollix équipe 90 % du marché mondial en couronnes d'entraînement, c'est remarquable ! », s'enthousiasme Sonia Lioret, déléguée générale de FEE. Pour elle, l'enjeu n'est pas de fabriquer absolument tous les composants sur le territoire national, la France se devant surtout d'être positionnées sur des marchés stratégiques.

« Les exigences des filière historique du nucléaire et du ferroviaire sont proches de l'éolien avec la fabrication de grosses pièces en petite quantité. Les fabricants de composants éoliens sont souvent des entreprises venant de ces secteurs qui ont diversifié leurs activités », raconte Sonia Lioret. « Par contre, les constructeurs de machines étaient des entités travaillant à 100% dans l'éolien à leur création. » Pour la maintenance, certaines entreprises sont spécialisées, comme Heliopales, et d'autres non. Ainsi, le deuxième employeur français en maintenance éolienne en terme d'effectifs est une entreprise d'intérim spécialisée dans le travail en hauteur : Agrafe.

Une usine fin 2016

Nombre d'entreprises anticipent un démarrage rapide de la filière éolienne en mer mais, à l'heure actuelle, la production à grande échelle n’a pas encore démarré. General Electric, qui a récemment acheté les activités Énergie d'Alstom, a achevé la construction de deux usines près de Saint-Nazaire. « Aujourd'hui plus de 100 personnes y travaillent et les usines devraient accueillir à terme 300 personnes. La première machine est destinée au Danemark. Les cinq suivantes, à un parc situé aux États-Unis », indique Nicolas Serrie, responsable de l'activité de l'éolien offshore en France pour GE. L'entreprise construira ensuite les machines destinées aux trois parcs éoliens en mer français remportés en 2012.

La construction d'une usine à Cherbourg est également envisagée, mais son planning dépendra de l'avancée des projets. De son côté, Adwen est une co-entreprise entre Areva et Gamesa. Elle a remporté trois parcs en mer et fabrique actuellement son premier prototype. L'entreprise devrait débuter la construction de son usine d'assemblage au Havre fin 2016. La date pourrait néanmoins être repoussée par d'éventuels recours administratifs sur les parcs.

> Retrouvez la version complète de cette enquête dans le prochain supplément énergie d'Environnement Magazine.

LB

Commentaires (0)
Commenter cet article
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message