Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Énergies renouvelables

L'éolien cherche un nouveau souffle en France

le 22/01/2016

France Énergie Éolienne a dressé le bilan de la filière pour l'année 2015. Un bilan positif, mais encore insuffisant pour atteindre les objectifs français en matière de transition énergétique.

L'éolien cherche un nouveau souffle en France

La reprise se confirme pour l'éolien français. « La filière s'est stabilisée en 2015 », observe Frédéric Lanoë, président de France Énergie Éolienne (FEE). Ce 21 janvier, l'association professionnelle a dressé le bilan de l'année écoulée. Le résultat est plutôt positif : la capacité éolienne installée en France en 2015 a atteint 1073 MW, selon l'association. C'est l'équivalent de l'année précédente : 1042 MW avaient été raccordés en 2014. « On est sur un mouvement de fond. La filière va mieux et reprend confiance dans le marché français », abonde Sonia Lioret, déléguée générale de France Énergie Éolienne. Il faut dire que la filière a été plombée pendant plusieurs années à cause de perturbations réglementaires. Ainsi, seuls 672 MW avaient été installés en 2013. L'année 2014 avait été marquée par un redémarrage et 2015 confirme la tendance. Fin décembre, le parc éolien total français représentait 10293 MW, toujours selon FEE. Deux grandes régions portent la filière : Nord Pas-de-Calais Picardie et Alsace Champagne Ardenne. A elles deux, elles ont accueilli 60 % de la capacité construite l'an dernier.

 

Mais il va falloir accélérer le rythme. Pour que la France atteigne les objectifs fixés par la loi de transition énergétique, c'est 1300 à 1500 MW par an qu'il va falloir installer à court terme. Pour changer de vitesse, les professionnels réitèrent leurs demandes aux pouvoirs publics. « Nous appelons de nos vœux une instruction plus rapide et plus efficace des dossiers », insiste Frédéric Lanoë. « Avec un véritable permis unique. » Les démarches déjà entamées en ce sens ne suffisent pas aux professionnels de l'éolien. « Il faut à tout prix assouplir les contraintes spatiales », ajoute le président de FEE. Par exemple, sur les restrictions d'implantation à cause de la présence de radars. De véritables avancées ont été faites avec Météofrance. Mais reste le cas des radars militaires : « nous attendons beaucoup de la publication d'un décret », pointe Sonia Lioret. Nous demandons de la transparence en amont des projets sur les règles appliquées par le ministère de la Défense pour limiter les zones éoliennes ». Autre serpent de mer de la filière : la multiplication des recours de la part des opposants. France Énergie Éolienne demande la suppression d'un niveau de recours pour les projets terrestres, comme cela a été fait pour l'éolien en mer. Concernant l'offshore, justement, la filière est toujours dans l'attente d'un troisième appel d'offres. Et espère qu'il sera ambitieux.

TB

Commentaires (0)
Commenter cet article
L'auteur
mon avatar
Thomas Blosseville

Chef de rubrique
Environnement Magazine

Présentation : Je coordonne les sujets liés à la transition énergétique, au smart grid et au climat pour le groupe Environnement Magazine.

Voir tous ses articles Voir son profil
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message