Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Mobilité

Un capteur de covoiturage présenté aux Rencontre de la Mobilité intelligente

le 27/01/2016

Compter les passagers d’un véhicule n’est pas chose aisée. Le Cerema a pourtant validé un capteur mis au point par Xerox.

Un capteur de covoiturage présenté aux Rencontre de la Mobilité intelligente

Pour développer le covoiturage, tout le monde s’y met : les exploitants d’autoroute avec la modulation des tarifs de péage, les autorités organisatrices de transport pour places réservées dans les parkings, ou des voies spécifiques… Mais comment savoir si le véhicule transporte effectivement plusieurs occupants ? Avec un capteur capable de compter le nombre d’occupants d’une voiture. Développé par Xerox, il vient d’être validé par le Cerema Centre-Est, et présenté lors des Rencontres de la mobilité intelligentes qui se tiennent les 26 et 27 janvier 2016 à Paris.

« Ce capteur, développé par Xerox aux États-Unis, utilise l’infrarouge proche. Il n’est pas perturbé par les pare-brise athermiques, l’obscurité ni les conditions météorologiques », explique Alexis Bacelar, chef de projet au Cerema Centre-Est. Les capteurs infrarouges thermiques n’ont pas été retenus car ils sont sensibles à la chaleur du moteur et de l’habitacle. Une autre innovation réside dans le logiciel de traitement d’image, développé au centre de Grenoble de Xerox, qui permet de détecter les voitures sans passager avec une précision à 95 % ! toutes conditions confondues, le capteur est capable de compter le nombre de personnes dans une voiture dans 93,5 % des cas.

Cette solution a été validée à la frontière franco-suisse, au poste-frontière de Jougne/Vallorbe, dans le Doubs. Le capteur, installé pendant trois semaines en mai-juin 2015, prenait deux photos, de face et de profil, pour détecter le nombre de passagers à l’avant et à l’arrière du véhicule. Une vitesse de 60 km/h, une densité de 7 000 véhicules par jour (dont 3 000 entre 5 h et 8 h), des vitres teintées, la pluie : rien n’a diminué les performances du capteur. Les résultats du comptage sont en ligne avec une enquête sur la faisabilité d’une voie réservée au covoiturage, réalisée début 2013. Il était alors apparu qu’un tiers des personnes voyageaient en covoiturage, et un autre tiers était prêt à adopter cette pratique.

« Cette solution pourrait particulièrement intéresser les exploitants routiers, que la loi sur la transition énergétique incite à promouvoir le covoiturage », indique Alexis Bacelar.

AC

Commentaires (0)
Commenter cet article
Dossiers & documents
Environnement Magazine
Environnement Magazine
Voir tous les dossiers
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message