Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Mobilité électrique

Lyon-Confluence : l’expérimentation franco-japonaise SunMoov’ s’achève

le 08/02/2016

Après deux années d'expérimentation, le service d’auto-partage électrique SunMoov’ arrive à son terme. Bilan.

Lyon-Confluence : l’expérimentation franco-japonaise SunMoov’ s’achève

Lancée fin 2013 à Lyon-Confluence, l’expérimentation SunMoov’, conduite par la Métropole de Lyon, le Nedo -équivalent japonais de l’Ademe-, Toshiba et Proxiway (groupe Transdev), a pris fin au 31 décembre dernier comme prévu. Il s’agissait, explique Naoki Yamaguchi, responsable du projet pour Toshiba Corp, de « la création d’un service d’autopartage de véhicules électriques dans un quartier (Confluence) et d’un système de pilotage de leur recharge par des sources locales de production d’énergies renouvelables ». Initialement, la première de ces sources devait être les panneaux photovoltaïques de 3 immeubles à énergie positive. « Ceux-ci n’étant pas sortis de terre à temps, ceux du siège de la Région Rhône-Alpes, dans le même quartier, ont été utilisés, explique Gilles Vesco, élu à la mobilité à la Métropole. Le reste a été fourni par la CNR, comme prévu ».

 

Le « Micro-energy management system » de Toshiba collectait des données sur les locations et restitutions des véhicules, leur utilisation et celle des bornes de recharge, et les prévisions de production d’énergie par les panneaux photovoltaïques. Grâce à quoi il pouvait décider du meilleur moment et de la durée de la recharge (rapide en 30 minutes ou normale). Selon Naoki Yamaguchi, Toshiba a pu, grâce à SunMoov’, « homogénéiser les systèmes de communication web français et japonais. » Par ailleurs, « le taux d’utilisation de l’énergie produite par les panneaux photovoltaïques utilisés pour la recharge de ces véhicules a été de 67 % en moyenne, et même de 80 % « lors des longues journées d’été ». Toshiba pense « valoriser » ce système, qui permet « de lisser les fluctuations des énergies renouvelables ». 

 

La Métropole, à qui les stations ont été transférées, étudie plusieurs idées d’utilisation. «Avec 200 abonnés, la pertinence de l’autopartage électrique a été prouvée, assure Gilles Vesco. Et Bolloré est déjà preneur de 3 d’entre elles pour son service Bluely ». Les données devront toujours être communiquées au Nedo.

V. V.-L./Pl. T.

Commentaires (0)
Commenter cet article
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message