Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Électricité

En pleine transition énergétique, EDF est pris dans la tourmente

le 17/02/2016

L'énergéticien français a présenté ses résultats annuels dans un contexte de marché difficile. En pleines discussions sur la programmation pluriannuelle de l'énergie, EDF réclame de la visibilité sur l'avenir de son parc nucléaire. Les ONG, elles, demandent la fermeture de 5 à 8 réacteurs dès 2018.

En pleine transition énergétique, EDF est pris dans la tourmente

Le navire EDF tangue. En présentant le 16 février ses résultats financiers, l'énergéticien s'est félicité d'avoir tenu ses engagements. Mais il a surtout affiché ses doutes sur l'avenir. EDF est pris en étau entre une demande d'électricité atone et un développement des capacités de production renouvelables. Le résultat ? Un marché en situation de surcapacité. « Nous vivons aujourd'hui des turbulences plus fortes qu'attendues », reconnaît Jean-Bernard Levy, son PDG (photo). « En particulier, sur les marchés de gros de l'électricité en France et en Europe de l'Ouest avec des prix en baisse de 30 % sur les 6 derniers mois. »


 
 

Pour faire face à cette situation, EDF veut maîtriser ses coûts. Il a déjà baissé ses charges d'exploitation de 1,4 % en 2015, soit 300 millions d'euros environ, par rapport à 2014. Il veut encore les réduire de 700 millions d'euros d'ici à 2018. Il va diminuer ses investissements nets : 10,5 milliards d'euros en 2018, contre 12,7 milliards en 2015. Hors nouveaux développements, qui seront financés par des cessions d'actifs. EDF appelle aussi à revoir la structure du marché de l'électricité, avec notamment l'instauration d'un prix plancher du carbone en Europe. Mais l'enjeu se joue également en France.


 
 

Un coût de 100 milliards d'euros


 
 

« Nous demandons plus de visibilité sur le parc nucléaire », pointe Thomas Piquemal, directeur exécutif du groupe. L'an dernier, la loi de transition énergétique a créé la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). Cette PPE va définir l'évolution du mix énergétique, filière par filière. La première version en cours d'élaboration va fixer des objectifs pour 2018 et 2023. La loi prévoit certes une baisse de la part du nucléaire à 50 % de la production d'électricité d'ici à 2025. Mais cela ne dit rien du nombre de réacteurs à fermer. Tout dépendra du volume total d'éléctricité produite et du déploiement des sources renouvelables.


 
 

EDF consent à fermer deux réacteurs en échange du démarrage de l'EPR de Flamanville pour ne pas dépasser le plafond de puissance fixé par la loi. Mais son PDG confirme sa volonté de prolonger la durée de vie des 56 autres au-delà des 40 ans prévus. Cette stratégie suppose d'en passer par un programme de maintenance. La Cour des Comptes vient de chiffrer son coût à 100 milliards d'euros d'investissements et de charges d'exploitation entre 2014 et 2030. Les ONG environnementales défendent une autre voie. Elles viennent de livrer leur scénario pour atteindre les objectifs fixés par la loi. Elles appellent à fermer 5 à 8 réacteurs d'ici à 2018, puis 19 à 24 supplémentaires d'ici à 2023. Et à déployer 28 à 29,5 gigawatts (GW) de capacités éoliennes terrestres et solaires d'ici 2018, puis 53 à 58 GW d'ici 2023.

 

TB

 

Les résultats annuels d'EDF
Le rapport de la Cour des comptes sur la maintenance des réacteurs nucléaires
La programmation pluriannuelle de l'énergie défendue par les ONG

Commentaires (0)
Commenter cet article
L'auteur
mon avatar
Thomas Blosseville

Chef de rubrique
Environnement Magazine

Présentation : Je coordonne les sujets liés à la transition énergétique, au smart grid et au climat pour le groupe Environnement Magazine.

Voir tous ses articles Voir son profil
Dossiers & documents
Agenda professionnel
Les prochains évènements
Énergie et climat
Tous les évènements Énergie et climat
Tous les évènements Proposer un évènement
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message