Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Métaux critiques

Identifier les gisements et les axes d'innovation pour recycler les métaux critiques

le 10/12/2015

À l'initiative du CVT AllEnvi*, une étude sur le recyclage des métaux critiques a été lancée en avril 2015. La publication des résultats est prévue début 2016. L'objectif, sur la base d'une cinquantaine d'entretiens, a été d'identifier les gisements et les acteurs en présence (publics et privés), les axes d'innovation sur les 10 prochaines années et les opportunités d'applications pour la R et D.

Identifier les gisements et les axes d'innovation pour recycler les métaux critiques

Le CVT a retenu 24 métaux critiques (terres rares, platinoïdes mais aussi cuivre, étain, nickel) pour mener ses travaux et s'est focalisé sur des produits en fin de vie comme les DEEE, les batteries et les catalyseurs. Un tour des pratiques de collecte et de recyclage a été réalisé dans plusieurs régions du monde (Chine, Japon, Amérique du Nord et Europe).

Entre 2010 et 2015, la publication d'articles académiques sur l'extraction des métaux, les gisements et la séparation a placé la Chine en tête car l’État oblige les universités à publier leurs travaux, si modestes soient-ils. En France, cette démarche est plutôt relevée par le CNRS et le BRGM mais reste au final assez faible sur le recyclage des métaux. Les brevets quant à eux sont nombreux avant 2006 en particulier dans l'industrie allemande (automobile, chimie et métallurgie). Toutefois, l'enquête montre que le nombre de brevets ne reflète pas forcément l'état de l'innovation. Dans de nombreux cas, les industriels restent discrets sur leurs procédés.

Autre donnée, celle sur les investissements. La société Erdyn pour le compte du CVT s'est penchée sur 37 sites industriels dans le monde pour la période 2010-2015, où l'on perçoit des engagements financiers importants dans tous les secteurs (batteries lithium-ion, circuits imprimés, aimants permanents, lampes fluorescentes). Un focus sur les leviers technologiques a mis en avant deux procédés : la pyro et l'hydrométallurgie. Utilisés depuis longtemps dans l'industrie de la métallurgie, ces procédés n'ont pas que des avantages.

La gestion lourde et coûteuse des lixiviats, des boues ou des effluents gazeux toxiques incite les industriels européens à trouver des pistes d'amélioration. Cet état des lieux montre notamment en Europe le rôle majeur du secteur minier et métallurgique, tant sur le savoir-faire apporté aux techniques de recyclage que sur la consommation finale des métaux recyclés. Mais aujourd'hui, on peut s'interroger sur leur devenir en Europe et en France, où la santé de l'industrie des métaux s'est gravement dégradée. Si l'Europe a les compétences et l'innovation pour recycler les métaux critiques, pas sûr néanmoins, que ces nouvelles matières restent sur place.  

* Centre de ressources et d'expertise de l'alliance de recherche pour l'environnement

Catherine Moncel

Commentaires (0)
Commenter cet article
Dossiers & documents
Environnement Magazine
Environnement Magazine
Voir tous les dossiers
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message