Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Ecophyto

L'envolée des pesticides continue

le 09/03/2016

Le ministère de l'Agriculture vient de rendre publiques les données sur les produits phytosanitaires en 2014. Implacablement, la consommation augmente. Sauf dans les fermes Dephy, qui prouvent qu'une autre agriculture est possible.

L'envolée des pesticides continue
 Xavier Remongin/Min.agri.fr

Comme chaque année, à la même période, le ministère de l'Agriculture fait le bilan du programme Ecophyto, qui travaille à la réduction de l'usage des produits phytosanitaires. Et chaque année, les chiffres augmentent.
En 2014, la progression de l'usage des produits phytosanitaires augmente de 9,4 % par rapport à 2013, et de 5,8 % entre 2012 et 2014 – les chiffres calculés sur trois ans permettent de lisser les variation saisonnières annuelles.
Exprimés en tonnage, les chiffres sont encore plus parlant : + 16 %, soit un total de 58 989 tonnes pulvérisés dans les champs français en 2014. Pire, les substances CMR (cancérigènes, mutagènes, reprotoxiques) s'envolent avec une progression de 22,6 %. Le tout, pour des rendements plutôt stables depuis 2009.
Pour rappel, le programme Ecophyto devait aboutir à une réduction de l'usage des produits phytosanitaires entre 2013 et 2018. Faute de résultat, Ecophyto a été lancé à l'automne dernier, avec des délais plus modestes : une réduction de 25 % d'ici à 2020, puis d'ici à 2025. Mais la trajectoire n'est toujours par amorcée.

Des conséquences pour l'environnement
Inévitablement, les principes actifs et leur résidus se retrouvent dans l'eau. En 2013, 92 % des 2950 points de surveillance suivis par les agences de l'eau sont contaminés par au moins une substance active, et jusqu’à 10 substances dans la moitié des cas. En général, la teneur globale est faible, mais dépasse 0,5 microgramme/litre dans 14 % des cas. Quant aux produits agricoles, ils dépassent les limites réglementaires de contamination dans 3 % des cas.
Pourtant, cultiver avec moins de pesticides semble possible. C'est ce que démontrent les résultats des fermes pilotes Dephy : baisse de l'IFT de 10 % dans les grandes cultures et l'élevage, de 12 % en arboriculture et viticulture, de 15 % en légumes et de 38 % en horticulture. Sans diminuer le revenu de l'exploitation. Et le réseau grandit : 1 900 exploitations agricoles Dephy en 2014, et 3 000 à ce jour.
Dans les zones non-agricoles (espaces verts, jardins, infrastructures), le bilan est mitigé, avec une baisse de 2,2 % entre 2011 et 2014, mais une augmentation de 10 entre 2013 et 2014.

Le biocontrôle progresse
Parallèlement, les produits de biocontrôle (Nodu vert, à 95 % du soufre) progressent de 4,9 % entre 2013 et 2014 (11 232 tonnes). Les communes, qui ne pourront utiliser que des produits de biocontrôle à partir du 1er janvier 2017, amorcent la transition : 400 ont atteint le « zéro phyto » en 2014. Pour inciter les agriculteurs à changer leurs habitudes, un nouveau mécanisme expérimental doit être testé cette année : les certificats d'économie de produits phytosanitaire (CEPP), similaires au certificats d'économies d'énergie, devraient entrer en vigueur en juillet 2016. 

Albane Canto
Commentaires (0)
Commenter cet article
L'auteur
mon avatar
Albane Canto

Journaliste
Canto

Présentation : Journaliste, je suis principalement les sujets santé-environnement, cleantechs, déchets et eau.

Voir tous ses articles Voir son profil
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message