Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Milieux aquatiques

Une faune plus riche dans les rivières françaises

le 14/06/2016

Une étude Irstea montre que la diversité des populations de macro-invertébrés a augmenté de 42 % en 25 ans grâce à l'amélioration de la qualité de l'eau mais aussi de manière plus étonnante grâce aux effets du changement climatique.

Une faune plus riche dans les rivières françaises
reportage photo de Denis Palanque sur le PALANQUE Denis

Le changement climatique n'a pas toujours des effets négatifs. Une récente étude menée par des chercheurs de l'Irstea de Lyon montre ainsi que les macroinvertébrés (insectes, mollusques ou crustacés mesurant plus de 0,5 mm) semblent en avoir profité. Entre 1987 et 2012, la richesse en macro-invertébrés dans les cours d'eau français a augmenté de 42 % se traduisant par une augmentation de l'Indice biologique global normalisé (IBGN) qui sert à mesurer la qualité biologique d'un cours d'eau dans le cadre de la directive cadre sur l'eau. « On constate une augmentation de deux points d'indice IBGN. On passe de 12 à 14 en moyenne et en tendance », précise Yves Souchon, chercheur à l'Irstea qui a participé à l'étude.

Au delà de la qualité, les populations de macro-invertébrés ont aussi augmenté en quantité. Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont compilé les données de 150 stations réparties sur l'ensemble du territoire. Elles ont été choisies car elles disposaient de données détaillées depuis 1987. Ils ont observé cette amélioration quasiment partout en France. « Entre les années 90 et 2000, on explique cette augmentation par l'amélioration de la qualité de l'eau (phosphore et oxygène par exemple). Mais à partir des années 2000, c'est l'augmentation modérée de la température de l'eau estimée à 1°C environ qui a bénéficié à un grand nombre de macro-invertébrés quelle que soit l'espèce », détaille Yves Souchon. La  production d'algues a été amplifiée et c'est toute la chaîne alimentaire des macro-invertébrés qui comprend des herbivores et des prédateurs qui en a profité. Mais le chercheur reste prudent. « Si les températures augmentent encore et que les débits diminuent l'effet pourrait au contraire devenir négatif », explique-t-il.

Il s'agit maintenant de renforcer les données dans les périodes-clefs identifiées et d'interpréter les résultats par rapport à d'autres variables climatiques telles que le débit des cours d'eau. 

Pauline Rey-Brahmi

Commentaires (3)
Hervé Décourcière

Hervé Décourcière
Chargé d'études, Teleos
le 15/06/2016 à 15h22

C'est très dangereux de véhiculer de telles conclusions. Le cocktail "augmentation de températures et production algale" ne "profite" pas aux hydro-systèmes en équilibre et certainement pas à "toutes les espèces" présentes dans les milieux aquatiques, sauf dans certains cas d'état dégradés.

Signaler un abus
Sebastien Versanne-Janodet

Sebastien Versanne-Janodet
Psdt, AAPPMA TN
le 15/06/2016 à 13h45

Ces résultats semblent bien étranges... tout d'abord parce que l'augmentation de la température va induire un "déplacement" des espèces de l'aval vers l'amont, ce qui peut localement augmenter la diversité, mais celle ci n'est qu'un leurre puisqu'elle correspond à une réduction des aires de répartition des espèces les plus sensibles à ce paramètre... et donc à un affaiblissement de la diversité dont l'évaluation locale n'a AUCUNE signification écologique. Ensuite parce qu'une note IBGN de 12 ou même de 14 correspond à un état d'altération manifeste. L'amélioration "mesurée" n'en n'est donc pas une, mais une espèce de retour à une situation moins anormale. Enfin, parce que l'IBGN n'a jamais permis de mesurer des aspects quantitatifs, et qu'on peut bien se demander comment l'Irstea arrive à exploiter de tels résultats avec un outil qui ne permet pas de les mesurer...

Signaler un abus
Marie Meziere-Fortin

Marie Meziere-Fortin
hydrobiologiste
le 15/06/2016 à 11h48

La température augmente, la typologie augmente, la richesse spécifique augmente. En quoi est-ce un impact positif ? Considérer que l'augmentation des algues est bénéfique à la qualité des rivières est tout bonnement honteux...

Signaler un abus
Commenter cet article
L'auteur
mon avatar
Pauline Rey-Brahmi

Journaliste
Hydroplus

Présentation : Je suis les sujets liés au petit et au grand cycle de l'eau pour Hydroplus et Environnement Magazine.

Voir tous ses articles Voir son profil
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message