Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Pollution

L’Europe suffoque, une nouvelle directive sur la pollution de l’air est adoptée

le 12/12/2016

Le 8 décembre 2016, alors que de nombreuses villes européennes subissent le plus haut pic de pollution de l’année, le Conseil de l’Union européenne a adopté la nouvelle directive européenne sur la qualité de l’air. Malgré une abstention (Croatie) et cinq votes négatifs (Pologne, Danemark, Lituanie, Roumanie et Hongrie), le texte « devrait entrer en vigueur le 31 décembre 2016 » selon le communiqué de presse du Conseil.

L’Europe suffoque, une nouvelle directive sur la pollution de l’air est adoptée
 FT/EM
Après presque trois ans d’hésitations, les institutions de l’Union européenne se sont accordées sur un texte visant à réduire la pollution. Ses objectifs : réduire les risques sanitaires et les effets sur l’environnement de la pollution atmosphérique, et aligner le droit de l’Union sur les engagements pris au niveau international. Pour ce, la directive plafonne les émissions maximales autorisées annuellement pour chaque pays. Jusqu’en 2029, les limites sont les mêmes que celles prévues par la version révisée du protocole de Göteborg que les Etats membres se sont engagés à respecter, mais à partir de 2030, de nouvelles restrictions sont envisagées.

Selon Làszlò Sòlymos, ministre slovaque de l’environnement et président du Conseil, « ces nouvelles règles sauveront des vies et amélioreront la santé des citoyens de l’UE ». Pourtant, ces bonnes intentions sont loin d’être suffisantes, comme le dénoncent le Bureau européen de l’environnement, Réseau Action Climat ou encore France Nature Environnement.

En effet, si le durcissement des mesures anti-pollution devrait permettre de réduire d’environ 50% d’ici 2030 (par rapport à 2005) le nombre de décès prématurés imputables à la pollution de l’air au sein de l’Union, en supposant la pleine application du texte, « autour de 250 000 européens seront susceptibles de mourir chaque année prématurément à cause de la pollution atmosphérique » souligne Louise Duprez du Bureau européen de l’environnement.

De surcroit, les efforts ont été considérablement limités pour le monde agricole, qui participe pourtant largement à la pollution atmosphérique. Ainsi, les Etats ont réussi à exclure le méthane  du champ de la directive, malgré la volonté de la Commission de l’inscrire à la liste des pollutions donnant lieu à des plafonds d’émissions. Les règles se limitent d'ailleurs à cinq polluants : le dioxyde de soufre, les oxydes d’azote, les composés organiques volatils non méthaniques, les particules fines et l’ammoniac.

Pour certains pays, dont la France, le texte revoit également  les seuils d’émissions d’ammoniac (polluant provenant à 93% des engrais ainsi que du stockage et de l’épandage des lisiers utilisés par l’agriculture) à la hausse. Pourtant, d’après le rapport rendu par Santé Publique France en juin 2016, on estime qu’une personne âgée de 30 ans perd en moyenne 9 mois d’espérance de vie dans les zones rurales (contre 15 mois dans les zones urbaines de plus de 100 000 habitants du fait des particules fines de diamètre inférieur à 2,5 micromètres (PM2.5)). La pollution atmosphérique ne se contentant pas d’affecter uniquement les grandes villes, tous les acteurs doivent participer à sa réduction.

A l’échelle européenne, 93 % des citoyens sont exposés à des seuils de pollution supérieurs aux recommandations de l’OMS. Pour autant, les institutions européennes ne semblent toujours pas prêtes à aborder la pollution atmosphérique selon une logique d’anticipation et préfèrent se limiter à des actions ponctuelles, et souvent tardives.
 
Héloïse Patcina
Commentaires (0)
Commenter cet article
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message