Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Mobilités

Après Brest, Toulouse aura son téléphérique urbain

le 02/01/2017

Validé le 21 décembre, le projet de téléphérique urbain sud de Toulouse devrait voir le jour en 2020.

Après Brest, Toulouse aura son téléphérique urbain
Projet de téléphérique urbain à Toulouse Tisséo-SMTC/SMAT/Groupement POMA

Toulouse sera la deuxième ville française, après Brest, à ajouter le téléphérique urbain à son offre de transports en commun. Le projet du groupe Poma – groupement de 15 entreprises dont Poma, Altiservice, Bouygues TP RF, Engie Ineo ou encore Biotope – qui fait partie du « Projets Mobilités 2020-2025-2030 » de la métropole de 1,2 millions d'habitants. Le téléphérique reliera trois pôles majeurs de la ceinture Sud de la ville : l'Oncopole (Institut Universitaire du Cancer), l'hôpital de Rangeuil (CHU) et l'université Paul Sabatier. 

Long de 3 km, le trajet entre les 3 stations sera parcouru par les télécabines urbaines en 10 minutes, contre 30 minutes en voiture. Pour la métropole toulousaine, ce projet « s'intègre dans la réflexion sur la Smart City et vise à optimiser les flux et les infrastructures de transport ainsi qu'à préparer la logistique de demain aux mutations de la vie quotidienne et économique, à l’augmentation de la mobilité des ménages, à la tertiarisation des activités, à la transition numérique et énergétique ». 

Les 14 cabines de 35 places, accessibles aux personnes à mobilité réduite et aux vélos, pourront accueillir 1500 usagers par heure, soit 7000 par jour. En heure de pointe, les télécabines circuleront à une fréquence de 1min30, à une vitesse commerciale de 20km/h et pourront soutenir un vent jusqu'à 108 km/h. 

Avec son dénivelé de 100 mètres, « le téléphérique va jouer à saute-Garonne et avalera les obstacles, à commencer par la colline de Pech David. Le difficile parcours entre l’université Paul Sabatier, le CHU et l’Oncopole ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir » explique dans un communiqué Jean-Michel Lattes, président de Tisséo-SMTC. Les télécabines survoleront également une zone naturelle préservée. Pour limiter l'impact environnemental et visuel de l'infrastructure, seuls 5 pylônes seront érigés à une hauteur élevée « permettant ainsi de limiter les défrichements et abattages d’arbres et de diminuer la covisibilité ». En cas de panne électrique ou d'un autre incident, un système permettra de rapatrier les cabines en station dans un délai de moins de deux heures, ce qui élimine les perspectives d'évacuation verticale.

La construction du téléphérique urbain débutera début 2017. Le chantier qui devrait durer 3 ans nécessite un budget de 54,6 millions d’euros. En plus de ces télécabines, les « Projets Mobilités 2020-2025-2030 » prévoient la construction de 10 lignes de bus d'ici 2019, ainsi qu'une troisième ligne de métro d'ici 2024.

Eva Gomez

Commentaires (0)
Commenter cet article
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message