Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Industrie

Énergies marines renouvelables : DCNS plonge dans le grand bain

le 06/01/2017

L'industriel français annonce ce 6 janvier la création d'une filiale spécifique « à vocation mondiale » dans les énergies marines renouvelables.

Énergies marines renouvelables : DCNS plonge dans le grand bain
 DCNS

Cette filiale est baptisée DCNS Énergies. Elle se positionne sur trois technologies : l'énergie hydrolienne, l'énergie thermique des mers et les flotteurs pour l'éolien marin.

La première unité

Vous aviez suivi l'histoire d'OpenHydro ? En 2013, la société irlandaise passait sous pavillon français : DCNS était alors monté à son capital à hauteur de 59,7 % et marquait son intérêt pour l'hydrolien. Début 2016, la première unité était plongée à l'eau au large de Paimpol, en Bretagne. Dans la foulée, au printemps dernier, DCNS obtenait le feu vert pour une usine à Cherbourg. Objectif : démarrer la fabrication d'hydroliennes en 2017.

100 millions d'euros

Avec la création de DCNS Énergies, le spécialiste du secteur naval semble concrétiser ses ambitions dans les énergies renouvelables. A travers le fonds SPI, pour « Société de projets industriels », la Banque publique d'investissement Bpifrance entre au capital de la nouvelle filiale à hauteur de 36 %. A ses côtés, l'ingénieriste Technip et la banque BNP Paribas, via sa filiale BNP Paribas Développement spécialisée dans les PME et entreprises de tailles intermédiaires. « Outre les apports en industrie et en propriété intellectuelle de DCNS, les quatre actionnaires apporteront au total 100 millions d’euros en fonds propres à DCNS Energies qui aura par ailleurs recours à l’endettement », précisent les partenaires par communiqué.

Pour l'instant, les technologies ciblées doivent encore gagner en maturité. Mais DCNS espère qu'elles pourront générer un relais de croissance à moyen terme. Les énergies marines renouvelables s'adressent à une clientèle et des marchés différents du naval militaire. Les bassins d'emploi de Brest, Nantes et Cherbourg sont directement concernés.

Thomas Blosseville

Commentaires (0)
Commenter cet article
L'auteur
mon avatar
Thomas Blosseville

Chef de rubrique
Environnement Magazine

Présentation : Je coordonne les sujets liés à la transition énergétique, au smart grid et au climat pour le groupe Environnement Magazine.

Voir tous ses articles Voir son profil
Dossiers & documents
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message