Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Gestion de l'eau

Un projet de décret sur les Sdage et Sage en consultation

le 11/01/2017

Réforme de la participation du public, procédures simplifiées, décision de la Cour de justice de l'Union européenne, etc. : autant d'évolutions prises en compte par un nouveau projet de décret relatif aux schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux (Sdage) et schémas d'aménagement et de gestion des eaux (Sage).

Un projet de décret sur les Sdage et Sage en consultation
 DR

Le ministère de l'Environnement soumet à la consultation du public, jusqu'au 29 janvier prochain, un projet de décret modifiant les règles de participation du public applicables aux schémas directeurs d'aménagement et de gestion de l'eau (Sdage) et aux schémas d'aménagement et de gestion de l'eau (Sage). Il s'agit principalement de répercuter les changements législatifs opérés dans le cadre de l'ordonnance sur la démocratisation du dialogue environnemental et de loi Biodiversité.

La participation du public à l'élaboration du Sdage est dématérialisée au terme d'une procédure spécifique désormais prévue à l'article L.212-2 du code de l'environnement. Le projet de décret (R.212-6) reprend le dispositif de consultation des instances piloté par le comité de bassin. Il ajoute à la liste de ces instances les conseils maritimes de façade, les commissions locales de l'eau (CLE) ainsi que les établissements publics d'aménagement et de gestion des eaux. Mais il supprime en revanche la consultation obligatoire du conseil supérieur de l'énergie (CSE) devenue inutile depuis la prise en compte des enjeux du développement de l'hydroélectricité par les schémas régionaux climat-air-énergie (SRCAE) et la suppression du document d'accompagnement du Sdage relatif au potentiel hydroélectrique.
Le texte simplifie par ailleurs les modalités de publicité de l'arrêté d'approbation du Sdage (R.212-7), en prévoyant une simple publication au Journal officiel. Les modalités de mise à disposition au public restent inchangées.

Au même titre que les Sdage, les Sage sont concernés par cette ordonnance. La liste des instances consultées pour leur élaboration et leur révision est également complétée par l'ajout des conseils maritimes de façade et des établissements publics d'aménagement et de gestion des eaux (R.212-39). La révision est soumise à une participation dématérialisée du public en lieu et place d'une enquête publique.
Mais surtout l'ordonnance a introduit une procédure de modification que le texte retranscrit au niveau réglementaire. Cette procédure est réservée aux cas de mise en compatibilité à un document de rang supérieur, à la correction d'erreurs matérielles, ou à l'ajustement des documents du schéma lorsque cela ne remet pas en cause son économie générale. La modification ou la révision de tout ou partie du Sage pourra intervenir "à tout moment" (R.212-44).
Ce mouvement de simplification a été impulsé par le Comité national de l'eau "afin de se focaliser sur leur mise en œuvre opérationnelle (mise en place des actions identifiées dans le Sage) et de garder la dynamique de la CLE", indique le ministère. Le texte procède par voie de conséquence à un toilettage des dispositions relatives à la Corse incluses dans le code général des collectivités territoriales.

D'autres changements sont opérés en particulier pour intégrer la notion d'élément de qualité, et ce conformément à un arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) du 1er juillet 2015 rendu dans le cadre de l'affaire C-461/13. C'est le cas aux articles R.212-10, R.212-11 et R.212-13 s'agissant d'évaluer la détérioration de l'état écologique et du potentiel écologique pour les eaux de surface. 

Enfin, le texte facilite la prise en compte du plan de gestion des poissons migrateurs au sein du Sdage. Il permet notamment d'harmoniser les dates de ces plans de gestion (désormais de 6 ans) et surtout laisse la possibilité d'adapter ces dates afin d'inclure leurs mesures dans le Sdage concerné. Le texte autorise ainsi le préfet de région, président du comité de gestion compétent, à prolonger ou raccourcir du nombre d'années nécessaire le plan de gestion pour permettre cette intégration.

Philie Marcangelo-Leos
 

Commentaires (0)
Commenter cet article
Dossiers & documents
Environnement Magazine
Environnement Magazine
Dossier Les CEE doublent la mise Certificats d'économies d'énergie

Les CEE doublent la mise

Voir tous les dossiers
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message