Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Finances publiques

Cour des comptes : le coûteux gâchis de l'écotaxe

le 09/02/2017

Après la gestion des déchets en Ile-de-France, nous nous intéressons à un deuxième chapitre du rapport annuel de la Cour des comptes : l'écotaxe dont l'abandon est qualifié « d'échec stratégique ».

Cour des comptes : le coûteux gâchis de l'écotaxe
Cour des Comptes 2017 DB/EM

La Cour des comptes dans son rapport annuel consacre un chapitre à l'abandon de l'écotaxe et au coût pour les finances et la crédibilité des politiques publiques. Adoptée à la quasi unanimité du Parlement en 2009 et suspendue en 2013, l'écotaxe illustre ce que Didier Migaud, le premier président de la Cour des comptes, présente comme le frein majeur à l'amélioration des performances des politiques publiques : « le défaut d'une volonté politique clairement exprimée et durable ». En effet, l'abandon du dispositif, qui devait couvrir les coûts d'usage du réseau routier national et d'une partie du réseau local, décidé « en l'absence de tout fondement juridique contractuel » a coûté très cher.

Un coût de plus d'un milliard d'euros
La Cour des comptes chiffre le coût global de l'abandon de l'écotaxe à plus d'un milliard d'euros dont 958 millions pour indemniser Ecomouv' avec qui l’État avait signé un contrat de partenariat pour sa mise en œuvre et 70 millions de dépenses engagées par les administrations pour assurer le pilotage, la mise en œuvre opérationnelle et l'abandon du projet. Sans compter que ces coûts « pourraient être majorés en raison de contentieux indemnitaires pour 270 millions », comptabilise le rapport. Et l'histoire ne s'arrête pas là car « le projet alternatif de péage de transit a pâti à son tour d'un manque de soutien politique et a été suspendu sine die par la ministre de l'Ecologie, avant même sa mise en route », rappelle le rapport.

Un gâchis
Quant à la solution qui a permis de compenser les recettes prévues et non collectées, en l'occurrence un accroissement de la fiscalité pétrolière, la Cour remarque qu'elle pèse entièrement « sur les poids lourds français et surtout les automobilistes, alors que le coût de l'écotaxe devait peser à hauteur de 31 % sur les poids lourds étrangers ». Cette solution est qualifiée « d'insatisfaisante, tant du point de vue budgétaire qu'au regard des objectifs initialement poursuivis de l'écotaxe poids-lourds ». En effet, si les automobilistes sont pénalisés puisqu'ils se retrouvent à financer près de 650 millions par an, les collectivités le sont aussi puisqu'elles ne perçoivent pas les 160 millions d'euros annuels escomptés. La conclusion de la Cour est sans appel. « Coûteux pour les finances publiques et dommageable pour la cohérence de la politique des transports et de son financement, l'abandon de l'écotaxe poids lourds constitue un gâchis ». Un gâchis d'autant plus incompréhensible que d'autres pays voisins comme l'Allemagne, l'Autriche, la Pologne et récemment la Belgique, ont mis en place sans grande difficulté des dispositifs équivalents.

DB

​A lire aussi : 
- Déchets : la gestion des déchets en Ile-de-France
- Transports : l'ambition contrariée des autoroutes ferroviaires
- Eau : l'Onema fait la sourde oreille
- Amétyst, un échec industriel et financier

Commentaires (3)
Christiane Beley

Christiane Beley
professeur titulaire
le 10/02/2017 à 20h43

Absolument pas !!! La faute est aux politiques qui magouillent entre eux, toutes tendances confondues pour tous ces PPP qui financent en partie les projets avec l'argent public et laissent des bénéfices faramineux à des multinationales. en l'occurence ECOMOUV' qui devait récolter 220 millions PAR AN pour un groupe ...ITALIEN ! Des infrastructures abracadabrantes et coûteuses que les transports étrangers pouvaient éviter par endroits tandis que les petites entreprises bretonnes, pour de nombreux petits trajets allaient payer le plus jusqu'à se ruiner. Il ne faut pas se contenter d'écouter ce qui se dit, par les politiques et les journalistes, mais aller au fond du problème. Oui, les hommes politiques sont faibles : n'y connaissant rien, ils se font avoir par les grands groupes qui mettent au point ces contrats à leurs avantages. Les citoyens, bien sûr n'ont rien à dire, ils sont là pour payer, de toutes façons, impôts obligent. Après, on s'étonne des rejets et manifestations dans tous les coins de France !

Signaler un abus
Xavier Blanc

Xavier Blanc
DST, ville de ludres
le 10/02/2017 à 09h16

Les hommes politiques sont faibles et leurs actes nous coûtent. C'est aux bonnets rouges de payer. Xavier Blanc DST Ludres

Signaler un abus
Hubert Mercier

Hubert Mercier
electricien, ErDF
le 10/02/2017 à 09h06

La faute, aux bonnets rouges. C'est vers eux qu'il faut se retourner pour payer l'addition.

Signaler un abus
Commenter cet article
L'auteur
mon avatar
Dominique Bomstein

Rédactrice en chef
Environnement Magazine - Hydroplus

Présentation : Rédactrice en chef d'Environnement Magazine et d'Hydroplus.

Voir tous ses articles Voir son profil
Dossiers & documents
Environnement Magazine
Environnement Magazine
Dossier Les CEE doublent la mise Certificats d'économies d'énergie

Les CEE doublent la mise

Voir tous les dossiers
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message