Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Air

Dioxyde d'azote : le dernier avertissement de Bruxelles

le 15/02/2017

Dépassant de façon répétée les seuils réglementaires de dioxyde d'azote, la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et le Royaume-Uni ont deux mois pour agir, avant saisie probable de la Cour de justice de l'Union européenne.

Dioxyde d'azote : le dernier avertissement de Bruxelles
Dépassant de façon répétée les seuils réglementaires de dioxyde d'azote, la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et le Royaume-Uni ont deux mois pour agir

C'est un dernier avertissement qu'adresse la Commission Européenne à cinq pays, dont la France, pour dépassement continu des valeurs limites en dioxyde d'azote (NO2) fixées par la directive sur la qualité de l'air ambiant. La France, donc, ainsi que l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Italie et l'Espagne, « n'ont pas remédié aux infractions répétées aux limites en matière de pollution atmosphérique fixées pour le dioxyde d'azote », explique la Commission par communiqué.

« En 2013, la persistance de niveaux élevés de dioxyde d'azote a entraîné la mort prématurée de près de 70 000 Européens, soit presque trois fois le nombre de décès par accident de la route au cours de la même année », insiste Bruxelles qui « invite instamment les cinq États membres à prendre des mesures afin de garantir une bonne qualité de l'air et de protéger la santé publique ». Ces derniers disposent d'un délai de deux mois pour agir, avant saisie de la Cour de justice de l'Union européenne.

Le Bureau européen de l'environnement (BEE) se félicite de cette annonce. « Les pays qui ne mettent pas ces lois en œuvre correctement n'ont aucune excuse. Les enfants qui grandissent dans les zones urbaines méritent mieux que d'être forcés d'inhaler des fumées toxiques », réagit Louise Duprez, chargée de ces questions pour l'association. 

La fédération d'ONG note en outre que cette « procédure d'infraction intervient quelques semaines après que l'UE a finalement accepté de nouvelles limites d'émission dans la directive NEC ». Et publie justement ce 15 février une étude évaluant à 78 000 le nombre de « vies supplémentaires qui pourraient être économisées par les nouvelles règles si elles étaient pleinement mises en œuvre ». 

Fabian Tubiana

Commentaires (0)
Commenter cet article
L'auteur
mon avatar
Fabian Tubiana

Chef de rubrique
Environnement Magazine

Présentation : Je suis coordonnateur web des rédactions du groupe et chef de rubrique Actu d'Environnement Magazine.

Voir tous ses articles Voir son profil
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message