Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Océans

Mer et littoral : la France se dote d’une stratégie nationale

le 07/03/2017

La stratégie nationale pour la mer et le littoral a été approuvée par décret le 23 février dernier. La ministre de l'Environnement, Ségolène Royal la présente ce mercredi 8 mars 2017 en Conseil des ministres.

Mer et littoral : la France se dote d’une stratégie nationale
La stratégie nationale pour la mer et le littoral présentée en Conseil des ministres MB

Initiée par le Grenelle de la mer en 2009, la stratégie nationale pour la mer et le littoral (SNML) « donne une ambition maritime pour la France et un cadre pour le long terme ». Elle a été adoptée par décret et publiée au Journal officiel le 24 février dernier. Elle associe quatre grands objectifs : la transition écologique de la mer et du littoral, le développement d'une économie maritime (bleue) durable, le bon état écologique des milieux marins et la préservation de l'attractivité du littoral et le rayonnement de la France au plan international. 

Accent mis sur la recherche
Pour les atteindre, la stratégie, dont on peut retrouver le contenu en détail sur le site du ministère de l'Environnement met en avant quatre axes déclinés en 26 actions prioritaires. 
L'accent est d'abord mis sur la connaissance et l'innovation. « Le champ des études est abyssal et nécessite d’être pointé comme un objectif prioritaire. », affirme ainsi le texte. Parmi les actions proposées, figure le développement d'une société de la connaissance marine et maritime. Pour soutenir les innovations que cela soit dans le transport, la transition numérique ou encore l'halio-alimentaire, la SNML préconise aussi d'augmenter la capacité de recherche.
 
100 territoires marins à énergie positive
Pour développer des territoires maritimes et littoraux « durables et résilients », le texte prévoit une planification stratégique permettant de concilier les usages et la valorisation des ressources avec la préservation des milieux s'appliquant à chaque échelle (nationale, façade maritime, région, etc.). Les Régions auront ainsi leur rôle à jouer. « La mer sera l’une des grandes composantes à intégrer dans les SRDEII (Schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation) et SRADDET (Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires) en cours d’élaboration », déclare ainsi le texte. La planification stratégique s'appuiera aussi sur des projets de territoires, à travers notamment l'objectif de construire 100 territoires marins à énergie positive d'ici 2022. 

Protéger les milieux
Quant à la protection des milieux, elle s'appuiera entre autres sur les objectifs environnementaux définis par la Directive cadre stratégie pour le milieu marin (DCSMM). L'accent sera mis sur la lutte contre les pollutions en particulier les déchets d'origine terrestre, les pollutions lumineuses et sonores mais aussi l'amélioration de la qualité des eaux littorales et côtières. Elle prévoit aussi un volet pour l'adaptation de l'aménagement du littoral au changement climatique, notamment les risques d'érosion côtière et de submersion, à travers une gestion intégrée du trait de côte. Plusieurs appels à projets ont déjà été lancés dans ce sens pour des relocalisations d'activités et de biens. 

Développer des activités
L'un des principaux axes stratégiques du plan vise aussi à faire émerger de nouvelles activités comme les biotechnologies marines pour la pharmacie et l'industrie cosmétique ou les énergies marines renouvelables. L'éolien posé est pour l'instant le seul secteur à avoir atteint le stade commercial, les autres en sont encore à un stade pilote. La stratégie leur a donc fixé des objectifs de développement à l'horizon 2023 : 100 MW de puissance installée pour l'éolien flottant et l'hydrolien marin. « L’ambition pour le volume des projets qui auront été attribués par appel d’offres et seront donc en cours de réalisation en 2023, est portée jusqu’à 2 000 MW pour ces énergies », ajoute le texte. 

Grands fonds marins
La SNML cible aussi les ressources minières potentielles des grands fonds marins. Une expertise scientifique collective a déjà été conduite sur ce sujet en 2014 et une stratégie pour l'exploration de ces ressources approuvée. « Ces activités ne peuvent être autorisées ou favorisées – y compris en haute mer – que dans la mesure où elles garantissent des impacts réduits sur les écosystèmes », précise néanmoins le texte. L'une des 26 actions de la stratégie vise aussi à étudier la mise en place de juridictions dédiées pour l'examen des contentieux liées aux activités maritimes.

Cohésion et vision
Enfin, un axe stratégique sera consacré à porter les enjeux nationaux et promouvoir la vision française en Europe et à l'international. Le plan s'articule avec les autres stratégies en cours de déploiement comme la Stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable, la Stratégie nationale de recherche et la Stratégie nationale pour la biodiversité. Il s'inscrit aussi directement dans les dix thèmes du plan d'action pour la croissance bleue et le climat. 

PRB

Commentaires (0)
Commenter cet article
L'auteur
mon avatar
Pauline Rey-Brahmi

Journaliste
Hydroplus

Présentation : Je suis les sujets liés au petit et au grand cycle de l'eau pour Hydroplus et Environnement Magazine.

Voir tous ses articles Voir son profil
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message