Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Gestion de l'eau

Les entreprises de l'eau s'adressent aux candidats aux élections présidentielles

le 07/03/2017

La Fédération professionnelle des entreprises de l'eau publie, à l'intention des candidats aux élections présidentielles et législatives, dix propositions pour répondre aux défis à relever dans la gestion de l'eau. 

Les entreprises de l'eau s'adressent aux candidats aux élections présidentielles
Les entreprises de l'eau réclament plus d'investissements publics sur la politique de l'eau Afnor

Comme d'autres fédérations professionnelles, la FP2E , la Fédération professionnelle des entreprises de l'eau, adresse aux candidats aux élections présidentielles et plus largement aux futurs législateurs, dix propositions qui doivent répondre à cinq défis majeurs en matière de politique de l'eau. «Nous alertons sur la fracture territoriale, sur la transition écologique, la bonne utilisation de l'argent public, la relance des investissements et les questions de sécurité liées à l'eau », explique Bertrand Camus, le président de la FP2E.

Les entreprises de l'eau réclament en particulier une augmentation des investissements publics que ce soit sur les réseaux en mal de renouvellement ou sur les services et les infrastructures qui vont devoir s'adapter au changement climatique. « Ce n'est pas tant l'accès aux fonds que leur bonne utilisation », précise Bertrand Camus. Et de dénoncer la mauvaise habitude prise par l’État de ponctionner les budgets des agences de l'eau et surtout la non utilisation des fonds européens. « Les Régions qui gèrent dorénavant les fonds européens ne se sentent pas investies dans la politique de l'eau. Elles ne dépensent pas les fonds dans leur intégralité faute de projets. C'est pourquoi, nous sommes prêts à éditer un guide avec le Secrétariat général aux affaires européennes, pour aider les collectivités à monter les dossiers », propose-t-il.

Autre sujet qui fâche, la loi Brottes qui interdit coupure d'eau et restriction du débit des mauvais payeurs avec pour conséquence, selon la FP2E, une hausse de 0,5 % à 3 % des impayés. « Une fois identifiés les ménages en vraie précarité pour lesquels un Fonds de solidarité logement a été mis en place dans les 3/4 des départements, il nous faut un mécanisme légal et efficace pour recouvrer les factures non payées », demandent les entreprises de l'eau. Enfin, elles réclament un plan national « services d'eau intelligents » et des incitations à l'innovation.
DB

Commentaires (0)
Commenter cet article
L'auteur
mon avatar
Dominique Bomstein

Rédactrice en chef
Environnement Magazine - Hydroplus

Présentation : Rédactrice en chef d'Environnement Magazine et d'Hydroplus.

Voir tous ses articles Voir son profil
Dossiers & documents
Environnement Magazine
Environnement Magazine
Voir tous les dossiers
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message