Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Mobilités

Le véhicule électrique serait rentable en milieu urbain très dense dès 2020

le 20/07/2017

Le 18 juillet 2017, le Commissariat général au développement durable a publié un rapport comparant les coûts et bénéfices des différents types de véhicules. Le tout électrique aurait de l’avenir en zone urbaine très dense.

Le véhicule électrique serait rentable en milieu urbain très dense dès 2020

Dès 2020, le véhicule électrique (VE) sera rentable en milieu urbain très dense. C’est la conclusion de l’analyse menée par le Commissariat général au développement durable (CGDD), dont le rapport vient d’être publié. Prenant en compte le changement climatique, la pollution atmosphérique et les nuisances sonores, le CGDD a « comparé différentes technologies de motorisation électrique alternatives au véhicule particulier thermique », dans son analyse des coûts et bénéfices des véhicules électriques. D’une part grâce à une analyse socio-économique « comparant les coûts aux bénéfices en tenant compte des externalités environnementales », d’autre part à l’aide du point de vue du consommateur ou de l’usager « de type coût complet de possession intégrant la fiscalité ». Les coûts sont étudiés sur toute la durée de vie du véhicule.

Les véhicules électriques ont un très faible coût environnemental
Après comparaison des véhicules thermiques (essence, diesel), hybrides, hybrides rechargeables et tout électriques, le CGDD en vient à la conclusion que le véhicule tout électrique serait rentable en milieu urbain très dense à l’horizon 2020 et d’ici 2030 en milieu dense. « Les véhicules thermiques entraînent à l’usage un coût environnemental de l’ordre de 1,5 centimes d’euros par kilomètre pour un véhicule diesel en usage mixte, 2 centimes d’euros par kilomètre pour un véhicule essence en usage urbain dense et 4 centimes d’euros par kilomètre pour un usage urbain très dense », d’après le CGDD. Le tout électrique permettrait donc de réduire ces coûts à 0,2 centime d’euros par kilomètre en usage mixte, 0,4 centime d’euros par kilomètre en usage urbain dense et 0,1 centime d’euros par kilomètre en usage urbain très dense.

Ces gains sont toutefois réduits à la production de la batterie, qui implique l’émission d’« environ trois tonnes de CO2 , sachant que deux batteries sont utilisées sur la durée de vie des véhicules ». Mais cela reste faible comparé aux 38 tonnes de CO2 émis par un véhicule essence « pour un usage urbain très dense ».

Le thermique toujours moins cher, l’hybride comme transition
Selon le CGDD, « l’usage en zone urbaine constitue le domaine de pertinence économique des véhicules électriques. (…) Si le VE est pénalisé par le coût d’achat du véhicule, de la batterie et de l’infrastructure de recharge associée, ses faibles coûts d’usage (consommation et entretien) font qu’il est déjà rentable financièrement pour l’usager en zone urbaine dès 2020. » Une pertinence propre au milieu urbain très dense, « dans lesquels la valeur des nuisances évitées est maximale ». Concernant les véhicules hybrides et hybrides rechargeables, ils ne seraient rentables « socio-économiquement et pour l’usager qu’en zone très dense en 2030 et uniquement en usage intensif. » Le CGDD conclut que finalement, « aucune technologie alternative n’est plus rentable que les véhicules thermiques, notamment ceux consommant du diesel ». Mais il souligne que les technologies hybrides sont de bonnes solutions transitoires.

Eva Gomez

Commentaires (4)
Jean Marc Weulersse

Jean Marc Weulersse
responsable d'antenne
le 21/07/2017 à 13h57

N'oublions pas que pour de nombreux usage la voiture peut être remplacé par le vélo. Et la, la comparaison des coûts aux bénéfices en tenant compte des externalités environnementales est désastreux pour la voiture. Idem du point de vue de l’usager. Le potentiel de croissance de la part modale du vélo est considérable et c'est donc la qu'il faut mettre une grande priorité, d'autant que cela est peu couteux comparé à ce que l'on fait pour la voiture.

Signaler un abus
Guy Weider

Guy Weider
Consultant TE, Energie Partagée
le 21/07/2017 à 09h35

et rebelote car le "troncage" est qq peu drastique, pour finir mon propos: "Notion de COÛT court terme Porte-monnaie comparé au COÛT moyen ou long terme pour nos poumons et la Planète ! A relativiser !!!!! YA+KA A+ Cordialement Guydegif(91)

Signaler un abus
Guy Weider

Guy Weider
Consultant TE, Energie Partagée
le 21/07/2017 à 09h32

en complément pour finir mon propos, car tronqué ds mon commentaire précédent: "Ds les nuisances PARTICULES j'inclus celles liées aux particules-au-freinage, pas que celles de la (non-)combustion thermique. Remède: Solution TAMIC de Tallano Tech et +.

Signaler un abus
Guy Weider

Guy Weider
Consultant TE, Energie Partagée
le 21/07/2017 à 09h28

""Le CGDD conclut que finalement, « aucune technologie alternative n’est plus rentable que les véhicules thermiques, notamment ceux consommant du diesel »"" Rentable pour qui et de quel point de vue: voilà la question qui mérite d'être posée !!! Il est vrai que si on s'intéresse au SEUL aspect PéCUNIé, en centimes€ / km, le thermique est certainement encore moins cher, pour des raisons de prix d'achat au vu du volume limité de véhicules alternatifs produits, MAIS en coût GLOBAL pour les citoyens, càd le coût de POSSESSION et d'utilisation PLUS le coût de nuisances PARTICULES et GES, le bilan n'est pas le même. Ds les nuisances PARTICULES j'inclus celles liées aux particules-au-freinage, pas que celles de la (non-)combustion thermique. Remède: Solution TAMIC de Tallano Tech et +.

Signaler un abus
Commenter cet article
Dossiers & documents
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message