Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Biodiversité

Trame verte bleue : un rapport pour une synergie des politiques nationales et régionales

le 01/08/2017
Trame verte bleue : un rapport pour une synergie des politiques nationales et régionales
 Pixabay

Le Centre de ressources pour la Trame verte et bleue a publié en juin 2017, un rapport d’études d’une centaine de pages. Intitulé « Prise en compte mutuelle des Schémas régionaux de cohérence écologique et des plans nationaux d’actions pour les espèces menacées », ce rapport met en avant le fait que ces deux politiques doivent mieux s’adapter l’une à l’autre.

Le rapport souligne que les PNA et la Trame verte et bleue, bien qu’étant deux politiques qui vont dans le même sens, n’approchent pas la problématique de la biodiversité de la même manière. « La Trame verte et bleue est une politique de planification. Elle ne vise donc pas en particulier des espèces. Son objet est avant tout le fonctionnement global de la biodiversité au sein du territoire, à travers la notion de continuités écologiques », explique le rapport. De leur côté les plans nationaux d’actions (PNA) visent, pour chaque PNA, « une espèce en particulier ou, plus rarement, un groupe d’espèces : Les PNA sont donc par définition les marqueurs d’une politique "espèce-centrée" ». Pourtant, souligne le rapport « les deux concourent à l’objectif commun de freiner l’érosion de la biodiversité. » L'étude se pose donc la question du développement de synergies et de mutualisation des deux politiques. Via des analyses ou des grilles de connaissances sur les deux politiques, le rapport tente de créer des points commun d’orientation.

Grâce à une analyse fine et poussée des différentes applications des politiques de PNA, et des schémas régionaux de cohérence écologique (SRCE), le Centre des ressources pour la mise en oeuvre de la Trame verte et bleue, en vient à différentes conclusion. Par exemple, « les PNA traitent significativement de la problématique de la fragmentation », « les SRCE traitent des espèces à PNA mais souvent sans le savoir », ou « les SRCE sont plus discrets sur les PNA en tant que tels ». En fin de compte, « les marges de progrès portent spécifiquement sur la référence mutuelle aux politiques publique PNA/TVB et à leurs documents PNA/SRCE », estiment les chercheurs. 

Lire le rapport intégral du Centre de ressources pour la mise en œuvre de la Trame verte et bleue.

Eva Gomez


Commentaires (0)
Commenter cet article
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message