Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Risques naturels

196 villes mondiales sont confrontées à des problèmes de gestion de l’eau

le 30/08/2017

L’organisme CDP vient de dévoiler les résultats d’une étude menée auprès de 569 villes et 1432 entreprises internationales sur les risques liés à l’eau. Plus de huit milliards d’euros d’investissements seraient nécessaires pour permettre aux villes concernées d’aménager leur gestion de l’eau.

196 villes mondiales sont confrontées à des problèmes de gestion de l’eau
Paris lors de la crue de la Seine, début juin 2016. Pixabay

20 % de la population mondiale, soit 1,2 milliards de personnes, sont en proie à des risques liés à l’eau dans les milieux urbains. C’est le résultat des recherches menées par l’organisation CDP et financées par Bloomberg. D’après cette étude, 196 villes internationales font actuellement face à des enjeux importants liés à l’eau, « tels que les inondations ou les pénuries. » En effet, 59 % d’entre elles sont victimes du stress hydrique accru et de la raréfaction de l’eau. 76 % sont confrontées à des risques élevés d’inondations. Pour en venir à cette conclusion, CDP a analysé les bases de données de 569 villes et 1432 entreprises mondiales.

D’après CDP, « 80 villes nécessitent à elles seules 9,5 milliards de dollars (8 milliards d’euros) pour mettre en œuvre 89 projets liés à la gestion de l’eau, (…) depuis les systèmes d’égouts jusqu’aux systèmes d’évacuation des eaux pluviales ». Miami, Pittsburgh (Etats-Unis) et Johannesburg (Afrique du Sud) notamment, font face à un risque « extrême » d’inondations. Un risque qui concernerait 103 villes du globe. Le déclin de la qualité de l’eau menace quant à lui 132 villes, dont Jakarta (Indonésie), Wellington (Nouvelle Zélande), Rio de Janeiro (Brésil) ou encore Richmond (Etats-Unis). En ce qui concerne l’approvisionnement en eau, l’Asie et l’Océanie (84%), l’Afrique (80%) et l’Amérique Latine (75%) sont les continents les plus touchés.

62 % des villes collaborent avec des entreprises 

Les entreprises étudiées sont 43 % à admettre que leur organisation est exposée à des risques liés à l’eau « qui pourraient entraîner un changement considérable dans leur activité et leurs opérations. » En 2016, les pertes de production liées à l’eau sont effectivement estimées à 14 milliards de dollars (12 milliards d’euros). Alors que l’ONU a prédit une pénurie de 40 % des ressources en eau à l’échelle mondiale d’ici 2030 ainsi qu’une augmentation de 55 % de la demande mondiale (industrie, production d’électricité thermique, usage domestique), le rôle des villes n’est pas négligeable. 62 % d’entre elles collaborent déjà avec des entreprises pour la gestion de cette problématique. CDP conseille aux villes et entreprises de définir des objectifs de réduction de la consommation d’eau et la réutiliser ou la recycler, et investir dans des projets de gestion de l’eau.

« Les opportunités d’investissement pour l’eau urbaine sont les plus importantes en Amérique latine (5,7 milliards d’euros) », précise CDP. La ville de Quito (Equateur) par exemple, a besoin de 680 millions d’euros pour la construction de trois centrales hydroélectriques et la décontamination des fleuves affluents notamment. Viennent ensuite l’Amérique du Nord (2,3 milliards d’euros), l’Asie et l’Océanie (23,3 millions d’euros), l’Europe (19 millions d’euros) et l’Afrique (5,26 millions d’euros).

Eva Gomez

Commentaires (0)
Commenter cet article
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message