Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Biodiversité

Abeilles : les effets indésirables des phytopharmaceutiques désormais sous surveillance

le 04/10/2017

L’Anses et l’Institut technique et scientifique de l’apiculture et de la pollinisation vont mettre en place un dispositif de phytopharmacovigilance afin de détecter au plus tôt, les effets négatifs de ces produits sur la santé des abeilles.

Abeilles : les effets indésirables des phytopharmaceutiques désormais sous surveillance

« Les produits phytopharmaceutiques peuvent présenter des risques pour la santé humaine et les écosystèmes qu’il convient d’identifier et de mieux anticiper », prévient l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Dans le cadre de la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014, l’Anses s’est vue confier la mise en place d’un dispositif de phytopharmacovigilance. Elle vient de signer un accord de partenariat avec l’Institut technique et scientifique de l’apiculture et de la pollinisation (ITSAP). « Cet accord d’une durée de trois ans permettra de mieux recenser les effets indésirables des produits phytopharmaceutiques sur la santé des abeilles grâce à une détection rapide des signaux, et d’améliorer ainsi les mesures de prévention ou de limitation des risques liés à l’usage de ces produits », explique l’Anses sur son site.

Cette surveillance commune permettra donc de détecter les signes avant-coureurs des effets de ces produits sur la santé des abeilles, afin de prendre les éventuelles mesures de prévention ou de limitation des risques au plus vite. « Elle couvre à la fois la contamination des milieux, l’exposition et les impacts sur les organismes vivants et les écosystèmes, ainsi que les phénomènes d’apparition de résistances », précise l’Anses. Ce dispositif de phytopharmacovigilance collectera toutes les informations sur les effets négatifs constatés, et devra évaluer leurs risques. « Cette collaboration doit ainsi permettre de disposer de sources de recueil de signaux les plus larges possibles afin de détecter au plus tôt les signaux pouvant amener à prendre des mesures de prévention ou de limitation des risques pour la santé des abeilles liés à ces produits. »

Eva Gomez

Plus d'infos sur : Risques sanitaires - HSE
Commentaires (0)
Commenter cet article
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message