Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

Energie

Gaz renouvelable : les Hauts-de-France et le Grand-Est, leaders de la production française

le 04/10/2017

La capacité d’injection de biométhane française a augmenté de 47 % en 2016. Trois régions se démarquent. Mais la production française reste loin derrière celle de ses voisins européens de l’Allemagne, du Royaume-Uni, et des Pays-Bas.

Gaz renouvelable : les Hauts-de-France et le Grand-Est, leaders de la production française

D’après le panorama du gaz renouvelable pour l’année 2016, publié conjointement par GRDF, GRT gaz, SPEGNN, le Syndicat des énergies renouvelables et Transport et infrastructures gaz France (TIGF), trois régions françaises se détachent en terme de capacité installée : les Hauts-de-France (108 GWh/an), le Grand-Est (82 GWh/an) et la Bourgogne-Franche-Comté (54 GWh/an). Viennent ensuite la Nouvelle-Aquitaine et l’Ile-de-France, puis l’Auvergne-Rhône-Alpes, le Centre-Val-de-Loire, le Pays-de-la-Loire et la Bretagne. La Normandie, l’Occitanie, la Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA) et la Corse, ne comportent en 2016 aucun site de production de gaz renouvelable. Cet état des lieux devrait changer au vu des 241 projets en file d’attente, représentant 5 Twh/an : si les Hauts-de-France et le Grand-Est devraient confirmer leur position de leader, la Nouvelle-Aquitaine se hissera sur la troisième marche du podium avec ses 34 projets en attente. La Normandie et l’Occitanie comptent chacune 12 projets en file d’attente, et la région PACA, quatre. La Corse reste la seule région sans site ni projets en cours d’installations de gaz renouvelable.

Par ailleurs, « l’injection en Europe concerne environ 430 installations pour 18 TWh de capacité maximale installée fin 2016 et une production réelle d’environ 13 Twh/an », indique le panorama. Avec ses 215 GWh/an injectés, la France est loin derrière ses voisins du Royaume-Uni et ses 80 sites qui injectent 2.000 GWh/an, des Pays-Bas (26 sites qui injectent plus de 900 GWh/an), ou bien de l’Allemagne, qui compte 201 unités qui injectent 9.100 GWh/an. A noter en revanche que l’Italie n’autorise pas l’injection de biométhane à ce jour.

47 GWh/an produits sur un seul site industriel territorial

Le panorama compte 26 sites d’injection de biométhane français au 31 décembre 2016, « contre 17 installations au 31 décembre 2015 », soit 53 % de plus en un an. « Ces nouveaux sites augmentent la capacité maximale installée de 47 % ». Par ailleurs, 5 Twh/an des 241 projets en file d'attente « correspondent à la consommation annuelle moyenne de 416.000 clients ou de 22.000 bus ou camions roulant au BioGNV. » Sur ces 26 sites d’injections français, 10 sont situés sur des sites agricoles autonomes, 8 sont sur des sites agricoles territoriaux, 4 sites traitent des déchets ménagers et des biodéchets ; 3, des boues de stations d’épurations, et un seul est situé sur un site industriel territorial. Ce dernier est cependant le plus important, avec une production maximale de 47 GWh/an.

En comparaison, 26 GWh/an sont produits sur les sites de déchets ménagers et biodéchets, 19 GWh/an sur les sites de boues de stations d’épuration, 12 GWh/an sur les sites agricoles territoriaux et 10 GWh/an sur les sites agricoles autonomes. Pour rappel, en 2016, 215 GWh de gaz renouvelable ont été injectés dans les réseaux de gaz en France, soit 162 % de plus qu’en 2015. Sa consommation a augmenté de 146 % et représente 0,05 % de la consommation de gaz naturel. Un pourcentage encore éloigné de l’objectif, fixé à 10 % à l’horizon 2030, de la loi de transition énergétique.

Eva Gomez

Commentaires (0)
Commenter cet article
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message