Abonnez-vous en ligne

et choisissez votre formule Consulter nos offres Ne plus afficher

cadastres en tous genres

Du cadastre au "bilan de compétences" des sols

le 24/05/2016

La publication par Environnement-magazine.fr de l’information concernant le cadastre solaire de Brest (1) donne l’occasion de revenir sur de nouvelles formes de cadastre. Elles sont dédiées à des caractéristiques des sols, construits ou non, et permettent d’en dresser un véritable « bilan de compétences ». Quels atouts, quel vécu, quels éléments d’appropriation, quels usages potentiels, autant de domaines qui peuvent être documentés pour fournir aux habitants, usagers, collectivités de proximité, une connaissance fine de leur patrimoine.
C’est à partir de travaux sur le paysage urbain des villes moyennes(2) qu’est né le concept de « cadastre vert ». Il s’agissait alors de mettre en évidence l’importance du patrimoine végétal ignoré des traditionnels  plans d’espaces verts des communes. Une approche intégrée et participative, où étaient répertoriés les éléments végétaux selon plusieurs critères, et notamment des critères d’usage et de perception de la part des habitants, d’ailleurs mis à contribution dans la phase de relevé. Une des applications les plus achevées est sans doute celle de Nancy, en 1991, où les résultats de l’inventaire ont permis  de formuler des recommandations précises pour le Plan d’occupation  des Sols (POS). Le terme de cadastre vert, sous cette forme ambitieuse, est déposé à l’INPI en 1991, mais il est souvent utilisé pour des approches plus légères, à base de photo aériennes notamment (3). 
De nombreuses villes se sont ainsi dotées de cadastres verts, sous des formes diverses, intégrés par la suite à des systèmes d’information géographique, SIG, informatisés et aisément mobilisables pour des études d’environnement ou d’aménagement.
Après la végétation, le soleil. C’est en 2013 que Paris publie le premier cadastre solaire en France, suivi de Lyon (dans le cadre de son plan climat énergie) (4) et tout récemment de Brest, évoqué ci-dessus, pour ce qui est des grandes villes. Des communes rurales ont de leur côté développé des approches similaires, pour susciter des vocations parmi leurs habitants. Les parcs naturels régionaux ont souvent joué un rôle important en appui à ces petites communes. Tous les modes de valorisation des rayons du soleil sont au rendez-vous, aussi bien thermique (pour l’eau chaude et le chauffage) que photovoltaïque (pour l’électricité). Là encore, le potentiel solaire est souvent intégré à des SIG, pour en faciliter l’exploitation. 
Bien d‘autres caractéristiques pourraient faire l’objet d’un cadastre spécifique. Le niveau d’exposition au bruit, par exemple, fait l’objet d’un cadastre d’exposition au bruit (en Suisse, parc ailleurs pilote pour le cadastre solaire avec l'Autriche et l'Allemagne) ou cadastre du bruit routier (en Belgique). On pourrait aussi imaginer des cadastres pour les eaux pluviales ou la capacité de rétention (ou d’infiltration) des parcelles, pour la qualité de l’air, les microclimats, etc. Le report sur un cadastre et l’accès à l’information qui en résulte serait une incitation à valoriser les atouts ou à maitriser les faiblesses des ilots, en ville ou dans les villages. Une connaissance qui serait alors largement diffusée lors des transactions, et qui serait intégrées à des plans d’action, tels des plans de développement économique, des plans énergie-climat territoriaux, ou des plans d’urbanisme.
Le passage à l’action peut rester à l’initiative de chaque propriétaire ou faire l’objet d’une démarche collective. Le cadastre solaire peut notamment susciter des projets de « centrale solaire » à l’échelle d’un village (5) ou de territoires plus vastes. La puissance de l’action collective, qui permet le recours à plus de compétence et assure une pérennité aux projets, est à rechercher, mais elle ne peut que s’appuyer sur une prise de conscience partagée des intéressés, et en premier lieu des habitants, des collectivités et des entreprises locales. 
La valorisation des ressources locales constitue une des clés du chemin vers le développement durable. Pour cela, la connaissance du potentiel et de la manière de l’utiliser au mieux ne doit pas être réservée aux experts ou aux dirigeants, elle doit être disponible et présentée dans un langage que chacun peut comprendre. Elle doit aussi être collectée avec les intéressés, qui ont de leur territoire une vision spécifique, complémentaire à celle des professionnels. Un vrai « bilan de compétences » pour une parcelle ou un morceau de ville. Un cadastre pour chacun et pour la planète, un exemple supplémentaire du concept de double dividende, constitutif du développement durable.
1 http://www.environnement-magazine.fr/article/47419-brest-lance-son-cadastre-solaire/
2 Réalisés par Eco-Projet au milieu des années 1970 
3 Pour cette approche du cadastre vert, http://www.persee.fr/doc/jatba_0183-5173_1997_num_39_2_3633  
4 Voir la méthodologie du cabinet HESPUL pour ce cadastre solaire : http://steblandine.hespul.org 
5 On pourra voir sur ce point les articles de Environnement-magazine.fr http://www.environnement-magazine.fr/article/11127-des-centrales-villageoises-en-rhone-alpes/ et http://www.environnement-magazine.fr/article/8456-comment-monter-projet-enr-participatif/ 


 

Commentaires (0)
Commenter cet article
L'auteur
mon avatar
Dominique Bidou

Consultant
DBDD

Présentation : Ingénieur et démographe, une mobilisation très ancienne pour l'environnement (1964, dans un cadre associatif). Convaincu que le développement durable ne progressera pas en donnant des leçons ou en culpabilisant nos contemporains, ni en leur faisant peur d'une catastrophe, mais en leur en donnant envie, en ouvrant des perspectives et en encourageant les bonnes initiatives (et elles sont nombreuses).

Voir tous ses articles Voir son profil
Dossiers & documents
X

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer de meilleurs services et de meilleures performances, des fonctionnalités de partage, des informations et des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, et les statistiques de visites. Pour en savoir plus sur notre politique d'utilisation des cookies.

X Fermer ce message