Menu

Déchets et Recyclage

Poralu Marine développe un collecteur de déchets aquatiques

Partager :
     
Poralu Marine développe un collecteur de déchets aquatiques
Par la rédaction, le 17 mars 2016
Poralu Marine, équipementier français pour les ports de plaisance, a noué un partenariat avec Seabin Pty Ltd. Leur objectif ? Mettre au point un collecteur de déchets plastiques flottants pour les espaces portuaires. « Un prototype est en cours de développement. Il a fait l'objet d'une première validation », déclare Fayçal Rezgui, responsable « achat et innovation » chez Poralu Marine. Les premiers collecteurs seront commercialisés à la fin de l'année 2016. « Ils intégreront des matériaux recyclés et biosourcés », poursuit Fayçal Rezgui.Baptisé Seabin, le prototype fera l'objet d'une expérimentation dans le port de La Grande Motte, près de Montpellier. Jusqu'à présent, les agents portuaires récupèrent les déchets plastiques flottants à l'épuisette. Il s'agit de déchets urbains courants : sacs plastiques, canettes, bouteilles… Cela concerne aussi les hydrocarbures issus des huiles pour voitures ou des stations de ravitaillement pour bateaux. Le principe de fonctionnement du Seabin est simple. Fixé à un ponton, il aspirera les déchets à l'aide d'une pompe électrique. Son périmètre d'action reste à définir. Lorsqu'ils seront remplis, le sac à déchets et le réceptacle à polluants seront vidés par des agents portuaires. Les hydrocarbures seront acheminés vers des filières de traitement et les plastiques vers des centres de tri pour recyclage.Le collecteur de déchets suscite l'intérêt de collectivités locales, des particuliers et de gouvernements étrangers. Polaru marine n'a pas souhaité communiquer davantage sur le sujet.Active dans dix-huit pays, l'entreprise constitue un « vaste réseau mondial de distribution qui nous permettra d'être au plus près de nos clients », assurent Andrew Turton et Pete Ceglinski, co-fondateurs de la société Seabin Pty Ltd dans un communiqué.Fayçal Rezgui voit en la Seabin un outil pour protéger l'environnement. « Nous souhaitons nouer des partenariats avec des écoles autour des sites accueillant des Seabins pour sensibiliser autour de la pollution marine », affirme-t-il. Selon une étude de chercheurs de l'université de Géorgie, huit millions de tonnes de déchets en plastique finissent dans la mer chaque année.Mickaël Charpentier
Rubriques
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
BTP Magazine
BTP Rail
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Newsletters
Agenda
Abonnés
CGV (digital)
CGV (magazines)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
Publicité
CGV (pub)
environnement-magazine.fr est un site du Groupe Cayola.