Menu

Pollutions, Risques et Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement

Pic de pollution : les mesures du gouvernement

Partager :
     
Pic de pollution : les mesures du gouvernement
Par la rédaction, le 12 décembre 2016
La ministre de l'Environnement Ségolène Royal, a annoncé l'application de nouvelles mesures dans le secteur des transports et du bâtiment, en faveur de la lutte contre la pollution atmosphérique.Cette annonce fait suite à l'intense épisode de pollution qui touche plusieurs régions de France, mais aussi à la pression exercée par certaines ONG telles que la Fondation Nicolas Hulot ou le Réseau Action Climat (lire notre article).A partir de 2017, « la prime de conversion » (jusqu'à 10 000 euros) s'étendra aux « véhicules utilitaires légers » afin de favoriser le renouvellement du parc des professionnels. Le gouvernement travaille à la « conversion des flottes publiques et privées de véhicules », a annoncé Ségolène Royal. La loi de transition énergétique pour la croissance verte prévoit effectivement l'achat de véhicules « à faibles émissions » par l'Etat et les entreprises nationales (50 % minimum), les collectivités territoriales (20% minimum), les loueurs ou encore les compagnies de taxis (10% minimum). D'après la ministre, des décrets « seront publiés prochainement pour une application en 2017 ». Par ailleurs, un bonus de 1000 euros sera attribué à partir de 2017, pour l'achat d'un 2 ou 3 roues électrique. Concernant les vélos à assistance électrique, « une aide de 200 euros est mise à l'étude avec les associations de collectivités », indique le communiqué du ministère. Toujours à partir de 2017, les élus et préfets « pourront rendre obligatoires les certificats 'crit'air', qui favorisent les véhicules moins polluants. Rappelons qu'ils seront obligatoire dans la ville de Paris à compter du 1er janvier. 75 millions d'euros pour un chauffage moins polluantCôté bâtiment, un plan de 75 millions d'euros va être lancé en 2017, en faveur des modes de chauffage plus propres pour les particuliers, notamment ceux en situation de précarité énergétique. Les ménages aux revenus modestes pourront ainsi bénéficier de « 800 euros pour le remplacement d'une chaudière polluante par une chaudière à haute performance », de 800 à 1400 euros pour remplacer une chaudière polluante par une chaudière au bois de classe 5 ou de 100 euros pour « l'installation d'un programmateurs centralisé pour les radiateurs électriques ». Enfin, les particuliers pourront obtenir de 600 à 1700 euros pour l'isolation de combles. Eva Gomez
Rubriques
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
BTP Magazine
BTP Rail
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Newsletters
Agenda
Abonnés
CGV (digital)
CGV (magazines)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
Publicité
CGV (pub)
environnement-magazine.fr est un site du Groupe Cayola.