Menu

Biodiversité et Aménagement

Espèces invasives : des textes inefficaces

Partager :
     
Espèces invasives : des textes inefficaces
Par les équipes rédactionnelles du groupe Victoires Editions, le 13 décembre 2016
Le constat est unanime. Les invasions biologiques coûtent cher et leur coût va continuer à croître au rythme croissant des invasions qui suit celui de la hausse du commerce international. « Les coûts sont multiples. Ils sont écologiques car les espèces invasives représentent la 2e cause de perte de biodiversité dans le monde après la destruction des habitats. Ils sont économiques car ces espèces sont à l'origine de pertes de rendement agricole et ils sont sanitaires car ces espèces provoquent de fortes allergies et véhiculent des maladies graves par des moustiques notamment », explique Franck Courchamp, directeur du recherche au CNRS. Ces coûts restent très difficiles à évaluer. Une enquête récente a chiffré le coût économique lié aux seuls insectes à 70 milliards d'euros par an dans le monde au bas mot. L'Union européenne de son côté avait chiffré le coût des espèces invasives à 12 milliards d'euros par an. En France, une enquête du ministère de l'Environnement publiée en septembre 2015 estime que plus de 600 espèces sont présentes en France mais que 11 % d'entre elles concentrent près de 60 % des dépenses avec en tête pour les espèces animales, le moustique tigre et pour les végétales, la renouée du Japon. L'exemple de l'ambroisieLa lutte contre l'ambroisie est assez représentative des moyens mis en œuvre et de leur efficacité toute relative. «  La vallée du Rhône, l'Auvergne, le Nivernais, la Dordogne et la Charente sont infestés. Aujourd'hui, on peut dire que 13 à 21 % de la population exposée de la région Auvergne-Rhône-Alpes est allergique », constate Gilles Olivier du réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA). L'ambroisie est sous surveillance et sa cartographie est publiée tous les deux ans. Une plateforme de signalement autrefois limité à la région Rhône-Alpes couvre maintenant l'ensemble du territoire et dispose d'une appli très facile d'utilisation. « La loi Santé prévoit un décret qui va imposer des arrêtés préfectoraux quand l'ambroisie est présente avec l'obligation pour les propriétaires de procéder à l'arrachement », présente Caroline Paul de la direction générale de la Santé. C'est simplement une extension nationale du dispositif en vigueur en région Auvergne-Rhône-Alpes. Mais son bilan est très critiqué par les acteurs de terrain. « Les arrêtés préfectoraux ne sont pas appliqués. Et les référents locaux qui servent d'intermédiaires entre la collectivité et les particuliers ne sont pas actifs dans 80 % des cas », s'exclame Philippe de Goustine de l'association Stop ambroisie. Et son exaspération rejoint celle de Pierre Diamantidis, élu du Grand Lyon. « Il faut étendre les pouvoirs de police des maires en leur donnant le droit d'intervenir sur les terrains privés pour se substituer aux propriétaires qui ne font rien », réclame-t-il. Et de conclure brutalement : « la preuve de l'inefficacité des mesures en place c'est que la Région a toujours plus de surfaces infestées et la population allergique a doublé en douze ans ».DB
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
DÉCOUVREZ NOS NEWSLETTERS GRATUITES
S'identifier S'inscrire
Ou à l'adresse :
contact@environnement-magazine.fr
En partenariat avec
À lire également
PPE : Selon l’Ademe, la production d’EnR pourrait augmenter de 70% d’ici 2028
PPE : Selon l’Ademe, la production d’EnR pourrait augmenter de 70% d’ici 2028
Ce mardi 22 mai, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a publié son cahier d’acteur dans le cadre du débat public sur la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) : l’agence propose une trajectoire qui vise à augmenter la production d’énergies renouvelables (EnR) de 70 % d’ici 2028 et à diminuer la consommation d’énergie de 20 % d’ici 2035.
Le gouvernement lance un appel à projets pour labelliser des jeunes pousses « GreenTech »
Le gouvernement lance un appel à projets pour labelliser des jeunes pousses « GreenTech »
Ce jeudi 7 juin, la secrétaire d’État auprès du ministre de la transition écologique, Brune Poirson, a lancé un appel à projets pour labelliser des start-up « GreenTech ».
Déchets du BTP : Federec et la SPL Domolandes signent un partenariat
Déchets du BTP : Federec et la SPL Domolandes signent un partenariat
Le 6 juin dernier, la filière BTP de la Fédération des entreprises du recyclage (Federec) et la SPL Domolandes ont signé un partenariat qui a pour but de poursuivre les objectifs nationaux en matière de recyclage des déchets du BTP.
Le secteur des déchets ménagers génère 11 000 emplois en Ile-de-France
Le secteur des déchets ménagers génère 11 000 emplois en Ile-de-France
D’après une analyse menée par l’observatoire régional des déchets d’Ile-de-France (Ordif), le secteur des déchets ménagers emploie 11.000 personnes en poste équivalent temps plein.
Trois questions à Henri Clément, porte-parole de l’Union nationale de l'apiculture française
Trois questions à Henri Clément, porte-parole de l’Union nationale de l'apiculture française
Henri Clément est apiculteur et porte-parole de l’Union des apiculteurs de France (Unaf).
Enerfip remporte le trophée de l’innovation du salon Expobiogaz
Enerfip remporte le trophée de l’innovation du salon Expobiogaz
La septième édition du salon Expobiogaz vient de débuter ce mercredi 6 juin à Strasbourg.
Sondage : les Français souhaitent que la biodiversité devienne une priorité gouvernementale
Sondage : les Français souhaitent que la biodiversité devienne une priorité gouvernementale
Alors que le gouvernement vient d’appeler à la mobilisation nationale pour la biodiversité, la Fête de la Nature, qui se déroulera du 23 au 27 mai prochains, publie une enquête réalisée en partenariat avec YouGov.
InnoEnergy lance un appel à start-ups et TPE de l'énergie durable
InnoEnergy lance un appel à start-ups et TPE de l'énergie durable
InnoEnergy lance ce 31 mai, son premier appel à start-ups en France.
Le gouvernement met en place un groupe de travail sur les déchets du bâtiment
Le gouvernement met en place un groupe de travail sur les déchets du bâtiment
Ce mardi 5 juin, le ministère de la transition écologique et solidaire a mis en place un groupe de travail national sur les déchets du bâtiment.
Isover déploie une filière pour recycler la laine de verre
Isover déploie une filière pour recycler la laine de verre
Isover, filiale du groupe Saint-Gobain spécialisée dans les isolants thermiques et phoniques, lance Isover Recycling, la première filière spécialisée dans le recyclage des déchets de laine de verre.
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Forum des Infrastructures Numériques
28 Juin 2018
Forum des Infrastructures Numériques
Salon Amiante
12 Septembre 2018
Salon Amiante
Artibat
24 Septembre 2018
Artibat
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Eau et Assainissement
Déchets et Recyclage
Énergie et Climat
Territoires et Politiques durables
Cleantech et Éco-Entreprises
Politiques, Développement durable et Responsabilité sociale des entreprises
Pollutions, Risques et Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement
Biodiversité et Aménagement
Mobilité et Transports propres
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
BTP Magazine
BTP Rail
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
Publicité
CGV (pub)
environnement-magazine.fr est un site du Groupe Cayola.