Menu

Énergie et Climat

L'écoquartier Clichy-Batignolles en quête d'un facilitateur énergétique

Partager :
     
L'écoquartier Clichy-Batignolles en quête d'un facilitateur énergétique
Par la rédaction, le 6 juin 2017
Le projet doit durer jusqu'à la fin 2019. Il est financé à hauteur de 4,3 millions d'euros par l'Union européenne, sur un total de 5,4 millions, dans le cadre du nouveau programme Action urbaine innovante. Cordees concerne 12 programmes immobiliers de l'écoquartier Clichy-Batignolles qui accueilleront 3000 habitants et 4000 salariés. L'objectif ? Créer un « quartier intelligent » impliquant toutes les parties prenantes, en particulier les usagers.Sur une partie déjà construite de l'écoquartier, le retour d'expérience montre que « l'acte de construire n'est pas suffisant », raconte Mélanie Van Waveren, directrice de l'aménagement chez Paris Batignolles Aménagement. En clair, vous avez beau avoir des bâtiments techniquement très performants, ce sera inefficace si vous n'impliquez pas les usagers. « Quand on parle de réseau intelligent, il ne faut pas oublier l'intelligence humaine », résume Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris. « Au-delà des outils numériques, il faut donc inventer une nouvelle gouvernance basée sur une contractualisation de la performance énergétique. »Le projet Cordees va donc porter sur trois axes. D'abord, créer une plateforme de gestion en temps réel de la production et de la consommation d'énergie. « L'objectif est d'avoir une plateforme consolidant l'ensemble des données énergétiques du quartier pour savoir ce qu'il consomme, quelles sont les pointes de consommation, ce qu'il produit, son niveau d'autonomie, ce qui peut être stocké », liste Marisa Lemeur, directrice du pôle Amont Smart grids et Smart city d'Embix. « Notre engagement est de développer une plateforme collaborative et d'être le tiers de confiance sur les données. »Ensuite, proposer un ensemble de services énergétiques à toutes les parties prenantes : les habitants, les opérateurs immobiliers, les expoitants, les syndics de copropriétés, la Ville de Paris… Avec un métier à inventer au coeur de cet écosystème, celui de facilitateur énergétique. De quoi s'agit-il ? « Nous sommes encore dans la phase de recherche de la définition et du modèle économique. C'est tout l'objet du projet. Ce que nous savons, c'est que le facilitateur énergétique sera une forme d'extension du métier d'aménageur », décrit Nicolas Rougé, directeur général du cabinet Une Autre Ville. « Au-delà de la livraison des bâtiments, le facilitateur énergétique aura un rôle de sensibilisation, d'accompagnement et de coordination des acteurs du quartier. Car la manière dont les bâtiments, qui seront interconnectés, vont se comporter aura un impact sur la performance de l'ensemble. »Enfin, il s'agit aussi d'inventer une nouvelle forme de gouvernance collective passant par une coresponsabilité des acteurs impliqués dans la performance environnementale. Il reste beaucoup à inventer. Quel sera le modèle juridique et financier du facilitateur énergétique ? Comment péreniser son action ? La gouvernance collective perdurera-t-elle au-delà de cette expérimentation ? La solution sera-t-elle duplicable ailleurs ? Les questions sont multiples.Thomas Blosseville
Rubriques
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
BTP Magazine
BTP Rail
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Newsletters
Agenda
Abonnés
CGV (digital)
CGV (magazines)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
Publicité
CGV (pub)
environnement-magazine.fr est un site du Groupe Cayola.