Menu

Énergie

[Tribune] Le casse-tête de la rénovation énergétique

Partager :
     
[Tribune] Le casse-tête de la rénovation énergétique
Par Yannick Ainouche, PDG du réseau Ex'Im, administrateur de la Fidi, auteur de l'ouvrage "Demain nos logements", le 9 avril 2018
Cette semaine, le PDG du réseau Ex’Im, administrateur de la Fédération interprofessionnelle du diagnostic immobilier (Fidi) et auteur de l’ouvrage "Demain nos logements", Yannick Ainouche, revient sur la mise en oeuvre des mesures de rénovation énergétique en France. Il estime que "l’obligation d’une rénovation énergétique, dans un premier temps pour les logements les plus énergivores, reviendra à l’évidence".

« Performance énergétique »
. Inusitée il y a vingt ans, l’expression a prospéré pour entrer dans notre vocabulaire courant. Le public s’est familiarisé avec les étiquettes énergétiques sur la machine à laver comme dans le logement. On y verra le fruit d’une large politique de sensibilisation voulue par les pouvoirs publics, mais aussi une conséquence de la flambée des prix des énergies depuis deux décennies.

Au point que l’on parle désormais de valeur verte dans le logement.
Oui, cette fameuse étiquette multicolore sans laquelle aucun bien ne peut être mis en location ou en vente, aurait une influence sur le prix. De plus en plus grande, même !

L’état du parc

L’association Dinamic, créée par les Notaires de France, s’est penchée dessus. Moralité, les biens énergétiquement vertueux (A et B) bénéficient d’une plus-value par rapport à un logement moyen (D), tandis que les passoires énergétiques (G) engendrent une moins-value.

S’il fallait coller une étiquette à l’ensemble du parc résidentiel français, on obtiendrait un « D », voire un « E ». Doit faire mieux. Car la note reste insuffisante si la France veut atteindre les objectifs qu’elle s’est fixée pour réduire sa consommation d’énergie. À horizon 2050, l’ensemble du parc français devra répondre au critère BBC, Bâtiment basse consommation, l’équivalent d’une étiquette A, B à la rigueur. On en est loin, à l’heure actuelle, ces logements vertueux pèsent pour moins de 5% dans le bâti hexagonal.

Et le renouvellement naturel du parc ne suffira pas. Avec le taux actuel de renouvellement du parc en France (moins de 1% par an), il faudrait plus d’un siècle. Ce qui signifie qu’une bonne partie du parc devra être rénovée, avec une priorité sur les logements construits avant 1975, à une époque où on ne parlait pas encore de réglementation thermique (RT), qui pèsent aujourd’hui pour plus de la moitié du parc résidentiel.

De la loi Grenelle 1 de 2009, à la loi de transition énergétique de 2015, en moins de dix ans, la France s’est dotée d’un véritable arsenal réglementaire destiné à doper la rénovation énergétique des logements. Quelques mesures pêle-mêle : interdiction de vente des logements classés F ou G dans le parc social, embarquement de la performance énergétique lors de lourds travaux, ajout de la performance énergétique aux critères de décence du logement, carnet de santé du bâti, affichage du DPE dès la parution de la petite annonce, crédits d’impôts... Des dizaines et dizaines de dispositifs, fort complexes parfois, ont vu le jour, pour sensibiliser, inciter, mais aussi obliger. Mais rien n’y fait, la rénovation énergétique promise à une accélération massive depuis maintenant une décennie, patine bien en deçà de l’ambition gouvernementale de 500.000 chantiers par an. Bon an mal an, quelque 300 à 350.000 rénovations sont réalisées, mais avec de fortes disparités dans la qualité et la pertinence.

De l’incitation à l’obligation ?

Faudra-t-il l’obliger pour permettre à la rénovation de décoller enfin ? Pourquoi pas. Après tout, la proposition d’une rénovation généralisée a longtemps figuré dans le projet de loi de transition énergétique de 2015 avant d’en être retirée. La seule obligation en la matière, demeure l’embarquement de la performance énergétique en cas de gros travaux tels qu’un ravalement de façade, une réfection de toiture ou une extension du bâti.

Mais l’obligation d’une rénovation énergétique, dans un premier temps pour les logements les plus énergivores (F et G), reviendra à l’évidence. Qu’il s’agisse d’interdire par exemple les logements classés F ou G à la location comme le réclament déjà des associations de défense du locataire, ou à la vente comme c’est déjà le cas dans le parc social.
En attendant, les pouvoirs publics continuent à jouer la carte de l’information-sensibilisation (notamment via l’étiquette du DPE) et de l’incitation au travers de savantissimes mécanismes de financement : crédits d’impôt, subventions de l’Anah (Agence national de l’habitat), certificats d’économie d’énergie, prêts à taux zéro et autres aides de l’Etat souvent doublées de subventions des collectivités locales. Le tout souvent régi par l’éco-conditionnalité : on vous aide seulement si vous faites appel à des artisans disposant de la mention RGE (Reconnu garant de l’environnement). Et pour compliquer davantage, ce mille-feuilles évolue sans cesse, si bien que seuls les conseillers énergétiques parviennent à s’y retrouver.

Performance et contre-performances !

Si des améliorations énergétiques simples peuvent souvent être apportées comme l’isolation des combles, par exemple, la rénovation globale reste une affaire de professionnels. Car sa mauvaise mise en œuvre pourra avoir des conséquences fâcheuses. Deux exemples fréquemment rencontrés, l’un dans le neuf, l’autre dans l’ancien :
- Dans l’ancien, contrairement à une idée reçue, le bâtiment n’est pas plus énergivore que dans la période 1950-1975. Au contraire disent même certains thermiciens : mieux vaut souvent une maison du début du XXe siècle utilisant des matériaux traditionnels qu’un bien construit dans l’après-guerre. Avec des murs dits « respirants », qui ont vocation à réguler l’humidité et la température, le bâti ancien exige une réponse adaptée. La mise en œuvre d’un doublage isolant sur une maçonnerie ancienne peut créer les conditions d’humidité favorables au développement de champignons et autres moisissures.
- Deuxième exemple, dans le neuf cette fois. La RT 2012 a renforcé encore l’isolation des nouvelles constructions. On a même parlé de « maisons thermos », totalement imperméables à l’air. Malheureusement, on observe souvent dans la construction neuve, un système de ventilation sous-dimensionné ou mal entretenu, si bien que le renouvellement d’air n’est pas correctement assuré et la qualité d’air intérieur s’en trouve nécessairement détériorée.

Si les pouvoirs publics ont instauré ces 15 dernières années, des mesures de plus en plus draconiennes sur la performance énergétique des constructions neuves, et des mesures incitatives pour la rénovation de l’ancien, celles-ci semblent aujourd’hui sous-dimensionnées pour répondre à l’ambition des logements verts pour tous.

Dans une France où la notion de patrimoine historique est si prégnante, long est le chemin pour que tous les logements répondent aux cahiers des charges en matière de consommation énergétique.
Yannick Ainouche, PDG du réseau Ex’Im, Administrateur de la Fidi, auteur de l’ouvrage "Demain nos logements"
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
DÉCOUVREZ NOS NEWSLETTERS GRATUITES
S'identifier S'inscrire
Ou à l'adresse :
contact@environnement-magazine.fr
Les plus lus
En partenariat avec
À lire également
Elisabeth Ayrault est reconduite à la présidence du directoire de CNR
Elisabeth Ayrault est reconduite à la présidence du directoire de CNR
Elisabeth Ayrault a été reconduite dans ses fonctions de présidente du directoire de la Compagnie nationale du Rhône (CNR), par décret du président de la République le 16 juillet dernier.
Transition écologique : l’Essec et CentraleSupélec lancent un nouvel incubateur
Transition écologique : l’Essec et CentraleSupélec lancent un nouvel incubateur
L’Essec Business School et CentraleSupélec lancent un incubateur baptisé « Gaïa Entrepreneurs », afin d’accompagner les projets liés à la transition écologique.
La Commission européenne valide l’aide de l’État français au pilote de centrale hydrolienne du Raz Blanchard
La Commission d’européenne a autorisé ce jeudi 26 juillet, l’aide de la France en faveur de l’installation pilote de production d’énergie hydrolienne de Raz Blanchard (Manche).
Electricité : les renouvelables s’envolent au 2ème trimestre
Selon RTE, gestionnaire du réseau de transport d’électricité, 31% de l’électricité consommée par les français au deuxième trimestre 2018 est d’origine renouvelable.
Autoconsommation collective : Enerplan dépose un recours gracieux à la CRE
Autoconsommation collective : Enerplan dépose un recours gracieux à la CRE
Le syndicat des professionnels du secteur de l’énergie solaire, Enerplan, a adressé le 24 juillet dernier, un recours gracieux à la Commission de régulation de l’énergie (CRE).
Engie investit dans une jeune pousse qui propose une solution de biogaz à domicile
Engie investit dans une jeune pousse qui propose une solution de biogaz à domicile
Engie a annoncé le 24 juillet, sa prise de participation à hauteur de 13 % dans HomeBiogas, une entreprise qui propose un digesteur biogaz destiné aux particuliers.
[Tribune] Chaleur renouvelable : optimiser, diversifier… C’est gagner !
[Tribune] Chaleur renouvelable : optimiser, diversifier… C’est gagner !
Cette semaine, Florence Lievyn, déléguée générale de l’association Coénove, revient sur les leviers de développement de la chaleur renouvelable.
La géothermie, solution optimale de rafraîchissement selon le SER
La géothermie, solution optimale de rafraîchissement selon le SER
A l’été 2017, la température a excédé de 1,5 °C la normale dans plusieurs villes de France.
Appel à manifestation d’intérêt pour la reconversion d’un centre de stockage de déchets en centrale solaire
Appel à manifestation d’intérêt pour la reconversion d’un centre de stockage de déchets en centrale solaire
La métropole Aix-Marseille Provence lance un appel à manifestation d’intérêt pour la reconversion de l’ancien centre de stockage des déchets non dangereux de Mallemort (Bouches-du-Rhône) en centrale solaire photovoltaïque au sol.
Solaire thermique : une baisse des installations européennes en 2017
Solaire thermique : une baisse des installations européennes en 2017
D’après l’observatoire européen des énergies renouvelables, Eurobserv’ER, la surface annuelle de capteurs solaires thermiques installés a diminué de 24,2 % en 2017 (par rapport à 2016) dans l’Union européenne, avec moins de 2 millions de mètres carrés supplémentaires.
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Salon Amiante
12 Septembre 2018
Salon Amiante
Artibat
24 Septembre 2018
Artibat
Cycl'eau
3 Octobre 2018
Cycl'eau
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Eau et Assainissement
Déchets et Recyclage
Énergie et Climat
Territoires et Politiques durables
Cleantech et Éco-Entreprises
Politiques, Développement durable et Responsabilité sociale des entreprises
Pollutions, Risques et Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement
Biodiversité et Aménagement
Mobilité et Transports propres
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
BTP Magazine
BTP Rail
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
Publicité
CGV (pub)
environnement-magazine.fr est un site du Groupe Cayola.