Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Des chercheurs mesurent les conséquences du réchauffement climatique à 4000 mètres de profondeur

Des chercheurs mesurent les conséquences du réchauffement climatique à 4000 mètres de profondeur
Par E.G, le 29 octobre 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le CNRS, l’Ifremer et l’Université de Bretagne Occidentale (UBO), ont publié dans Journal of geophysical research, les résultats de mesures effectuées jusqu’à 4.000 mètres de profondeur dans l’Atlantique Nord.

Grâce à une nouvelle génération de flotteurs autonomes profonds, le laboratoire d’océanographie physique et spatiale (CNRS, l’Ifremer et UBO), ont pu récolter des données sur les dynamiques de mélange et de déplacement des masses d’eau profonde. « Autant de données essentielles pour comprendre comment le signal climatique se diffuse dans l’océan global », soulignent les chercheurs. Ces résultats sont publiés dans Journal of geophysical research.

« Grâce au réseau de 4.000 flotteurs autonomes Argo qui mesurent la température et la salinité entre 0 et 2.000 mètres de profondeur dans l’ensemble des océans, il a été estimé que cette tranche de la colonne d’eau est actuellement plus chaude d’environ 0.8°C par rapport à 1950 », précise le laboratoire. Ces nouvelles mesures permettent d’aller au-delà de ces 2.000 mètres, grâce à un flotteur Argo profond : le Deep-Arvor. « Afin de comprendre comment l’excès de chaleur pénètre et voyage dans l’océan et comment il impacte son fonctionnement, les chercheurs du LOPS ont concentré leur effort de recherche dans l’Atlantique Nord, où les eaux chaudes venues du sud se refroidissent et plongent vers les profondeurs, contribuant ainsi à la pénétration des signaux climatiques dans l’océan profond », précise le rapport. « La redistribution de cette chaleur vers le reste de l’océan dépend de la circulation profonde qui est encore largement inconnue », ajoutent les chercheurs.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Etablir un bilan thermique

Cinq des flotteurs Deep-Arvor ont été déployés entre 2015-2017, au sud de l’Islande à 3.600 mètres de profondeur. Ils sont les seuls capables de mesurer la concentration d’oxygène dissous dans l’eau. « De cette donnée, les scientifiques déduisent l’âge relatif d’une masse d’eau : plus elle est jeune et a donc eu un contact récent avec l’atmosphère, plus sa concentration en oxygène est élevée ; à l’inverse, plus elle est vieille, plus sa concentration en oxygène est faible », est-il expliqué. « Ces mesures permettent ainsi de suivre et de comprendre la propagation et la dilution des signaux climatiques dans l’océan. De telles informations sont cruciales pour améliorer les modèles de projections climatiques », ajoutent les chercheurs.

Dans le monde, 21 flotteurs Deep-Arvor sont déployés. En 2020, 16 nouveaux seront mis à l’eau dans l’Atlantique nord. « Ce réseau dense de flotteurs profonds nous aidera à comprendre comment se répartit le signal climatique dans 100 % du volume de l’océan global, contre 50 % avec les flotteurs plongeant à 2.000 mètres, conclut la chercheuse Virginie Thierry. Ce mix de flotteurs nous permettra d’établir plus finement le bilan thermique de l’océan global car une partie de la chaleur reçue par l’océan demeure indétectée à ce jour ».

Crédit : Ifremer
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
[Vidéo] Agriculteurs bio : la difficile relève
[Vidéo] Agriculteurs bio : la difficile relève
En Bretagne, de plus en plus d'exploitations ne trouvent pas de repreneurs. Les explications avec la chronique d'Agnès Breton.
Une transition énergétique massive nécessaire pour la survie des coraux
Une transition énergétique massive nécessaire pour la survie des coraux
Selon une récente étude publiée dans la revue Biological Conservation, la survie des récifs coralliens dépendrait d’un engagement politique d’envergure internationale.
Une première coalition mondiale pour le développement des algues marines
Une première coalition mondiale pour le développement des algues marines
Le Cnrs, la Fondation Lloyd’s Register et le Pacte mondial des Nations unies (UNGC) ont lancé la Safe Seaweed Coalition. Sa vocation : développer la culture et l’utilisation des algues.
Johanna Moreau nommée présidente de l'association Roseliere
Johanna Moreau nommée présidente de l'association Roseliere
La responsable biodiversité à Cemex France, Johanna Moreau, prend la tête de l'association Roseliere.
Les Parcs naturels régionaux mobilisés dans la transition agroécologique
Les Parcs naturels régionaux mobilisés dans la transition agroécologique
Les Parcs naturels régionaux et trois acteurs de la recherche et de l’enseignement supérieur dans les domaines de l’agriculture, de l’environnement et de l’alimentation, renforcent leur collaboration au service du développement durable des territoires.
Papillonline : l'application de découverte et d’observation des papillons
Papillonline : l'application de découverte et d’observation des papillons
L’association Noé a lancé une application mobile gratuite permettant à chacun d’identifier les papillons et de découvrir les nouvelles espèces observées.
L’Office français de la biodiversité et l’Ifremer coopèrent pour la protection de la biodiversité marine
L’Office français de la biodiversité et l’Ifremer coopèrent pour la protection de la biodiversité marine
L’Ifremer, et l’Office français de la biodiversité ont signé ce jeudi 11 mars, un accord-cadre d’une durée de quatre ans visant à renforcer leur partenariat.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.