Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

BIODIVERSITÉ
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Biodiversité : WWF chiffre à près de 500 milliards de dollars par an le déclin de la nature

Partager :
Biodiversité : WWF chiffre à près de 500 milliards de dollars par an  le déclin de la nature
Par La rédaction, le 14 février 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Biodiversité
Selon un nouveau rapport du WWF,  l’inaction climatique coûterait presque 10.000 milliards de dollars d’ici à 2050, au niveau mondial.

 Selon le rapport «Global Futures»*, l’inaction climatique coûterait près de 500 milliards de dollars par an d’ici à 2050, au niveau mondial. Les États-Unis figurent à la première place des pays les plus touchés (en valeur absolue du PIB), avec une perte de 83 milliards de dollars par an d’ici à 2050. Viennent ensuite le Japon (80 milliards) et le Royaume-Uni (21 milliards). La France figure à la dixième place parmi les pays les plus impactés. Elle devrait perdre 8,4 milliards de dollars chaque année, soit un total de 173 milliards de dollars d’ici à 2050. 
 
Ces pertes économiques sont principalement dues à l’érosion des côtes (plus de 5 milliards de dollars) et à la diminution de la production halieutique (plus de 2 milliards de dollars), ainsi que dans une moindre mesure à la limitation du stockage du carbone, de la pollinisation, et des apports en eau. Toujours selon le rapport, c’est le secteur agricole qui risque d’être particulièrement touché par le déclin de la nature, notamment à cause de la raréfaction de l’eau et la disparition des insectes polinisateur. Les prix des denrées alimentaires de base et des matières premières risquent donc de grimper d’ici à 2050 : 3% d’augmentation pour les fruits et légumes, 4% pour les graines oléagineuses, et 8% pour le bois. 

"Il est encore possible d’inverser la tendance"
 
Les scientifiques se veulent toutefois rassurant. « Si nous parvenons à mieux gérer l’utilisation des terres pour éviter de nouvelles pertes de zones importantes pour la biodiversité et les services écosystémiques, comme le démontre le rapport dans le scénario “Global Conservation”, les résultats économiques seraient ainsi nettement meilleurs, avec une augmentation du PIB mondial de 490 milliards de dollars chaque année par rapport au calcul du scénario du statu quo » explique WWF dans son communiqué de presse.
 
L’association appelle les États et les acteurs économiques à prendre encore plus d’engagements pour endiguer la crise climatique. «L’année 2020 est une échéance cruciale à ne pas rater, avec le Congrès mondial de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature, ndlr) à Marseille et la conférence mondiale pour la biodiversité en Chine», conclu Arnaud Gauffier, directeur des programmes de WWF France.

* Une étude réalisée par WWF, en partenariat avec le Global Trade Analysis Project de l’université de Purdue et le Natural Capital Project de l’université du Minnesota. 
 
Offre en ligne à partir de 8,90 €
Dans ce contexte particulier, le premier mois d'abonnement est offert.
Je m'abonne
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] La faune regagne la ville
Cette troisième semaine de confinement a permis aux animaux de reprendre du terrain en ville. C'est le cas dans de nombreuses métropoles mondiales où la population est confinée. Mais les professionnels des services essentiels - gestion de l'eau et des déchets par exemple - continuent d'assurer leurs missions.
+ de vidéos Environnement TV
Pour plus d'informations cliquez ici
À lire également
Coronavirus et autres maladies émergentes : l'urgence à repenser la veille sanitaire mondiale
Coronavirus et autres maladies émergentes : l'urgence à repenser la veille sanitaire mondiale
Comment identifier précocement les nouveaux signaux épidémiques ? Face à l’épidémie de coronavirus, une vingtaine d’instituts de recherche et agences de santé publique tentent de répondre à cette question dans le cadre du projet Mood. Un projet coordonné par le Cirad.
Earth hour 2020 : une édition 100% digitale
Earth hour 2020 : une édition 100% digitale
Crise sanitaire oblige, face à l’épidémie de Covid-19, le WWF a décidé de modifier son évènement annuel Earth hour. Il propose jusqu'a demain, une mobilisation digitale.
Coronavirus : l'OFB réorganise ses missions
Coronavirus : l'OFB réorganise ses missions
L'Office français de la biodiversité assure s'organiser, dans ce contexte de crise sanitaire, pour continuer à préserver la biodiversité, tout en garantissant la sécurité de ses agents.
Sobriété : la preuve par le Covid-19
Sobriété : la preuve par le Covid-19
Le confinement et la baisse d’activité auxquels nous réduit le coronavirus ouvriront-ils un boulevard à la sobriété ? C’est en tout cas le mode de « sortie de crise » que défendent les experts réunis par la Fondation européenne pour le climat pour une conférence de presse en ligne, le 25 mars. Les leçons tirées de la pandémie se mesureront dans les plans de relance économique et lors des prochaines conférences internationales sur la biodiversité et le climat.
Le Conseil d'Etat somme la France de modifier la réglementation sur les OGM
Le Conseil d'Etat somme la France de modifier la réglementation sur les OGM
Dans une décision rendue ce vendredi 7 février, le Conseil d'Etat a jugé que certains organismes obtenus par mutagénèse doivent respecter la réglementation OGM.
Zones humides : le sobre anniversaire de la Convention Ramsar
Zones humides : le sobre anniversaire de la Convention Ramsar
A l’échelle mondiale, 35 % des zones humides ont disparu entre 1970 et 2015, un rythme trois fois supérieur à celui des forêts. La France fête le 49e anniversaire de la Convention Ramsar, premier traité international sur la conservation des ressources naturelles, avec l’inscription au réseau mondial d’un 50ème site national. Et sans politique volontariste de reconquête des milieux, en dehors des acquisitions de sites confiées au Conservatoire du littoral il y a quarante-cinq ans.
Fermes « bas-carbone » : 391 élevages labellisés
Fermes « bas-carbone » : 391 élevages labellisés
Lors de sa visite au Salon de l’agriculture, Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, a indiqué que près de 400 éleveurs laitiers étaient d’ores-et-déjà labellisés « bas-carbone ».
Tous les articles BIODIVERSITÉ
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Cycl'eau Bordeaux
7 Avril 2020
Cycl'eau Bordeaux
Confs'Amiante Bâti
5 Mai 2020
Confs'Amiante Bâti
HSE 2020
12 Mai 2020
HSE 2020
+ d'événements
Emploi
- Saur propose une Licence GASTE en Apprentissage
- Ingénieur Génie - Civil H / F
- Installateur / Installatrice en chauffage, climatisation, sanitaire et énergies renouvelables
- Ingénieur projet F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.