Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

BIODIVERSITÉ
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Biodiversité : WWF chiffre à près de 500 milliards de dollars par an le déclin de la nature

Partager :
Biodiversité : WWF chiffre à près de 500 milliards de dollars par an  le déclin de la nature
Par La rédaction, le 14 février 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Biodiversité
Selon un nouveau rapport du WWF,  l’inaction climatique coûterait presque 10.000 milliards de dollars d’ici à 2050, au niveau mondial.

 Selon le rapport «Global Futures»*, l’inaction climatique coûterait près de 500 milliards de dollars par an d’ici à 2050, au niveau mondial. Les États-Unis figurent à la première place des pays les plus touchés (en valeur absolue du PIB), avec une perte de 83 milliards de dollars par an d’ici à 2050. Viennent ensuite le Japon (80 milliards) et le Royaume-Uni (21 milliards). La France figure à la dixième place parmi les pays les plus impactés. Elle devrait perdre 8,4 milliards de dollars chaque année, soit un total de 173 milliards de dollars d’ici à 2050. 
 
Ces pertes économiques sont principalement dues à l’érosion des côtes (plus de 5 milliards de dollars) et à la diminution de la production halieutique (plus de 2 milliards de dollars), ainsi que dans une moindre mesure à la limitation du stockage du carbone, de la pollinisation, et des apports en eau. Toujours selon le rapport, c’est le secteur agricole qui risque d’être particulièrement touché par le déclin de la nature, notamment à cause de la raréfaction de l’eau et la disparition des insectes polinisateur. Les prix des denrées alimentaires de base et des matières premières risquent donc de grimper d’ici à 2050 : 3% d’augmentation pour les fruits et légumes, 4% pour les graines oléagineuses, et 8% pour le bois. 

"Il est encore possible d’inverser la tendance"
 
Les scientifiques se veulent toutefois rassurant. « Si nous parvenons à mieux gérer l’utilisation des terres pour éviter de nouvelles pertes de zones importantes pour la biodiversité et les services écosystémiques, comme le démontre le rapport dans le scénario “Global Conservation”, les résultats économiques seraient ainsi nettement meilleurs, avec une augmentation du PIB mondial de 490 milliards de dollars chaque année par rapport au calcul du scénario du statu quo » explique WWF dans son communiqué de presse.
 
L’association appelle les États et les acteurs économiques à prendre encore plus d’engagements pour endiguer la crise climatique. «L’année 2020 est une échéance cruciale à ne pas rater, avec le Congrès mondial de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature, ndlr) à Marseille et la conférence mondiale pour la biodiversité en Chine», conclu Arnaud Gauffier, directeur des programmes de WWF France.

* Une étude réalisée par WWF, en partenariat avec le Global Trade Analysis Project de l’université de Purdue et le Natural Capital Project de l’université du Minnesota. 
 
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Environnement TV ouvre les vannes
Le 21e Carrefour des gestions locales de l'eau se tient en ce moment même à Rennes. Pour l'occasion, l'équipe d'Environnement TV vous propose une émission consacrée à l'Eau.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
Ressources halieutiques françaises : 26% des volumes pêchés en 2019 sont touchés par la surpêche
Ressources halieutiques françaises : 26% des volumes pêchés en 2019 sont touchés par la surpêche
Ce vendredi 31 janvier, l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) publie un bilan de l'état écologique des poissons pêchés en France métropolitaine.
Thierry Burlot et Sylvie Detoc à la tête de l'Agence bretonne de la biodiversité
Thierry Burlot et Sylvie Detoc à la tête de l'Agence bretonne de la biodiversité
Ce mardi 14 janvier, le conseil d'administration de la nouvelle Agence bretonne de la biodiversité s'est réuni. Thierry Burlot et Sylvie Detoc ont été élus président et vice-présidente.
Un nouvel appel à projets pour protéger les espèces menacées
Un nouvel appel à projets pour protéger les espèces menacées
L’agence de l’eau Loire-Bretagne lance un appel à projets en faveur des espèces menacées. Les projets doivent être déposés avant le 15 février prochain.
Zones humides : le sobre anniversaire de la Convention Ramsar
Zones humides : le sobre anniversaire de la Convention Ramsar
A l’échelle mondiale, 35 % des zones humides ont disparu entre 1970 et 2015, un rythme trois fois supérieur à celui des forêts. La France fête le 49e anniversaire de la Convention Ramsar, premier traité international sur la conservation des ressources naturelles, avec l’inscription au réseau mondial d’un 50ème site national. Et sans politique volontariste de reconquête des milieux, en dehors des acquisitions de sites confiées au Conservatoire du littoral il y a quarante-cinq ans.
La France veut créer des normes internationales sur la Biodiversité
La France veut créer des normes internationales sur la Biodiversité
A travers l’organisme Afnor, la France a proposé à l’ISO, l’organisation internationale de normalisation, de créer des normes internationales sur la biodiversité.
Pierre Dubreuil est nommé directeur général de l'Office français de la biodiversité
Pierre Dubreuil est nommé directeur général de l'Office français de la biodiversité
Pierre Dubreuil vient d'être nommé directeur général de l'Office français de la biodiversité (OFB).
Le réchauffement climatique dérègle les périodes de pollinisation en Europe
Le réchauffement climatique dérègle les périodes de pollinisation en Europe
Publiée le 23 décembre dernier dans la revue Nature Ecology, une étude menée par des chercheurs français et européens, dont une équipe du Centre d'écologie et des sciences de la conservation, prouve que le réchauffement climatique diminue la diversité des pollinisateurs en Europe.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
SALON AQUIBAT
26 Février 2020
SALON AQUIBAT
Confs'Amiante Bâti
27 Février 2020
Confs'Amiante Bâti
Confs'Amiante Navire
10 Mars 2020
Confs'Amiante Navire
+ d'événements
Emploi
- Technicien SAV froid industriel H/F
- Coordinateur(rice) Cybersécurité H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- COMPTABLE F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.