Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Les incendies en Amazonie sont plus désastreux que jamais et le changement climatique n'en est pas la seule cause

[Tribune] Les incendies en Amazonie sont plus désastreux que jamais et le changement climatique n'en est pas la seule cause
Par Pieter van Midwoud, Responsable principal des plantations chez Ecosia, le 12 novembre 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Menacée par la sécheresse et par les incendies, la forêt amazonienne subit aussi les conséquences d’une politique hostile. Pieter van Midwoud, responsable principal des plantations chez le navigateur Ecosia, revient sur la responsabilité humaine dans la dégradation de la forêt. 

L’année dernière, les incendies en Amazonie ont fait les gros titres pendant des mois. Environ 125.450 hectares de forêts riches en biodiversité ont été décimés au Brésil. Le nombre total d’incendies a augmenté de 20% entre 2018 et 2019, un bien triste record. Malheureusement, les incendies de cette saison seront probablement encore pires. Et cette situation n’est pas seulement liée à la crise climatique dans laquelle nous nous engouffrons : d’autres facteurs entrent en jeu.

Les planteurs d’arbres et pompiers qui luttent contre les feux de forêt sur le terrain nous rapportent une augmentation significative du nombre d’incendies, environ 30% de plus par rapport à l’année dernière. Pourquoi ? La crise climatique est évidemment en cause, car la sécheresse des terres et la hausse des températures ont toutes deux atteint des niveaux records, mais le problème est plus complexe.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
La campagne médiatique de Jair Bolsonaro contre le monde naturel

Depuis longtemps, les politiciens brésiliens entretiennent une relation compliquée avec l’Amazonie. Malgré des avancées contre la déforestation il y a une dizaine d’années, depuis l’arrivée de Jair Bolsonaro au pouvoir, la volonté de croissance économique a pris le dessus sur la protection de la forêt tropicale. En effet, le président brésilien a supprimé de nombreuses mesures environnementales et a activement décrit l’Amazonie comme un obstacle plutôt que comme une richesse à préserver. En France, cela reviendrait à une campagne gouvernementale pour transformer des zones clés de la biodiversité, comme la région méditerranéenne, en gigantesques parkings. Inévitablement, la mentalité de la population est elle aussi en train de changer et l’importance culturelle de l’Amazonie devient de moins en moins tangible pour les Brésiliens.

Nos partenaires de plantation d’arbres au Brésil rapportent que les ONG de la région ont vu leurs financements en matière de restauration considérablement réduits à cause de la politique de Bolsonaro. En outre, à cause des messages venus d’en haut, sous-entendant que les forêts n’ont pas d’importance, les mesures de protection sont moins appliquées, notamment en matière de prévention et de gestion des incendies. Il y a d’énormes lacunes en termes de responsabilité : de nombreux agriculteurs ne font plus d’efforts pour empêcher leurs feux de brûlis de se propager vers les forêts environnantes. C’était l’une des causes d’incendies les plus souvent enregistrées l’année dernière, et on verra sans doute la même chose se produire en 2020.

Un cocktail explosif : Bolsonaro, le Covid-19, la crise économique et le changement climatique

Il était couru d’avance que la saison des feux de forêt en Amazonie serait dévastatrice cette année. Cependant, personne ne pouvait prévoir la pandémie. Les confinements locaux dus au Covid-19 ont eu un impact considérable sur les ONG, qui ont été incapables de se préparer pour les incendies à venir. De plus, la récession économique et le retrait des financements environnementaux par Bolsonaro poussent ces ONG au bord de l’effondrement financier. Les financements locaux et internationaux se sont taris, et de nombreuses organisations ont dû supprimer des postes pour survivre. En clair, cela signifie que la dernière barrière qui protégeait encore la forêt amazonienne des incendies a disparu.

En raison d’un manque de soutien centralisé, les organisations de reforestation doivent non seulement reboiser mais aussi, dans certains cas, s’occuper d’arrêter les incendies. Par exemple, les partenaires d’Ecosia sur le terrain ont réussi à planter 1,6 million d’arbres au Brésil l’année dernière et ont aussi sauvé, selon nos estimations, 3 millions d’arbres grâce à leurs efforts de lutte contre les feux de forêt. Les ravages du coronavirus au Brésil (106.000 morts à ce jour) ont éclipsé la situation en Amazonie. On a enregistré une sécheresse et des températures record, mais la tempête du Covid a détourné l’attention de la bombe climatique, qui est prête à exploser en Amazonie.

Une fois que ces forêts seront parties en fumée, il leur faudra des décennies, voire des siècles, pour repousser. Malgré les autres événements qui se déroulent dans le monde, nous ne devons pas perdre de vue l’effondrement écologique en train de se produire au Brésil. Au contraire, il nous faut redoubler d’efforts pour protéger cette région gravement menacée.
 

Pieter van Midwoud, Ecosia
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Hope Reef : Mars Petcare lance le plus grand programme de protection des coraux
Hope Reef : Mars Petcare lance le plus grand programme de protection des coraux
Sheba, marque d’alimentation pour chats commercialisée par Mars Petcare, s’engage à restaurer plus de 185.000 mètres carrés de récifs coraliens d’ici 2029 à travers son nouveau programme « Hope Reef ».
Une transition énergétique massive nécessaire pour la survie des coraux
Une transition énergétique massive nécessaire pour la survie des coraux
Selon une récente étude publiée dans la revue Biological Conservation, la survie des récifs coralliens dépendrait d’un engagement politique d’envergure internationale.
Les glaciers du monde fondent à grande vitesse depuis 2000
Les glaciers du monde fondent à grande vitesse depuis 2000
Des scientifiques sonnent l'alarme et alertent dans une étude sur l'accélération de la fonte des glaciers depuis 2000. Résultats : les pertes de glace seraient passées de 227 gigatonnes par an entre 2000 et 2004, à 298 gigatonnes par an entre 2015 et 2019.
Serge Morand, nommé membre du panel d’experts « One health »
Serge Morand, nommé membre du panel d’experts « One health »
Serge Morand, écologue de la santé au CNRS, en détachement au Cirad en Thaïlande, fait désormais partie des 26 experts internationaux de haut niveau « Une seule santé ».
Réchauffement climatique : une étude révèle le niveau de vulnérabilité des forêts d’Afrique centrale
Réchauffement climatique : une étude révèle le niveau de vulnérabilité des forêts d’Afrique centrale
Les chercheurs de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et de l'Organisme français de recherche agronomique (Cirad), ont identifié les massifs les plus vulnérables d’Afrique centrale.
La filière agrivoltaïque en voie de structuration avec la nouvelle association France Agrivoltaïsme
La filière agrivoltaïque en voie de structuration avec la nouvelle association France Agrivoltaïsme
Les pionniers de l'agrivoltaïsme Sun’Agri et REM Tec, le bureau d’ingénierie en énergie solaire Kilowattsol, le producteur d’énergie Altergie Développement et la plateforme de financement dédiée aux projets agrivoltaïques Râcines annoncent la création de l’association France Agrivoltaïsme. Objectif : promouvoir et structurer cette filière pour permettre un développement pérenne et encourager les pratiques privilégiant l’amélioration et la résilience de l’agriculture.
Un guide pour préserver la biodiversité forestière
Un guide pour préserver la biodiversité forestière
À l’approche de la journée internationale de la biodiversité du 22 mai, l’association FSC France, l’organisation WWF et le producteur de pâte à papier et produits d’emballage International Paper, publient une boîte à outils pour soutenir les gestionnaires forestiers dans la mise en place d’actions concrètes.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.