CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Biodiversité > COP 14 sur les espèces migratrices : adoption d'un plan d'action stratégique
BIODIVERSITÉ

COP 14 sur les espèces migratrices : adoption d'un plan d'action stratégique

PUBLIÉ LE 23 FÉVRIER 2024
LA RÉDACTION
Archiver cet article
COP 14 sur les espèces migratrices : adoption d'un plan d'action stratégique
Oiseaux migrateurs / Crédits : balouriarajesh
Alors qu’une espèce migratrice sur cinq est aujourd’hui menacée d’extinction, les 130 pays présents lors de la COP 14 ont élaboré un plan de protection.

La 14e conférence des pays signataires de la Convention de Bonn pour la protection et la conservation des espèces animales migratrices (COP 14 CMS) s’est tenue du 12 au 17 février 2024 à Samarcande en Ouzbékistan. Elle a rassemblé plus de 2000 délégués venant de plus de 130 pays. Un plan d’action stratégique pour la protection des espèces migratrices a été adopté à son issue, dressant une liste d’actions jusqu’en 2032 pour tenter d’améliorer la conservation de ces espèces.
 
Le premier rapport sur l’état des espèces migratrices dans le monde dresse un constat sans appel : une espèce sur cinq serait menacée d’extinction. Pour inverser cette situation, les pays signataires de la Convention de Bonn ont adopté un nouveau plan stratégique pour les espèces migratrices, dont les objectifs doivent guider leurs mesures nationales jusqu’en 2032. En parallèle, de nombreuses espèces en danger ont été inscrites aux annexes de la Convention afin d’interdire leur prélèvement ou d’établir une coopération internationale en vue de leur conservation. Des résolutions marquantes ont aussi été votées sur l’exploitation minière des fonds marins, la conservation du jaguar et les captures accidentelles d’espèces marines.
 
Les six objectifs du plan stratégique 2024-2032 consistent en : 

- L’amélioration de l’état de conservation des espèces migratrices,
- Le maintien et la restauration des habitats et aires de répartition des espèces migratrices pour favoriser leur connectivité,
- L’élimination ou la réduction significative des menaces pesant sur les espèces migratrices,
- La mise en œuvre de la CMS s’appuyant sur des connaissances, des capacités et des ressources adéquates,
- Le soutien à la mise en œuvre de la CMS par une gouvernance efficace, y compris l’utilisation des meilleures données scientifiques et informations disponibles et le travail en collaboration,
- Le renforcement du profil de la CMS et les synergies avec d’autres cadres internationaux pertinents.
 
Au cours de la conférence, la délégation française a annoncé une contribution financière volontaire de 200 000 €, apportée par l’Office français de la biodiversité, aux deux initiatives du Secrétariat de la Convention portant sur la connectivité écologique et le prélèvement illégal d’espèces migratrices.
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Dépollution : restaurer la lagune du Thau
Dépollution : restaurer la lagune du Thau
Forêt-bois : un nouveau guide sur les métiers de la filière par l’Onisep
Forêt-bois : un nouveau guide sur les métiers de la filière par l’Onisep
Transition agroécologique : la Banque des Territoires et Cartesia Éducation investissent dans la formation des agriculteurs
Transition agroécologique : la Banque des Territoires et Cartesia Éducation investissent dans la formation des agriculteurs
Devenez la capitale française de la biodiversité !
Devenez la capitale française de la biodiversité !
Tous les articles Biodiversité
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS