Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Transfert des compétences eau et assainissement : la fin du feuilleton ?

Transfert des compétences eau et assainissement : la fin du feuilleton ?
Par Laurence Madoui, le 13 décembre 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
La commission mixte paritaire sur le projet de loi Engagement et proximité s’est conclue, le 11 décembre, sur un compromis entre députés et sénateurs. La règle du transfert obligatoire est assouplie dans les communautés de communes : la gestion de l’eau et de l’assainissement pourra s’exercer à l’échelle communale jusqu’en 2026, sous réserve d’un schéma directeur et d’un plan de programme pluriannuel d’investissement agréés par l’intercommunalité.

Est-ce la fin du « bazar sur le terrain, où les préfets disent tout et son contraire » ? Quand l’avocat Eric Landot s’agace des « textes que l’on tricote et détricote », Martin Guespereau, du ministère de la Cohésion des territoires, justifie « la souplesse » prévue par la loi Engagement et proximité sur le transfert de l’eau et de l’assainissement aux intercommunalités.

Au chevet de la loi Notre

Depuis son adoption en 2015, la loi sur la Nouvelle organisation territoriale de la République, qui pose le principe de la gestion intercommunale en 2020, a suscité quatre textes1 visant à l’aménager. « C’est le signe que la loi est malade », diagnostique le directeur adjoint du cabinet de Sébastien Lecornu. Le remède sera un traitement apaisant : les communautés de communes pourront, jusqu’au 1er janvier 2026, déléguer la compétence à leurs membres.

Un geste en direction du Sénat, partisan de la suppression pure et simple du transfert. Ce qui aurait rendu le millefeuille territorial plus digeste pour les maires ruraux, socle du corps électoral lors du scrutin sénatorial – dont le prochain se tiendra en septembre 2020.

Prolongation des bien-portants

Le régime dérogatoire est à saisir avant le 31 décembre, sachant que 75% des communes pouvant, depuis la loi Ferrand-Fesneau d’août 2018, conserver la compétence l’ont déjà fait. Le répit durera le temps d’un mandat municipal, sur les seuls territoires où la communauté de communes n’assume jusqu’alors aucun pan du service. « L’autorité organisatrice est bien l’interco, qui peut déléguer la compétence aux communes dont elle juge le dossier solide, assure Martin Guespereau, lors de la table ronde organisée, le 11 décembre, par le Cercle français de l’eau (CFE). Il est ainsi reconnu que, par endroits, des régies et syndicats de communes fonctionnent et investissent. »

Germes d’attentisme

La règle de vote du maintien de la compétence dans le giron communal est calquée sur celle valant depuis 2017 pour le PLU  : 25 % des communes - couvrant 20 % de la population - peuvent contrer le transfert. « Retenir la majorité classique en matière de transfert, soit 2/3 des communes - représentant 50 % de la population - aurait été cohérent, note Nicolas Portier, délégué général de l’Assemblée des communautés de France. Paradoxe : c’est dans la ruralité, où le besoin de mutualisation est pressant, que l’intégration va ralentir. Décaler le transfert, c’est prendre le risque que rien ne se passe d’ici 2026. »

Pour Régis Taisne, de la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR), « il n’y a pas de solution hors interco, qu’elle soit à fiscalité propre ou technique (syndicats). Un renouvellement de plus de 50 % des maires est envisagé en mars 2020, les nouveaux élus ne souhaiteront peut-être pas se frotter à ces sujets complexes, ce qui faciliterait le transfert », pressent le chef du département du cycle de l’eau.

Thierry Burlot, président du CFE, entend l’attachement à la compétence en zone rurale, « où les commerces et les écoles ferment. Mais les intercos ne peuvent assumer le développement économique sans piloter l’eau et l’assainissement : en Bretagne, le facteur limitant du développement est l’accès à l’eau et à la capacité épuratoire. »


1 : Propositions de loi du député (LR) Francis Brun et du sénateur (LR) Bruno Retailleau en 2017 – non adoptées -, loi « Ferrand-Fesneau » de 2018 et prochaine loi Engagement et proximité.
DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Ocean Approved : le premier label international dédié à la préservation des océans
Ocean Approved : le premier label international dédié à la préservation des océans
À l’occasion de la journée mondiale de l'océan, le ministère de la Mer et la Fondation de la Mer lancent « Ocean Approved ». Ce label international, a pour vocation de distinguer les entreprises engagées pour l’amélioration de leur impact sur l’océan.
Lancement du Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique
Lancement du Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, et Bérangère Abba, secrétaire d’Etat chargée de la Biodiversité, ont lancé, le vendredi 28 mai, le Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique. En ligne de mire : une feuille de route commune et opérationnelle en janvier 2022.
[Tribune] La numérisation au service d’une meilleure gestion de l’eau
[Tribune] La numérisation au service d’une meilleure gestion de l’eau
Avec une moyenne de perte en eau de 3 % inférieure à celle européenne fixée en 2020 à 23 %, la France se positionne en cinquième position du classement des pays les plus vertueux en la matière. Charles-Alexandre Concedieu, responsable des Ventes France à Itron, revient dans cette tribune sur les principales problématiques qui se posent à la gestion de l’eau (rénovation du réseau, fuites, compteurs défectueux...) et les solutions à disposition des collectivités.
Krohne fête ses 100 ans
Krohne fête ses 100 ans
Krohne, le fabricant et fournisseur d’instrumentation et de solutions de mesure, célèbre cette année son anniversaire. Créée en 1921, l’entreprise familiale allemande devenue internationale mise toujours sur les valeurs fondamentales qui ont permis son développement, notamment la créativité.
La modélisation en 3D au service de la gestion des réseaux
La modélisation en 3D au service de la gestion des réseaux
La start-up lyonnaise Ægir, spécialisée en modélisation hydraulique 3D et en conseil en ingénierie environnementale, propose sa solution Kræken pour aider les collectivités et les industriels à mieux gérer les transferts d’eau dans leurs réseaux.
Réchauffement climatique : la baisse du niveau d’oxygène des lacs est alarmante
Réchauffement climatique : la baisse du niveau d’oxygène des lacs est alarmante
Une nouvelle étude alerte sur la baisse du niveau d’oxygène des lacs situés dans les zones de climat tempéré. Une conséquence du changement climatique qui menace la biodiversité et la potabilité des lacs d’eau douce.
L'agence de l'eau Seine-Normandie mobilise 230 millions d'euros pour améliorer la qualité des eaux
L'agence de l'eau Seine-Normandie mobilise 230 millions d'euros pour améliorer la qualité des eaux
La commission des aides de l’agence de l’eau Seine-Normandie consacre une enveloppe de 230 millions d’euros, dont près de 48 millions euros issus du plan France relance, à la réalisation de 952 projets.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.