Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Services d'eau potable et d'assainissement : la FP2E pointe un manque de transparence

Services d'eau potable et d'assainissement : la FP2E pointe un manque de transparence
Par Eva Gomez, le 16 décembre 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Jeudi 12 décembre dernier, la Fédération des entreprises de l’eau (FP2E) et le cabinet de conseil Bipe, ont publié les résultats de la septième édition de leur étude sur les services publics d’eau et d’assainissement en France.

Qualité de l’eau potable, taux de rendement, prix moyen, parts de marché... Les entreprises de l’eau sont globalement satisfaites des résultats de la septième édition de l’étude sur les services d’eau potable et d’assainissement, même si elles pointent du doigt une ombre au tableau : « Il y a un manque de transparence dans la communication des données et chiffres, particulièrement dans les villes de moins de 10.000 habitants », regrette Frédéric Van Heems, président de la FP2E. « Pour 92% des services rendus dans les villes de moins de 10.000 habitants, nous avons eu des difficultés à récolter des données, ce qui pose un problème de transparence, surtout dans un contexte climatique compliqué où les informations disponibles permettront de mieux piloter les services de l’eau dans les années à venir », abonde le président du Bipe, Pascal Le Merrer.

Pour les deux organismes à l’origine de cette étude, il s’agit d’un enjeu majeur, alors que les périodes de stress hydriques sont de plus en plus récurrentes et de plus en plus longues. « Il faut responsabiliser les acteurs, leur proposer des aides à condition qu’ils établissent des plans d’amélioration du taux de rendement par exemple », suggère Frédéric Van Heems. « Mais dans beaucoup de cas, on ne dispose même pas d’une base de référence sur le taux de rendement », souligne-t-il.

Une amélioration du taux de rendement qui permet de préserver les ressources

Sur une note plus positive, le baromètre publié le mardi 10 décembre dernier par le Centre d’information sur l’eau révèle que 87% des Français sont satisfaits des services de l’eau, contre 84% en 2018. « Afin d’améliorer les services, les entreprises de l’eau ont investi 17% de plus qu’en 2013, notamment pour le déploiement de compteurs intelligents afin de surveiller les réseaux, détecter les fuites et contrôler les consommations en temps réel », explique le président de la FP2E. Par ailleurs, la fédération se félicite du taux de rendement Français, qui atteint 79,8% et qui est au-dessus de la moyenne européenne. « Sur les 12-13 dernières années, l’amélioration du taux de rendement a permis de prélever un milliard de mètres cubes en moins dans la nature », précise Frédéric Van Heems. D’autant que dans le même temps, la population a augmenté et la consommation est restée stable.

Cependant, le taux de renouvellement des réseaux reste insuffisant aux yeux de la FP2E : « Ce taux ne change pas depuis 2016. Avec 0,57% du réseau renouvelé chaque année, on ne peut pas garantir un entretien optimal du patrimoine », explique le président de la Fédération. Il faudrait en effet un taux de 1,5% et investir huit milliards d’euros par an, soit deux milliards de plus qu’actuellement. Même son de cloche sur la mise en conformité des stations d’épuration, qui « n’est pas suffisante au regard des normes de l’Union européenne », soulignent les professionnels du secteur.

Une augmentation de la sous-traitance aux entreprises privées

Le prix moyen des services de l’eau en France satisfait cependant les professionnels, avec une moyenne de 4,04 euros/m3. Un prix compétitif par rapport aux voisins européens, qui n’empêche pas le taux d’impayés d’augmenter : il passe de 0,9% en 2013, à 1,9% en 2017. Pourtant, « 82% des Français s’attendent néanmoins à une augmentation du prix de l’eau dans les prochaines années et son prêts à le payer, si c’est pour une amélioration de la qualité et en faveur de la préservation des ressources », remarque le président de la FP2E. Pour les professionnels, la réutilisation des eaux usées traitées se présente comme une solution d’avenir : « En France on est à bien moins d’1% d’eaux usées traitées réutilisées, comparé à l’Italie qui est à 9% et à l’Espagne qui est à 13% », fait remarquer Frédéric Van Heems.

Enfin, les entreprises se réjouissent également de l’augmentation des parts de marché nationales en faveur de la sous-traitance. « Ce qui va à l’encontre d’une soit-disant "remunicipalisation" » : selon l’étude, 65% des services d’eau potable en France sont sous-traités par des entreprises privées ou semi-publiques et 35% sont traités en régies. Du côté de l’assainissement, les entreprises privées sous-traitent 54% du marché, et les régies 46%.
Pixabay / DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Surfrider met en doute le rapport européen sur la qualité des eaux de baignade et récréatives
Surfrider met en doute le rapport européen sur la qualité des eaux de baignade et récréatives
L’association Surfrider Foundation Europe conteste dans un manifeste les résultats publiés dans le rapport annuel de l'Agence européenne de l'Environnement sur la qualité des eaux de baignade. Et pour cause, « de nombreux paramètres ne sont pas pris en compte » dans l’analyse.
12 armateurs européens labellisés « Green Marine Europe »
12 armateurs européens labellisés « Green Marine Europe »
L'ONG Surfrider Foundation Europe et l'Alliance Verte ont dévoilé les lauréats du label Green Marine Europe. Cette année, 12 armateurs européens soit le double du nombre des labellisés en 2020, ont fait preuve de transition écologique durable.
Olivier Lamarie, P-DG France, Belgique et Luxembourg de Xylem : « La crise sanitaire a montré que la digitalisation est devenue une nécessité »
Olivier Lamarie, P-DG France, Belgique et Luxembourg de Xylem : « La crise sanitaire a montré que la digitalisation est devenue une nécessité »
Voici un an, Xylem lançait en France Waterdrop, son programme de sensibilisation des clients à l’approvisionnement en eau. Rencontre avec Olivier Lamarie, le nouveau P-DG France, Belgique et Luxembourg de Xylem pour parler de ce premier anniversaire, mais aussi évoquer la façon dont l’entreprise a traversé la crise sanitaire et les enseignements qu’elle en a tirés.
Seine grands lacs et la chambre d’agriculture d’Île-de-France collaborent pour la gestion des zones d’expansion de crue
Seine grands lacs et la chambre d’agriculture d’Île-de-France collaborent pour la gestion des zones d’expansion de crue
L’Établissement public territorial de bassin (EPTB) Seine grands lacs a annoncé ce lundi 14 juin, la signature d’une convention de partenariat avec la chambre d’agriculture d’Île-de-France pour la préservation, la restauration et la gestion des champs d’expansion de crue et des zones humides (zec).
La gestion quantitative de la ressource en eau est plus encadrée
La gestion quantitative de la ressource en eau est plus encadrée
Le ministère de la Transition écologique a publié ce 23 juin, un nouveau cadre règlementaire pour une « utilisation efficace, économe et durable de la ressource en eau ».
Sandrine Rocard nommée directrice générale de l’agence de l’eau Seine-Normandie
Sandrine Rocard nommée directrice générale de l’agence de l’eau Seine-Normandie
Sandrine Rocard, conseillère référendaire à la Cour des comptes, est nommée directrice générale de l’agence de l’eau Seine-Normandie, par arrêté de la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili.
Ocean Approved : le premier label international dédié à la préservation des océans
Ocean Approved : le premier label international dédié à la préservation des océans
À l’occasion de la journée mondiale de l'océan, le ministère de la Mer et la Fondation de la Mer lancent « Ocean Approved ». Ce label international, a pour vocation de distinguer les entreprises engagées pour l’amélioration de leur impact sur l’océan.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.