Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

EAU
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Services d'eau potable et d'assainissement : la FP2E pointe un manque de transparence

Partager :
Services d'eau potable et d'assainissement : la FP2E pointe un manque de transparence
Par Eva Gomez, le 16 décembre 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Eau
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Jeudi 12 décembre dernier, la Fédération des entreprises de l’eau (FP2E) et le cabinet de conseil Bipe, ont publié les résultats de la septième édition de leur étude sur les services publics d’eau et d’assainissement en France.

Qualité de l’eau potable, taux de rendement, prix moyen, parts de marché... Les entreprises de l’eau sont globalement satisfaites des résultats de la septième édition de l’étude sur les services d’eau potable et d’assainissement, même si elles pointent du doigt une ombre au tableau : « Il y a un manque de transparence dans la communication des données et chiffres, particulièrement dans les villes de moins de 10.000 habitants », regrette Frédéric Van Heems, président de la FP2E. « Pour 92% des services rendus dans les villes de moins de 10.000 habitants, nous avons eu des difficultés à récolter des données, ce qui pose un problème de transparence, surtout dans un contexte climatique compliqué où les informations disponibles permettront de mieux piloter les services de l’eau dans les années à venir », abonde le président du Bipe, Pascal Le Merrer.

Pour les deux organismes à l’origine de cette étude, il s’agit d’un enjeu majeur, alors que les périodes de stress hydriques sont de plus en plus récurrentes et de plus en plus longues. « Il faut responsabiliser les acteurs, leur proposer des aides à condition qu’ils établissent des plans d’amélioration du taux de rendement par exemple », suggère Frédéric Van Heems. « Mais dans beaucoup de cas, on ne dispose même pas d’une base de référence sur le taux de rendement », souligne-t-il.

Une amélioration du taux de rendement qui permet de préserver les ressources

Sur une note plus positive, le baromètre publié le mardi 10 décembre dernier par le Centre d’information sur l’eau révèle que 87% des Français sont satisfaits des services de l’eau, contre 84% en 2018. « Afin d’améliorer les services, les entreprises de l’eau ont investi 17% de plus qu’en 2013, notamment pour le déploiement de compteurs intelligents afin de surveiller les réseaux, détecter les fuites et contrôler les consommations en temps réel », explique le président de la FP2E. Par ailleurs, la fédération se félicite du taux de rendement Français, qui atteint 79,8% et qui est au-dessus de la moyenne européenne. « Sur les 12-13 dernières années, l’amélioration du taux de rendement a permis de prélever un milliard de mètres cubes en moins dans la nature », précise Frédéric Van Heems. D’autant que dans le même temps, la population a augmenté et la consommation est restée stable.

Cependant, le taux de renouvellement des réseaux reste insuffisant aux yeux de la FP2E : « Ce taux ne change pas depuis 2016. Avec 0,57% du réseau renouvelé chaque année, on ne peut pas garantir un entretien optimal du patrimoine », explique le président de la Fédération. Il faudrait en effet un taux de 1,5% et investir huit milliards d’euros par an, soit deux milliards de plus qu’actuellement. Même son de cloche sur la mise en conformité des stations d’épuration, qui « n’est pas suffisante au regard des normes de l’Union européenne », soulignent les professionnels du secteur.

Une augmentation de la sous-traitance aux entreprises privées

Le prix moyen des services de l’eau en France satisfait cependant les professionnels, avec une moyenne de 4,04 euros/m3. Un prix compétitif par rapport aux voisins européens, qui n’empêche pas le taux d’impayés d’augmenter : il passe de 0,9% en 2013, à 1,9% en 2017. Pourtant, « 82% des Français s’attendent néanmoins à une augmentation du prix de l’eau dans les prochaines années et son prêts à le payer, si c’est pour une amélioration de la qualité et en faveur de la préservation des ressources », remarque le président de la FP2E. Pour les professionnels, la réutilisation des eaux usées traitées se présente comme une solution d’avenir : « En France on est à bien moins d’1% d’eaux usées traitées réutilisées, comparé à l’Italie qui est à 9% et à l’Espagne qui est à 13% », fait remarquer Frédéric Van Heems.

Enfin, les entreprises se réjouissent également de l’augmentation des parts de marché nationales en faveur de la sous-traitance. « Ce qui va à l’encontre d’une soit-disant "remunicipalisation" » : selon l’étude, 65% des services d’eau potable en France sont sous-traités par des entreprises privées ou semi-publiques et 35% sont traités en régies. Du côté de l’assainissement, les entreprises privées sous-traitent 54% du marché, et les régies 46%.
Pixabay / DR
  [Vidéo] L'après-coronavirus sera-t-il écologique ?
Le gouvernement a annoncé plusieurs pistes de déconfinement en France, qui doit débuter le 11 mai. Les associations environnementales appellent à ne pas oublier le climat lors de la sortie de crise.
+ de vidéos Environnement TV
UN POINT SUR LA REPRISE AVEC...
Matteo Carando, directeur d’ERG France
Les entreprises et acteurs de l’environnement organisent, depuis mi-mai, la reprise de leurs activités. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Matteo Carando, directeur d’ERG France.
Toutes les interviews
Actu réglementaire
Avis relatif à l'extension d'un accord professionnel conclu dans le cadre de la convention collective nationale du personnel des entreprises de restauration de collectivités Lire
Avis relatif à l'extension d'un accord conclu dans le cadre de la convention collective nationale de la plasturgie Lire
Arrêté du 6 juillet 2020 portant délégation de signature (cabinet du ministre délégué auprès de la ministre de la transition écologique, chargé des transports) Lire
Arrêté du 7 juillet 2020 portant délégation de signature (bureau du cabinet du ministre de l'agriculture et de l'alimentation) Lire
Arrêté du 6 juillet 2020 portant délégation de signature (bureau des cabinets) Lire
À lire également
Suez voit grand pour Inflowmatix
Suez voit grand pour Inflowmatix
En prenant une participation minoritaire dans Inflowmatix, Suez entend aider cette entreprise à viser d’autres marchés avec sa technologie numérique de rupture imaginée en Angleterre pour surveiller les réseaux d'eau potable.
[Avis d'expert] La généralisation du polyéthylène dans les réseaux : une option d’avenir
[Avis d'expert] La généralisation du polyéthylène dans les réseaux : une option d’avenir
Le président du groupe Elydan Marc-Antoine Blin explique en quoi la généralisation du polyéthylène dans les réseaux d'eau est une solution pérenne : durabilité, flexibilité, inertie chimique ou encore rentabilité, pour l'expert, "sa faculté de réduire le nombre de fuites et d’augmenter les rendements à une valeur proche de 100%".
Une analyse en ligne de l’eau comme outil d’alerte du Covid-19
Une analyse en ligne de l’eau comme outil d’alerte du Covid-19
Aqualabo travaille à valider l’association de son analyseur en ligne BACTcontrol en suivi de fond de la pollution de l’eau par les matières fécales et d’un dispositif de PCR pour détecter la présence de pathogènes comme le Covid-19 en cas de pollution fécale avérée. L’avantage : des coûts maîtrisés pour un suivi étroit du risque.
Le CNPA et l'agence de l'eau Seine-Normandie en partenariat pour sensibiliser les professionnels de l'automobile
Le CNPA et l'agence de l'eau Seine-Normandie en partenariat pour sensibiliser les professionnels de l'automobile
L'agence de l'eau Seine-Normandie a signé un contrat de partenariat avec le Conseil des professions de l'automobile (CNPA).
[Dossier] Eaux pluviales : MicroMegas compare systèmes centralisés et gestion à la source
[Dossier] Eaux pluviales : MicroMegas compare systèmes centralisés et gestion à la source
Piloté entre 2015 et 2019 par l’Insa de Lyon, le programme de recherche MicroMegas a comparé l’efficacité de systèmes à la source et centralisés sur l’abattement de micropolluants dans les rejets urbains de temps de pluie. Affichant les meilleures performances, les systèmes diffus, noues en tête, ont prouvé leur intérêt pour abattre les différentes familles de micropolluants.
Seules 48% des rivières du bassin Rhône-Méditerrannée sont en bon état écologique
Seules 48% des rivières du bassin Rhône-Méditerrannée sont en bon état écologique
Dans le bassin Rhône-Méditerranée, 48% des rivières sont en bon état écologique. Le bassin Corse en compte quant à lui 91%.
Irrifrance mise sur les eaux usées et le soleil
Irrifrance mise sur les eaux usées et le soleil
Irrifrance, entreprise héraultaise spécialisée dans l’irrigation agricole, annonce le développement de nouveaux pivots capables, d’une part, de réutiliser les eaux usées traitées et, d’autre part, d’être alimentés par des panneaux solaires.
Tous les articles EAU
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
Solar PV World Expo 2020
EXPOBIOGAZ
2 Septembre 2020
EXPOBIOGAZ
20e Congrès international du recyclage automobile (IARC)
2 Septembre 2020
20e Congrès international du recyclage automobile (IARC)
+ d'événements
Emploi
- Gestionnaire Codification OTAN et base Articles H/F
- Opérateur(trice) Gestion des Reseaux H/F
- Jardinier / Jardinière paysagiste
- INFIRMIER/ÈRE DU TRAVAIL F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.