Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Lingettes dans les canalisations : cet effet pervers de la crise sanitaire qui menace nos réseaux d’eau

[Tribune] Lingettes dans les canalisations : cet effet pervers de la crise sanitaire qui menace nos réseaux d’eau
Par Géraud de Saint Exupery, président directeur général Xylem France, Belgique, Luxembourg et Pays-Bas, le 7 juillet 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le président directeur général Xylem France, Belgique, Luxembourg et Pays-Bas, Géraud de Saint Exupéry, revient sur le fléau des lingettes jetées dans les toilettes. Pendant la crise du Covid-19, ce geste dévastateur pour les réseaux a été décuplé.

La pandémie de Covid-19 nous pousse à revoir nos réflexes sanitaires pour nous prémunir, nous et notre entourage, du virus. Respect des gestes barrières, lavage de main plus fréquent, port du masque dans les lieux publics, ... mais également utilisation décuplée de lingettes désinfectantes jetables, qui trop souvent, se retrouvent dans nos canalisations d’eau. Focus sur cet effet pervers de la crise sanitaire, qui menace nos réseaux d’eau. 

Les lingettes, bêtes noires des canalisations 

Les français sont en temps normal de grands consommateurs de lingettes nettoyantes, pour le ménage ou la toilette, avec 233 lingettes utilisées par seconde dans les foyers français, soit plus de 7,3 milliards par an. 

Au total, ce sont près de 47.000 tonnes de lingettes par an, qui finissent bien trop souvent dans les toilettes. Et, contrairement à ce que l’on peut croire, ces lingettes ne sont pas biodégradables, et mettent plus de 3 mois à se dissoudre. 

Une fois dans les tuyaux, elles accrochent les matières qui se figent dans leur tissu, gonflent, et forment de réelles obstructions qui mettent à mal les réseaux, canalisations, et systèmes de pompage. Résultats : des refoulements d’égouts vers les branchements des particuliers, des débordements en milieu naturel et des arrêts de systèmes d’assainissement qui souvent donnent lieu à des réparations coûteuses. 

Et in fine, une augmentation du coût d’exploitation des systèmes d’assainissement. Chaque année, les colmatages de lingettes coûtent ainsi près de 161 millions d’euros aux collectivités, un surcoût qui a nécessairement un impact sur le prix de l’eau potable. 

Une multiplication des interventions depuis le confinement 

La crise sanitaire actuelle induit une augmentation massive de l’utilisation de lingettes, que ce soit à domicile ou sur les lieux de travail, et en fait un sujet majeur pour les gestionnaires de réseaux d’eau, d’autant plus dans cette période, où les agents des services d’assainissement ont dû se concentrer sur des missions essentielles à la continuité du service. 
Rien que dans les dernières semaines par exemple, cinq tonnes de lingettes ont été retrouvées dans les canalisations du Grand Nancy, alors qu’à Grenoble, les interventions de nettoyage des réseaux d’assainissement ont augmenté de 25 % pendant le confinement. 

Pour répondre à cette problématique, collectivités et industriels se mobilisent. Les premiers mettent en place des dispositifs de sensibilisation des usagers, à l’instar de la récente campagne d’affichage « Pas de lingettes dans les toilettes » de l’agglomération d’Orléans Val de Loire. Les seconds, comme Xylem, déploient des solutions « intelligentes », c’est-à-dire, associant technologies de pointe et données terrain, pour répondre présents en 4 dimensions : surveiller / détecter / prévenir / réparer. 

Dans cette perspective, les systèmes de pompage alliés à l’analyse de données pour la maintenance préventive, peuvent permettre aux collectivités de réduire les colmatages de leurs réseaux, en garantissant des interventions programmées, et faire des économies sur les coûts d’intervention, de nettoyage et d’entretien. Et ainsi se concentrer, en cette période particulière, sur leur cœur de mission : distribuer de manière fiable et sécurisée l’eau potable à l’ensemble de leurs usagers. 

Revoir notre chronique vidéo sur le sujet.
Géraud de Saint Exupery, président directeur général Xylem France, Belgique, Luxembourg et Pays-Bas
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
[Dossier/2] Vendée Eau sécurise la ressource de demain
[Dossier/2] Vendée Eau sécurise la ressource de demain
Face au stress hydrique croissant et à l’attractivité de ses côtes, la Vendée ne pourra pas compter uniquement sur ses fleuves côtiers pour garantir l’alimentation en eau potable de son territoire d’ici à vingt ans. Pour renforcer la capacité de ses barrages, Vendée Eau mise sur des solutions innovantes assurant de nouvelles ressources.
Nantes Métropole débourse plus de 31 millions d'euros pour une gestion durable de l'eau
Nantes Métropole débourse plus de 31 millions d'euros pour une gestion durable de l'eau
L'agence de l'eau Loire-Bretagne et Nantes Métropole collaborent pour la préservation et l'amélioration de la gestion de la ressource en eau au sein du territoire.
Rétention temporaire des eaux pluviales sur les toits-terrasses
Rétention temporaire des eaux pluviales sur les toits-terrasses
Ocape, marque du fabricant TMP Convert, a développé un système breveté de plaques structurées en nid-d’abeilles, au taux de vide de 95 %. Cette solution permet de réaliser une retenue d’eau temporaire sur des toitures-terrasses étanchées, accessibles ou non.
Eau potable : action anticalcaire à la GPS&O
Eau potable : action anticalcaire à la GPS&O
La communauté urbaine Grand-Paris-Seine-et-Oise poursuit son programme de décarbonatation de l’eau du robinet. La collectivité choisit d’investir dans ses usines de potabilisation pour livrer aux habitants une eau plus douce, source d’économies.
Le site d'embouteillage Volvic devient plus économe en eau
Le site d'embouteillage Volvic devient plus économe en eau
Volvic a repensé, avec BWT France, l’entreprise autrichienne de fabrication de systèmes de traitement de l’eau, le cycle hydraulique dans sa globalité. Son usine auvergnate met en œuvre une stratégie de valorisation et de recyclage des eaux, dans l’objectif de réaliser des économies d’eau.
[Dossier/3] La recharge artificielle d’aquifère à l’étude dans le bassin Rhône-Méditerranée
[Dossier/3] La recharge artificielle d’aquifère à l’étude dans le bassin Rhône-Méditerranée
Avec la cartographie des zones favorables à la recharge des aquifères élaborée dans le bassin Rhône-Méditerranée, les acteurs locaux peuvent réfléchir à cette solution de substitution aux prélèvements superficiels en période d’étiage. L’agence de l’eau ne la soutiendra que dans le cadre de plans de gestion de la ressource en eau pour réduire le déficit quantitatif.
Sous-marin téléguidé pour l’analyse de la qualité des eaux
Sous-marin téléguidé pour l’analyse de la qualité des eaux
Lilaea a été créée en mars 2021 pour faciliter et démocratiser la surveillance des eaux douces. Son objectif est de mieux connaître les milieux aquatiques afin de mieux les protéger.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.