Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Lingettes dans les canalisations : cet effet pervers de la crise sanitaire qui menace nos réseaux d’eau

[Tribune] Lingettes dans les canalisations : cet effet pervers de la crise sanitaire qui menace nos réseaux d’eau
Par Géraud de Saint Exupery, président directeur général Xylem France, Belgique, Luxembourg et Pays-Bas, le 7 juillet 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le président directeur général Xylem France, Belgique, Luxembourg et Pays-Bas, Géraud de Saint Exupéry, revient sur le fléau des lingettes jetées dans les toilettes. Pendant la crise du Covid-19, ce geste dévastateur pour les réseaux a été décuplé.

La pandémie de Covid-19 nous pousse à revoir nos réflexes sanitaires pour nous prémunir, nous et notre entourage, du virus. Respect des gestes barrières, lavage de main plus fréquent, port du masque dans les lieux publics, ... mais également utilisation décuplée de lingettes désinfectantes jetables, qui trop souvent, se retrouvent dans nos canalisations d’eau. Focus sur cet effet pervers de la crise sanitaire, qui menace nos réseaux d’eau. 

Les lingettes, bêtes noires des canalisations 

Les français sont en temps normal de grands consommateurs de lingettes nettoyantes, pour le ménage ou la toilette, avec 233 lingettes utilisées par seconde dans les foyers français, soit plus de 7,3 milliards par an. 

Au total, ce sont près de 47.000 tonnes de lingettes par an, qui finissent bien trop souvent dans les toilettes. Et, contrairement à ce que l’on peut croire, ces lingettes ne sont pas biodégradables, et mettent plus de 3 mois à se dissoudre. 

Une fois dans les tuyaux, elles accrochent les matières qui se figent dans leur tissu, gonflent, et forment de réelles obstructions qui mettent à mal les réseaux, canalisations, et systèmes de pompage. Résultats : des refoulements d’égouts vers les branchements des particuliers, des débordements en milieu naturel et des arrêts de systèmes d’assainissement qui souvent donnent lieu à des réparations coûteuses. 

Et in fine, une augmentation du coût d’exploitation des systèmes d’assainissement. Chaque année, les colmatages de lingettes coûtent ainsi près de 161 millions d’euros aux collectivités, un surcoût qui a nécessairement un impact sur le prix de l’eau potable. 

Une multiplication des interventions depuis le confinement 

La crise sanitaire actuelle induit une augmentation massive de l’utilisation de lingettes, que ce soit à domicile ou sur les lieux de travail, et en fait un sujet majeur pour les gestionnaires de réseaux d’eau, d’autant plus dans cette période, où les agents des services d’assainissement ont dû se concentrer sur des missions essentielles à la continuité du service. 
Rien que dans les dernières semaines par exemple, cinq tonnes de lingettes ont été retrouvées dans les canalisations du Grand Nancy, alors qu’à Grenoble, les interventions de nettoyage des réseaux d’assainissement ont augmenté de 25 % pendant le confinement. 

Pour répondre à cette problématique, collectivités et industriels se mobilisent. Les premiers mettent en place des dispositifs de sensibilisation des usagers, à l’instar de la récente campagne d’affichage « Pas de lingettes dans les toilettes » de l’agglomération d’Orléans Val de Loire. Les seconds, comme Xylem, déploient des solutions « intelligentes », c’est-à-dire, associant technologies de pointe et données terrain, pour répondre présents en 4 dimensions : surveiller / détecter / prévenir / réparer. 

Dans cette perspective, les systèmes de pompage alliés à l’analyse de données pour la maintenance préventive, peuvent permettre aux collectivités de réduire les colmatages de leurs réseaux, en garantissant des interventions programmées, et faire des économies sur les coûts d’intervention, de nettoyage et d’entretien. Et ainsi se concentrer, en cette période particulière, sur leur cœur de mission : distribuer de manière fiable et sécurisée l’eau potable à l’ensemble de leurs usagers. 

Revoir notre chronique vidéo sur le sujet.
Géraud de Saint Exupery, président directeur général Xylem France, Belgique, Luxembourg et Pays-Bas
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Réchauffement climatique : la baisse du niveau d’oxygène des lacs est alarmante
Réchauffement climatique : la baisse du niveau d’oxygène des lacs est alarmante
Une nouvelle étude alerte sur la baisse du niveau d’oxygène des lacs situés dans les zones de climat tempéré. Une conséquence du changement climatique qui menace la biodiversité et la potabilité des lacs d’eau douce.
L'agence de l'eau Seine-Normandie mobilise 230 millions d'euros pour améliorer la qualité des eaux
L'agence de l'eau Seine-Normandie mobilise 230 millions d'euros pour améliorer la qualité des eaux
La commission des aides de l’agence de l’eau Seine-Normandie consacre une enveloppe de 230 millions d’euros, dont près de 48 millions euros issus du plan France relance, à la réalisation de 952 projets.
Seine grands lacs et la chambre d’agriculture d’Île-de-France collaborent pour la gestion des zones d’expansion de crue
Seine grands lacs et la chambre d’agriculture d’Île-de-France collaborent pour la gestion des zones d’expansion de crue
L’Établissement public territorial de bassin (EPTB) Seine grands lacs a annoncé ce lundi 14 juin, la signature d’une convention de partenariat avec la chambre d’agriculture d’Île-de-France pour la préservation, la restauration et la gestion des champs d’expansion de crue et des zones humides (zec).
La modélisation en 3D au service de la gestion des réseaux
La modélisation en 3D au service de la gestion des réseaux
La start-up lyonnaise Ægir, spécialisée en modélisation hydraulique 3D et en conseil en ingénierie environnementale, propose sa solution Kræken pour aider les collectivités et les industriels à mieux gérer les transferts d’eau dans leurs réseaux.
Surfrider met en doute le rapport européen sur la qualité des eaux de baignade et récréatives
Surfrider met en doute le rapport européen sur la qualité des eaux de baignade et récréatives
L’association Surfrider Foundation Europe conteste dans un manifeste les résultats publiés dans le rapport annuel de l'Agence européenne de l'Environnement sur la qualité des eaux de baignade. Et pour cause, « de nombreux paramètres ne sont pas pris en compte » dans l’analyse.
Le port de Sète-Frontignan récompensé pour ses efforts de décarbonation
Le port de Sète-Frontignan récompensé pour ses efforts de décarbonation
Le prix Transition énergétique maritime (TEM) a désormais son premier lauréat : le port de Sète-Frontignan. Cette distinction lancée en 2020, récompense les porteurs de projet, les thèses ou les recherches apportant des solutions face aux défis de la décarbonation du secteur maritime.
Le groupe ACO et Birco fusionnent
Le groupe ACO et Birco fusionnent
Les deux spécialistes du drainage des eaux, Birco et le groupe ACO ont annoncé leur fusion. L’opération devrait être finalisée au cours de l’année 2021.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.