Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Lancement du Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique

Lancement du Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique
© Pixabay
Par A.B., le 31 mai 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, et Bérangère Abba, secrétaire d’Etat chargée de la Biodiversité, ont lancé, le vendredi 28 mai, le Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique. En ligne de mire : une feuille de route commune et opérationnelle en janvier 2022.
 
Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, et Bérangère Abba, secrétaire d’Etat chargée de la Biodiversité, ont présenté, le vendredi 28 mai, dans le cadre du lancement du Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique les groupes thématiques et les travaux qui vont mener. L’objectif de ces rencontres : aboutir en janvier 2022 « à une feuille de route commune et opérationnelle pour l’adaptation et la protection de notre agriculture aux défis du changement climatique », explique-t-on dans un communiqué.

Réunir les parties prenantes
 
« Voulu par le président de la République », rappelle le gouvernement, le Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique vise à identifier, avec l’ensemble des parties-prenantes (agriculteurs, ONG, élus…) et dans la continuité des Assises de l’eau, des solutions concrètes s’appuyant sur les connaissances scientiques actuelles et établir une feuille de route afin d’apporter les outils nécessaires à l’adaptation et à la protection des agriculteurs face aux aléas du changement climatique, « en complément des premières mesures mises en œuvre dans le cadre du volet agricole du plan France Relance », précise le communiqué.
 
« Si nous voulons que nos agriculteurs continuent à nous nourrir, il faut que nous leur donnions les moyens techniques et économiques pour accroître leur résilience. C’est tout le sens de ce Varenne agricole de l’eau et de l’adaptation au changement climatique », affirme Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. « Nous avons un défi et une responsabilité partagée : accompagner les agriculteurs dans les transitions à l’œuvre tout en préservant l’environnement, notre bien commun. Ces enjeux de long terme et situations d’urgence face à des aléas, gel ou sécheresse devenus trop fréquents, doivent nous amener à dessiner un modèle plus sobre et équilibré entre ressources disponibles, besoins et usages. La place du ministère de la Transition écologique, en charge de la politique de l’eau, est bien aux côtés des agriculteurs dans ce destin commun », a précisé Bérangère Abba, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée de la Biodiversité.

Trois groupes de travail
 
Trois groupes de travail ont été constitués pour « se doter d’outils d’anticipation et de protection de l’agriculture dans le cadre de la politique globale de gestion des aléas climatiques » ; « renforcer la résilience de l’agriculture dans une approche globale en agissant notamment sur les sols, les variétés, les pratiques culturales et d’élevage, les infrastructures agroécologiques et l’efficience de l’eau d’irrigation » ; « accéder à une vision partagée et raisonnée de l’accès aux ressources en eau mobilisables pour l’agriculture sur le long terme ».
 
Chaque groupe sera porté par des personnalités qualifiées mandatées par les ministres et bénéficiera du soutien de l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) et d’instituts techniques. Une fois les groupes constitués avec les parties prenantes volontaires (organisations professionnelles agricoles, collectivités en charge de l’assainissement, de l’eau potable ou de l’aménagement du territoire, associations de protection de l’environnement, associations de consommateurs, membres des comités de bassin concernés par les sujets agricoles, fédération nationale de pêche, Agences de l’eau, Office français de la biodiversité), organiseront les travaux et veilleront au respect du cadrage présenté.

Vers une feuille de route en janvier 2022
 
Le groupe sur les outils d’anticipation et de la protection de l’agriculture sera présidée par Frédéric Descrozaille, député de la première circonscription du Val-de-Marne, Hervé Lejeune, membre du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) en étant le rapporteur. Le groupe sur le renforcement de la résilience de l’agriculture sera présidée par Anne-Claire Vial, présidente de l’Actat-les instituts techniques agricoles, avec François Champanhet, membre du CGAAER, comme rapporteur. Le groupe sur le partage d’une vision raisonnée des besoins et de l’accès aux ressources en eau mobilisables pour l’agriculture sur le long terme aura pour coprésidents Jean Launay, président du Comité national de l’eau, et Luc Servant, de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA), Hugues Ayphassaro, du Conseil général de l’environnement et du développement durable en étant le rapporteur. « Les six agences de l’eau sont disponibles pour participer aux groupes de travail Renforcer la résilience de l’eau et Accéder à une vision partagée et raisonnée aux ressources en eau », a twitté Martin Gutton, directeur général de l’agence de l’eau Loire-Bretagne, le même jour.
 
Les premières réunions des groupes de travail doivent se tenir en juin pour un premier point d’étape à l’automne 2021 en format plénière, la fin de la présentation de la feuille de route globale intervenant en janvier 2022.
 
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] La chaleur perdue retrouve une seconde utilité
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Nantes Métropole débourse plus de 31 millions d'euros pour une gestion durable de l'eau
Nantes Métropole débourse plus de 31 millions d'euros pour une gestion durable de l'eau
L'agence de l'eau Loire-Bretagne et Nantes Métropole collaborent pour la préservation et l'amélioration de la gestion de la ressource en eau au sein du territoire.
Le Sedif anticipe les besoins en eau à Paris-Saclay
Le Sedif anticipe les besoins en eau à Paris-Saclay
D’ici 2030, les demandes en eau seront multipliées par trois sur le plateau de Saclay (Essonne). Le Sedif anticipe la croissance des besoins et investit 50 millions d’euros pour renforcer ses capacités d’approvisionnement.
Saur réalise une émission d’obligations vertes pour 950 millions d’euros
Saur réalise une émission d’obligations vertes pour 950 millions d’euros
Acteur majeur du secteur de l’eau, le groupe Saur a annoncé la réalisation d’une émission d’obligations vertes, à hauteur de 950 millions d’euros, destinée à financer sa nouvelle feuille de route RSE.
Rétention temporaire des eaux pluviales sur les toits-terrasses
Rétention temporaire des eaux pluviales sur les toits-terrasses
Ocape, marque du fabricant TMP Convert, a développé un système breveté de plaques structurées en nid-d’abeilles, au taux de vide de 95 %. Cette solution permet de réaliser une retenue d’eau temporaire sur des toitures-terrasses étanchées, accessibles ou non.
Surfrider développe le premier réseau d'ambassadeurs européens du monde maritime
Surfrider développe le premier réseau d'ambassadeurs européens du monde maritime
Les jeunes de 20 à 27 ans sont invités à participer au recrutement lancé par le ministère de la Mer et Surfrider Foundation Europe du 1er au 30 septembre 2021. Au total, 120 ambassadeurs européens seront sélectionnés pour créer une vision durable du monde maritime.
Un compteur grands volumes à ultrasons
Un compteur grands volumes à ultrasons
Diehl Metering annonce la sortie de son premier compteur à ultrasons destiné aux grands volumes, l’Hydrus 2.0 Bulk. Il combine une technologie de mesure par ultrasons et des fonctions connectées.
Biosorb, une solution biomimétique de dépollution des eaux
Biosorb, une solution biomimétique de dépollution des eaux
Une solution naturelle conçue par PearL à partir des écorces et de fibres de lin, piège les métaux dissous dans les eaux. Ce filtre se présente en cartouches sur skids de filtration modulaires pour le traitement de finition d’effluents industriels ou miniers.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.