Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Bois-énergie : quels enjeux pour la filière ?

Bois-énergie : quels enjeux pour la filière ?
Par Eva Gomez, le 15 février 2018.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
A l’occasion d’un séminaire sur les enjeux de la filière bois-énergie, organisé le 19 janvier dernier à l’école des Mines de Paris, des acteurs de la filière sont revenus sur les enjeux et les conditions de développement de la valorisation énergétique du bois.

A ce jour, la filière biomasse emploie 500.000 personnes en France, et représente 3,8% du mix énergétique. « La biomasse représente également environ 40% du mix français des énergies renouvelables », a souligné Serge Defaye, ancien président du Comité interprofessionnel du bois-énergie (Cibe), à l’occasion d’un séminaire sur les enjeux de la filière, organisé le 19 janvier dernier à l’école des Mines de Paris. A l’horizon 2023, l’objectif est d’atteindre le double de puissance installée dans la filière biomasse sur le territoire français et d’augmenter de 20% la production de chaleur biomasse. Des objectifs de déploiement d’installations légèrement sous-estimés, si l’on en croit Serge Defaye. Pour lui, « il faudrait multiplier par 2,5 ou 3, la puissance d’installation actuelle pour atteindre les objectifs de production », correspondant à une demande croissante. Il s’agit en effet d’atteindre une production de 13 à 14 Mtep de chaleur d’ici 2023, soit 2,3 à 3,3 Mtep supplémentaires.

Une filière nécessaire pour les filières de recyclage

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
La ressource est pourtant importante, remarque Louis de Reboul, directeur du département bois et biomasse de Véolia. « La forêt représente 30% du territoire français, soit le double de la surface relevée en 1850 », indique-t-il. Sans compter les gisements de bois venant de la construction et démolition dans le secteur du BTP, du bricolage et du mobilier des ménages et collectivités, ainsi que des emballages et du mobilier des industries. « Il y a une pérennité et une croissance de la ressource en bois, ce qui est un avantage pour la filière de valorisation énergétique », estime Louis de Reboul. Ceci même si « les installations de combustions sont coûteuses et que le matériau bois, vivant, est instable dans le temps », ajoute-t-il. Par ailleurs, la filière bois-énergie est « une nécessité vitale pour les entreprises du recyclage », explique Louis de Reboul, notamment avec le renforcement des consignes de tri, la mise en place des REP, ou le coût élevé de l’exportation de déchets. Le directeur du département bois et biomasse de Véolia rappelle également que selon Conseil stratégique de la filière (CSF) bois, 1,3 millions de tonnes supplémentaires de bois pourraient être valorisées d’ici 2025, dont 60% des tonnages actuellement traités en enfouissement (soit environ 800 kilotonnes).

Renfocer le fonds chaleur et améliorer le cadre réglementaire

Serge Defaye souligne quant à lui l’importance de la stabilité des coûts de la chaleur produite par une chaudière bois, mais également les impacts positifs du fonds chaleur de l’Ademe et du dispositif de la taxe climat-énergie, ainsi que leurs limites. Le fonds chaleur subventionne les projets biomasse à hauteur de 40 à 50%, mais « il faudrait le renforcer, le simplifier, et l’accélérer », estime Serge Defaye. Il s’agirait notamment d’élargir les interventions du fonds chaleur aux travaux dans les immeubles. La filière est également soumise à des freins réglementaires. Pour l’ancien président du Cibe, il faudrait notamment « supprimer l’encadrement communautaire des aides et les qualifier d’aides compensatrices à l’exécution de services publics pour les réseaux de chaleur ». De plus, il estime que « les réseaux de chaleur ont une image assez négative, due au manque de transparence de la part notamment des collectivités locales ». Pourtant, une récente enquête menée par Ipsos pour le compte de Via Sèva et l’Ademe, indiquait que 45% des interrogés étaient prêts à changer de mode de chauffage pour un réseau de chaleur. Et en six ans, le pourcentage de personnes connaissant les réseaux de chaleur est passé de 30% à 67%. Pour Louis de Reboul, directeur du département bois et biomasse de Véolia, si le chauffage au bois a mauvaise presse auprès du public, c’est car « on parle d’un déchet et non d’un produit : on parle de bois en fin de vie alors qu’il va être valorisé en énergie », renchérit-il. Et Serge Defaye d’ajouter : « le cadre réglementaire de la valorisation énergétique du bois en fin de vie n’est pas adapté, car il est assimilé à un déchet ».

A noter que sur 6 millions de tonnes de bois en fin de vie collectées, 5 millions de tonnes sont valorisables ou recyclables. Dont 1,1 millions de tonnes sont valorisées sous forme d’énergie.

Pixabay
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Dunkerque : le parc éolien en mer verra bien le jour, affirme Barbara Pompili
Dunkerque : le parc éolien en mer verra bien le jour, affirme Barbara Pompili
À l’occasion d’une conférence de presse tenue à Dunkerque ce lundi 10 mai, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili a confirmé l’installation d’un parc offshore à l’horizon 2027, au large entre Dunkerque et la frontière belge. Une annonce qui ne ravit pas les opposants qui souhaitaient l’organisation d’un référendum local sur le projet.
« Une année exceptionnelle » pour l'Ademe Île-de-France
« Une année exceptionnelle » pour l'Ademe Île-de-France
« L’écosystème de la transition écologique a bien résisté à la crise », se félicite l'Ademe Île-de-France dans son bilan annuel de l'année 2020. Un bilan riche en concrétisations dans un contexte marqué par une crise sanitaire, économique et sociale.
Une initiative pédagogique innovante autour du nouveau réseau de chaleur de Pau
Une initiative pédagogique innovante autour du nouveau réseau de chaleur de Pau
Pau Béarn Pyrénées Énergies Services a mis en place une Maison mobile de l’Énergie destinée à sensibiliser les habitants aux enjeux de la transition énergétique et à leur faire découvrir les « coulisses » du chantier du nouveau réseau de chaleur de l'agglomération.
La Financière de l’Echiquier adopte une nouvelle stratégie climat
La Financière de l’Echiquier adopte une nouvelle stratégie climat
La Financière de l’Echiquier annonce sa stratégie climat et s’engage à exclure le charbon de ses investissements à l’horizon 2030.
Suez mène un projet pour réduire la consommation de gaz de la distillerie de Tereos
Suez mène un projet pour réduire la consommation de gaz de la distillerie de Tereos
Tereos et Suez s’associent pour réduire la consommation d’énergies fossiles du plus grand site mondial de distillerie de betteraves situé à Origny-Sainte-Benoite dans l’Aisne.
Un système de location des photovoltaïques pour profiter pleinement de l'énergie solaire
Un système de location des photovoltaïques pour profiter pleinement de l'énergie solaire
Pour encourager les particuliers à investir dans l'énergie solaire, la startup In Sun We Trust lance son service de location de panneaux photovoltaïques.
CEE : le gouvernement revoit à la hausse les obligations d'économies d'énergie
CEE : le gouvernement revoit à la hausse les obligations d'économies d'énergie
À l’occasion d’une conférence de presse organisée ce mercredi 28 avril, le ministère de la Transition écologique a précisé le niveau d'obligation retenu pour la 5ème période des certificats d'économies d'énergie (CEE) 2022-2025. Principales conclusions : une augmentation du quota d’obligation et une réduction des bonifications.
Tous les articles ÉNERGIE
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.