Accès abonnés Voir nos offres
Menu

ÉNERGIE
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
EMPLOI

Bois-énergie : quels enjeux pour la filière ?

Partager :
Bois-énergie : quels enjeux pour la filière ?
Par Eva Gomez, le 15 février 2018
Découvrez notre newsletter gratuite Énergie
A l’occasion d’un séminaire sur les enjeux de la filière bois-énergie, organisé le 19 janvier dernier à l’école des Mines de Paris, des acteurs de la filière sont revenus sur les enjeux et les conditions de développement de la valorisation énergétique du bois.

A ce jour, la filière biomasse emploie 500.000 personnes en France, et représente 3,8% du mix énergétique. « La biomasse représente également environ 40% du mix français des énergies renouvelables », a souligné Serge Defaye, ancien président du Comité interprofessionnel du bois-énergie (Cibe), à l’occasion d’un séminaire sur les enjeux de la filière, organisé le 19 janvier dernier à l’école des Mines de Paris. A l’horizon 2023, l’objectif est d’atteindre le double de puissance installée dans la filière biomasse sur le territoire français et d’augmenter de 20% la production de chaleur biomasse. Des objectifs de déploiement d’installations légèrement sous-estimés, si l’on en croit Serge Defaye. Pour lui, « il faudrait multiplier par 2,5 ou 3, la puissance d’installation actuelle pour atteindre les objectifs de production », correspondant à une demande croissante. Il s’agit en effet d’atteindre une production de 13 à 14 Mtep de chaleur d’ici 2023, soit 2,3 à 3,3 Mtep supplémentaires.

Une filière nécessaire pour les filières de recyclage

La ressource est pourtant importante, remarque Louis de Reboul, directeur du département bois et biomasse de Véolia. « La forêt représente 30% du territoire français, soit le double de la surface relevée en 1850 », indique-t-il. Sans compter les gisements de bois venant de la construction et démolition dans le secteur du BTP, du bricolage et du mobilier des ménages et collectivités, ainsi que des emballages et du mobilier des industries. « Il y a une pérennité et une croissance de la ressource en bois, ce qui est un avantage pour la filière de valorisation énergétique », estime Louis de Reboul. Ceci même si « les installations de combustions sont coûteuses et que le matériau bois, vivant, est instable dans le temps », ajoute-t-il. Par ailleurs, la filière bois-énergie est « une nécessité vitale pour les entreprises du recyclage », explique Louis de Reboul, notamment avec le renforcement des consignes de tri, la mise en place des REP, ou le coût élevé de l’exportation de déchets. Le directeur du département bois et biomasse de Véolia rappelle également que selon Conseil stratégique de la filière (CSF) bois, 1,3 millions de tonnes supplémentaires de bois pourraient être valorisées d’ici 2025, dont 60% des tonnages actuellement traités en enfouissement (soit environ 800 kilotonnes).

Renfocer le fonds chaleur et améliorer le cadre réglementaire

Serge Defaye souligne quant à lui l’importance de la stabilité des coûts de la chaleur produite par une chaudière bois, mais également les impacts positifs du fonds chaleur de l’Ademe et du dispositif de la taxe climat-énergie, ainsi que leurs limites. Le fonds chaleur subventionne les projets biomasse à hauteur de 40 à 50%, mais « il faudrait le renforcer, le simplifier, et l’accélérer », estime Serge Defaye. Il s’agirait notamment d’élargir les interventions du fonds chaleur aux travaux dans les immeubles. La filière est également soumise à des freins réglementaires. Pour l’ancien président du Cibe, il faudrait notamment « supprimer l’encadrement communautaire des aides et les qualifier d’aides compensatrices à l’exécution de services publics pour les réseaux de chaleur ». De plus, il estime que « les réseaux de chaleur ont une image assez négative, due au manque de transparence de la part notamment des collectivités locales ». Pourtant, une récente enquête menée par Ipsos pour le compte de Via Sèva et l’Ademe, indiquait que 45% des interrogés étaient prêts à changer de mode de chauffage pour un réseau de chaleur. Et en six ans, le pourcentage de personnes connaissant les réseaux de chaleur est passé de 30% à 67%. Pour Louis de Reboul, directeur du département bois et biomasse de Véolia, si le chauffage au bois a mauvaise presse auprès du public, c’est car « on parle d’un déchet et non d’un produit : on parle de bois en fin de vie alors qu’il va être valorisé en énergie », renchérit-il. Et Serge Defaye d’ajouter : « le cadre réglementaire de la valorisation énergétique du bois en fin de vie n’est pas adapté, car il est assimilé à un déchet ».

A noter que sur 6 millions de tonnes de bois en fin de vie collectées, 5 millions de tonnes sont valorisables ou recyclables. Dont 1,1 millions de tonnes sont valorisées sous forme d’énergie.
Pixabay
Retrouvez toute l'information Énergie dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
Le grand format
Eau de Paris fête ses dix ans
Eau de Paris fête ses dix ans
À lire également
Le réseau de Paris-Saclay insuffle le chaud et le froid
Le réseau de Paris-Saclay insuffle le chaud et le froid
Le réseau d’échange de chaleur et de froid du campus urbain de Paris-Saclay – qu’inaugurera François de Rugy le 24 juin prochain – s’affiche comme « la plus grande boucle tempérée de France ».
Fabrique Aviva : les votes en ligne pour désigner les 100 finalistes sont ouverts
Ce mardi 7 mai, Aviva France invite le grand public à voter en ligne pour la sélection des 100 finalistes de la Fabrique Aviva.
Un guide pratique pour lutter contre la précarité énergétique
Un guide pratique pour lutter contre la précarité énergétique
Ce lundi 13 mai, l'observatoire national de la précarité énergétique (ONPE) a publié un guide pour encourager la mise en œuvre de projets destinés à lutter contre la précarité énergétique.
[Retour d'expérience] Nicolas Garnier, directeur général de l’association Amorce
[Retour d'expérience] Nicolas Garnier, directeur général de l’association Amorce
Déçus par le projet de programmation pluriannuelle de l’énergie, les acteurs de la méthanisation tentent de faire entendre les avantages de leur filière au gouvernement.
Cameo Energy s'associe à Galiena Capital
La société Cameo Energy, spécialiste du financement et de l'optimisation des projets d'efficacité énergétique, s'est associée à Galiena Capital, afin de développer son activité à l'international.
[Dossier] La Nouvelle-Aquitaine prépare son bilan
[Dossier] La Nouvelle-Aquitaine prépare son bilan
En Nouvelle-Aquitaine, trois partenaires, le Cluster Eco-Habitat, la plateforme technologique du bâtiment Tipee et le bureau d’études Amoès, ont piloté le programme Obec de l’Ademe.
[Dossier] Enertech soigne ses bureaux
[Dossier] Enertech soigne ses bureaux
Bureau d’études techniques fluides spécialisé dans les bâtiments performants, Enertech s’est construit en 2015 de nouveaux locaux à son image.
Tous les articles ÉNERGIE
Appels d'offres
En partenariat avec
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
VST
18 Juin 2019
VST
Assises de la biodiversité
19 Juin 2019
Assises de la biodiversité
Solscope
26 Juin 2019
Solscope
+ D'ÉVÉNEMENTS
Emploi
- TECHNICIEN(NE) DE MAINTENANCE GAZ (H/F) Charleville Mézières
- Chef d'Equipe TP H/F
- Chargé / Chargée d'études agricoles
- Directeur d'école de musique F/H
+ D’OFFRES
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.