Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

ÉNERGIE
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] La White Economy, un nouveau modèle économique pour la transformation énergétique !

Partager :
[Tribune] La White Economy, un nouveau modèle économique pour la transformation énergétique !
Par Benoît Ferres, fondateur de la start-up Cameo et initiateur du Forum de la transformation énergétique, le 25 juin 2018
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Énergie
Cette semaine, Benoît Ferres, fondateur de la start-up Cameo et initiateur du Forum de la transformation énergétique, explique le concept de "White economy" : un modèle économique fondé sur les économies d’énergie et sur un marché de l’évitement.

La transition énergétique est sur toutes les lèvres, pourtant parler de « transformation énergétique » est plus adapté. Plus qu’une simple transition, il s’agit d’une profonde transformation qui nous amène à changer de paradigme économique. La « Green Economy » (énergies renouvelables) finira certes par remplacer la « Black Economy » (énergies fossiles), mais nous assistons en ce moment à l’émergence d’une nouvelle forme de création de valeur, « la White Economy » (économie des économies d’énergie).

La White Economy est déjà là !

Au début des années 2000, pour accélérer le lancement de travaux d’économies d’énergie (changement de chaudière, isolation, etc…), le Royaume-Uni met en place une prime à l’investissement versée au moment des travaux et proportionnelle aux économies d’énergie futures. On investit et on gagne tout de suite.

Comment financer cette prime à l’investissement ? Cette fois, ce ne seront pas les pouvoirs publics mais les distributeurs d’énergie qui financeront. Les Britanniques ont créé un marché de l’évitement de la consommation d’énergie. Les distributeurs d’énergie se voient fixer des quotas de projets de travaux d’économies d’énergie (White Certificates) à financer sous peine de sanction financière. Cette dernière est si dissuasive que les fournisseurs d’énergie préfèrent payer ces primes à l’investissement. Ils « achètent » ainsi les projets de travaux qui leur permettront de réaliser leurs quotas.

Un marché d’évitement de la consommation d’énergie est possible

Il en est ainsi de notre fonctionnement économique : il faut un gain immédiat pour que les agents économiques se saisissent d’un sujet. Il nous faut donc créer un nouveau modèle économique qui donne au plus vite une valeur marchande à l’énergie non consommée pour que les agents économiques s’en emparent rapidement et à grande échelle.
C’est ce qu’on appelle la « White Economy », une approche économique loin d’être théorique. En France, nous avons les Certificats d’Economies d’Energie depuis 2006. Ce marché va représenter deux milliards d’euros par an pour la période 2018-2020, soit le double par rapport à la période 2015-2017 et 1/5 du budget annuel du Ministère de l’Ecologie en comparaison.

Cette logique a fait des émules dans une cinquantaine de pays. Au niveau mondial, elle représente depuis 10 ans une économie de plus 24 milliards d’euros par an. Rien qu’en Europe, 32% des économies d’énergies annuelles réalisées sont dues à ces nouveaux mécanismes (dits White Certificates ou Energy Efficiency Obligations). Un chiffre en pleine explosion à mettre en parallèle avec les 28% d’économies réalisées par les très médiatiques taxes Carbone. L’ordre de grandeur est semblable mais la comparaison s’arrête là : on constate que les taxes Carbone répondent à un modèle punitif de taxation de la production qui encourage les stratégies d’évitement des agents économiques. Ce modèle ne peut fonctionner qu’à l’échelle mondiale. Or, il n’est pas certain que l’urgence climatique nous autorise à prendre le temps nécessaire pour mettre toutes les nations d’accord et obtenir des outils efficients.

A contrario, la White Economy s’active à l’échelle d’un pays, gage de rapidité de mise en œuvre. Elle met tous les distributeurs d’énergie d’un État dans les mêmes conditions d’accès au marché et de concurrence. Par ailleurs, la White Economy ne grève pas le budget des États. Les pouvoirs publics continuent d’avoir un rôle clé, celui du régulateur qui organise le marché, mais sans être le seul acteur. Là où le concept de « nudges », de coups de pouce en français, crée une incitation individuelle, souvent non monétaire, afin de modifier les comportements de manière plus vertueuse, la « White Economy » franchit une étape supplémentaire en permettant un gain monétaire immédiat et donc un changement d’échelle quant aux acteurs impliqués. Cela décuple et accélère les investissements pour plus d’efficacité énergétique.

Le XXI ème siècle, le siècle de la gestion de la rareté, sera celui de la « White Economy »

Le XXI ème siècle est déjà le siècle de la rareté pour les questions énergétiques. Tous les efforts dans le développement des énergies renouvelables ne pourront suffire s’ils ne sont pas accompagnés de progrès gigantesques en termes d’efficacité énergétique. Dans un contexte plus large où nos communs sont menacés (la biodiversité, la qualité de l’air ou de l’eau, notre alimentation), l’évitement peut devenir un marché à part entière. En effet, les coûts vertigineux des externalités négatives qui découlent des modèles économiques actuels pour la société nécessitent une mobilisation rapide et efficace des agents économiques sur ces sujets.

La France a ainsi expérimenté la mise en place des certificats d’évitement pour valoriser la moindre utilisation des produits phytosanitaires. Pour mobiliser à grande échelle nos sociétés dans l’action, la White Economy est probablement l’un des modèles économiques les plus adaptés. En donnant une valeur marchande à la rareté, c’est l’un des outils indispensables pour faire face aux contraintes du XXI ème siècle.
Benoît Ferres, fondateur de la start-up Cameo et initiateur du Forum de la transformation énergétique / DR
Retrouvez toute l'information "Énergie" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] Ça m'énerve : la pollution visuelle

Dans ce second numéro d’Environnement TV, Agnès Breton s’attaque à la pollution visuelle.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
Greenflex et l'Ademe créent un programme pour l'efficacité énergétique industrielle
Greenflex et l'Ademe créent un programme pour l'efficacité énergétique industrielle
Greenflex et l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) viennent de lancer le programme Inveest, pour accompagner les acteurs de l'industrie dans le financement de l'efficacité énergétique.
Rénovation énergétique : les Français manquent de moyens et d’informations
Rénovation énergétique : les Français manquent de moyens et d’informations
D’après le baromètre 2019 de Monexpert-renovation-energie, 14 % des Français déclarent vivre dans une passoire thermique. Ils sont globalement mal informés sur les aides existantes et déclarent ne pas avoir les moyens d’effectuer des travaux.
Coénove et Energies et avenir lancent « Mon étiquette chaudière »
Coénove et Energies et avenir lancent « Mon étiquette chaudière »
Ce mardi 22 octobre, les associations Coénove et Energies et avenir ont lancé l'outil « Mon étiquette chaudière ».
[Tribune] Loi « Énergie Climat » : vers une rénovation énergétique à deux vitesses ?
[Tribune] Loi « Énergie Climat » : vers une rénovation énergétique à deux vitesses ?
Cette semaine, Raphaël Eulry, directeur marketing et communication chez AC Environnement, fait le point sur la loi énergie climat et sur les enjeux de rénovation énergétique qu'elle implique. Il se demande "quelle sera la valeur dans 10 ans des biens achetés récemment avec des crédits par des foyers modestes qui n'ont pas forcément de quoi mener, en sus de leur acquisition, de nouveaux travaux d'amélioration de la performance énergétique et climatique de leur appartement ou maison ?"
[Tribune] Un avenir lumineux pour l’éclairage solaire
[Tribune] Un avenir lumineux pour l’éclairage solaire
Cette semaine, Bastien Lanta, chef de produit chez Fonroche Lighting, revient sur le développement de l'éclairage public solaire et son rôle dans un contexte d'écoresponsabilité généralisée. Pour lui, "cette solution s’impose comme l’alternative à privilégier pour les entreprises et collectivités soucieuses de réduire leur empreinte environnementale".
La Fnaim et Qualitel lancent l’opération « Les copros vertes »
La Fnaim et Qualitel lancent l’opération « Les copros vertes »
Ce jeudi 14 novembre, la Fnaim et l’association Qualitel ont lancé le mouvement « Les copros vertes », afin d’informer et former les copropriétés à la rénovation énergétique.
Laurent Carme devient directeur général de McPhy
Laurent Carme devient directeur général de McPhy
La société spécialisée dans les équipements de production, stockage et distribution d'hydrogène, McPhy, vient de nommer Laurent Carme au poste de directeur général.
Tous les articles ÉNERGIE
En partenariat avec
Accès au kiosque
Événements
Solutrans
19 Novembre 2019
Solutrans
Transrail
26 Novembre 2019
Transrail
Paysalia
3 Décembre 2019
Paysalia
+ d'événements
Emploi
- TECHNICIEN(NE) PLOMBIER CHAUFFAGISTE (H/F) Beaucou
- Manager Data Gouvernance F/H
- Jardinier / Jardinière paysagiste
- Ingénieur études bâtiment F/H
+ d’offres
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.