Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

ÉNERGIE
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS

[Tribune] La mer, une ressource énergétique inexploitée

Partager :
[Tribune] La mer, une ressource énergétique inexploitée
Par Antoine Payen, consultant mc2i Groupe, le 12 décembre 2018
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Énergie
Cette semaine, Antoine Payen, consultant mc2i Groupe, fait le point sur le potentiel de développement des énergies marines renouvelables. Selon lui, "c’est en associant industrialisation des procédés et développement des technologies de surveillance et de maintenance prédictive que nous pouvons espérer un accroissement de production d’énergie renouvelable d’origine marine".

Selon l’Agence Internationale de l’Energie, l’énergie marine aurait un potentiel total théorique de 20.000 à 90.000 Twh/an, ce qui est bien au-dessus de la consommation mondiale d’électricité (16.000 TWh/an). Source d’énergie prometteuse sur le papier, qu’en est-il réellement ? Faisons le point.

Qu’entend-on par énergies marines renouvelables ?

Le potentiel énergétique des milieux marins peut être exploité de différentes façons : énergie de la houle (environ 55% du potentiel mondial), énergie thermique des mers (environ 26% du potentiel mondial), énergie osmotique (environ 5% du potentiel mondial), énergie hydrolienne et marémotrice (environ 2% du potentiel mondial) et énergie éolienne marine (environ 12% du potentiel mondial).

Quelle politique de développement pour les énergies marines renouvelables en France ?

Hors éolien marin, en France (métropole et DOM-TOM) la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) fixe des objectifs relativement ambitieux quant au développement des énergies marines renouvelables : 100 MW de puissance installée et entre 200 et 2 000 MW de projets attribués d’ici fin 2023 (pour un potentiel théorique maximal évalué entre 2 à 3 GW).
La filière éolienne marine est la plus mature, notamment avec les éoliennes non-flottantes. Ainsi, les objectifs fixés sont plus ambitieux : 3 100 MW de puissance installée et entre 700 et 8 000 MW de projets attribués d’ici fin 2023.

Quel niveau de maturité pour chacune de ces technologies en France ?

L’éolien marin non flottant (le socle de l’éolienne est posée sur le fond marin, à une profondeur inférieure à 40 mètres) est la technologie la plus mature, 263 MW étaient installés fin 2017.

L’éolien marin flottant (éolienne ancrée aux fonds marins par des câbles) en est au stade pilote, la première éolienne flottante nommée Floatgen a été installée en 2017 et sera expérimentée pendant deux ans. D’autres projets sont en cours de développement et verront le jour en 2020.

L’hydrolien marin quant à lui, peine à voir le jour en France. En effet les projets s’arrêtent les uns après les autres. On pense notamment à l’usine d’assemblage d’hydroliennes de Cherbourg des industriels Naval Energies via sa filiale OpenHydro et EDF, qui a fermé ses portes en juillet 2018. Cette usine devait permettre la construction de 25 turbines hydroliennes par an. Selon Laurent Schneider Maunoury, PDG de Naval Energies : « Le prix du kWh de l’éolien et du solaire a rapidement baissé autour de 50 euros [Appel d’offre CRE4 T4]. L’hydrolien est une technologie naissante et ne peut tenir cette comparaison ».

Ailleurs dans le monde, la même entreprise Naval Energie, avec sa filiale OpenHydro associée cette fois-ci à l’énergéticien canadien Emera, vient de mettre à l’eau fin juillet 2018 sa deuxième hydrolienne dans la baie de Fundy, au Canada. Mais, suite à la liquidation judiciaire d’OpenHydro, le canadien Emera s’est retiré du projet et l’hydrolienne a été déconnectée du réseau électrique. 

Les autres technologies (énergie de la houle, énergie thermique des mers et énergie osmotique) en sont à leurs balbutiements. Alors que les premiers prototypes émergent, par exemple la centrale osmotique d’Hurum en Norvège, ou encore le projet Marlin d’énergie thermique marine, la jeune entreprise française Aqualast vient de breveter une machine houlomotrice capable de résister aux tempêtes. En effet, le volume immergé étant très faible la structure est plus résistante dans les conditions difficiles.

Cette solution novatrice se comporte comme un train flottant composé de barges, donc chacune peut accueillir une éolienne ou une unité de stockage afin de pouvoir injecter l’électricité au meilleur moment sur le réseau. Cette solution n’est pour le moment qu’un concept, mais Aqualast espère bien obtenir les financements et partenariat nécessaire au développement de son projet, qui pourrait alimenter 500 foyers et même accueillir une station-service d’hydrogène.
 
Le chemin vers l’industrialisation des procédés de production d’énergie marine renouvelable est encore long. Par ailleurs, le Big Data et les objets connectés ne sont pas en reste. En effet, les milieux marins étant difficiles d’accès, la maintenance prédictive et la surveillance des installations va jouer un rôle majeur dans la gestion des parcs de production d’énergie. C’est pourquoi les grandes entreprises du secteur de l’énergie s’associent à des PME afin de mettre au point des solutions de maintenance prédictives, dans l’objectif de diminuer les coûts des interventions en mer : optimisation des circuits de maintenance et interventions lorsque la production est faible. C’est donc en associant industrialisation des procédés et développement des technologies de surveillance et de maintenance prédictive que nous pouvons espérer un accroissement de production d’énergie renouvelable d’origine marine.
Antoine Payen, consultant mc2i Groupe
Retrouvez toute l'information "Énergie" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
Rechercher dans nos articles
  Environnement TV à la cime des arbres

Ne perdez pas une minute, Environnement TV est en ligne !
+ de vidéos Environnement TV
Les plus lus
Economie circulaire : quand les sédiments s’y collent
Economie circulaire : quand les sédiments s’y collent
Autrefois matière première, avant de basculer dans la catégorie déchet, les sédiments veulent retrouver leur statut de ressource. Ces dépôts de matières s’accumulant dans les ports et les voies navigables causent bien des difficultés aux gestionnaires maritimes et fluviaux. Alors que les coûts d’enfouissement augmentent de façon exponentielle, ces matières lourdes, difficiles à transporter, peuvent espérer une voie de sortie. Des initiatives émergent, notamment dans les domaines des éco-matériaux, de l’aménagement, de l’agriculture, et du génie civil.
« L’incendie de l’usine Lubrizol est emblématique des limites d’une gestion de crise exclusivement pilotée par l’État »
« L’incendie de l’usine Lubrizol est emblématique des limites d’une gestion de crise exclusivement pilotée par l’État »
Le 26 septembre dernier, un spectaculaire incendie s'est déclaré dans l'usine rouennaise du fabricant de produits chimiques Lubrizol. Très vite, la prise en charge de l'accident par les autorités publiques a été mise en cause. De nombreux habitants, associations et élus ont contesté l'intervention et le discours de l’État dans la gestion de la crise. Décryptage avec Olivier Borraz, directeur de recherche au CNRS et spécialiste des risques.
Trois questions à : Nicolas Soret, président de la commission déchets de l'AMF
Dépôts sauvages : Suez et Point.P déploient un dispositif de collecte des déchets de chantiers
Picogen : de l’énergie renouvelable pour la gestion des réseaux d’eau potable
À lire également
[Tribune] Blockchain et transition énergétique : une cohabitation impossible ?
[Tribune] Blockchain et transition énergétique : une cohabitation impossible ?
Cette semaine, David Rodrigues, consultant pour le cabinet de conseil Square, revient sur le rôle de la blockchain dans la transition énergétique. "Perçue comme un gouffre énergétique, la technologie blockchain pourrait se révéler être une alliée pour le développement d’initiatives favorables à notre environnement", estime-t-il. 
Butagaz en partenariat avec un site de production de biométhane en Seine-et-Marne
Le groupe Butagaz a annoncé vendredi 13 septembre dernier, la création d’un partenariat avec l’unité de production de biométhane de Nangis Biogaz en Seine-et-Marne.
Chaleur renouvelable : le groupe Idex acquiert 90 % du lituanien Danpower Baltic
Jeudi 19 septembre dernier, le groupe Idex a annoncé l’acquisition de 90 % de Danpower Baltic, acteur lituanien de la chaleur renouvelable.
Rénovation énergétique : les Français manquent de moyens et d’informations
Rénovation énergétique : les Français manquent de moyens et d’informations
D’après le baromètre 2019 de Monexpert-renovation-energie, 14 % des Français déclarent vivre dans une passoire thermique. Ils sont globalement mal informés sur les aides existantes et déclarent ne pas avoir les moyens d’effectuer des travaux.
Eiffage et Deme pour les fondations du premier parc éolien offshore français
Eiffage et Deme pour les fondations du premier parc éolien offshore français
Eiffage Métal et Deme ont décroché le contrat EPCI (conception, fourniture, construction, installation) des 80 fondations monopieux en acier du premier parc éolien offshore de France, qui sera implanté à Saint-Nazaire pour un montant de plus de 500 millions d'euros.
[Tribune] Réinventer le standard énergétique de nos grandes surfaces par l’autoconsommation et le stockage de l’énergie
[Tribune] Réinventer le standard énergétique de nos grandes surfaces par l’autoconsommation et le stockage de l’énergie
Cette semaine, Hubert Aubry, CEO de Gémo, présente le projet d'autoconsommation photovoltaïque avec stockage, installé dans un magasin de Loire-Atlantique. Il lance un appel "aux enseignes commerciales rurales ou urbaines, aux entreprises, et aux particuliers, pour utiliser des sources d’énergie durables à notre disposition".
La Fedene veut attirer les jeunes vers les métiers de services à l'énergie et l'environnement
La Fedene veut attirer les jeunes vers les métiers de services à l'énergie et l'environnement
La Fédération des services énergie environnement lance une campagne de promotion de ses métiers.
Tous les articles ÉNERGIE
En partenariat avec
Accès au kiosque
Événements
Batimat
4 Novembre 2019
Batimat
Le Salon des Professionnels de l’Amiante 2019
13 Novembre 2019
Le Salon des Professionnels de l’Amiante 2019
Solutrans
19 Novembre 2019
Solutrans
+ d'événements
Emploi
- Technicien de maintenance H/F
- Chef de Projet - Facturation et Recouvrement H/F
- Technicien / Technicienne en Hygiène, Sécurité, Environnement industriel -HSE-
- Contrôleur de Gestion Industrielle F/H
+ d’offres
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.