Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Audit énergétique obligatoire : quelles leçons tirer de 20 ans d’audits en Belgique ?

[Tribune] Audit énergétique obligatoire : quelles leçons tirer de 20 ans d’audits en Belgique ?
Par Jean-Michel Dols, associé 3j-Consult, le 25 mars 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, Jean-Michel Dols, associé 3j-Consult, établit un retour d’expérience de la pratique de l’audit énergétique industriel en Belgique. Alors que cette obligation date de 2014 en France, il estime "qu’il ne s’agit d’une mission efficace et porteuse de résultats durables que si elle est menée sous une forme participative".

Depuis 2014, en France, les grandes entreprises (aux termes de leur définition européenne) ont l’obligation de réaliser un audit énergétique une fois tous les quatre ans. Très nombreuses sont donc les entreprises qui devront réaliser un nouvel audit dans le courant de cette année.

Un retour d’expérience de vingt ans de pratique en Belgique

L’audit énergétique industriel – même si non-obligatoire jusqu’à l’apparition de la directive européenne sur l’efficacité énergétique (2012) – s’est développé en Belgique depuis 1998. Dans le cadre préliminaire qu’était alors le Protocole de Kyoto, des « Accords de Branche énergétiques » ont été mis en place. Ces accords, de nature volontaire à leur début, sont toujours en cours et en sont à leur deuxième génération. Les 200 grandes entreprises y adhérant bénéficient, en contrepartie d’un objectif engageant et suivi annuellement en termes d’efficience énergétique, d’avantages financiers sur leurs factures d’énergie. Ces entreprises représentent plus de 82% de la consommation d’énergie primaire industrielle globale de la région tous secteurs confondus.

L’audit obligatoire n’est-il qu’une contrainte supplémentaire pour les entreprises françaises ?

Oui, mais seulement si on se contente de le voir comme une case à cocher en plus de toutes les autres. Jusqu’à présent, l’audit énergétique dit « obligatoire » en France n’a mené à rien d’autre qu’à une traduction de la facture énergétique en une série de « quartiers de tarte » et en une liste insipide de mesures générales et non chiffrées (dixit l’Ademe).

Quelles précautions prendre pour s’assurer de l’utilité d’un audit énergétique ?

Pour qu’un audit énergétique soit utile, il faut arrêter de le voir comme le résultat de l’examen, par un « spécialiste » externe armé d’instruments de mesure complexes, des entrailles secrètes d’une grande entreprise. Comme l’a montré depuis 20 ans l’expérience Belge, il ne s’agit d’une mission efficace et porteuse de résultats durables que si elle est menée sous une forme participative.

Il est également inévitable qu’un bon audit énergétique demande du temps, faute de quoi il ne serait que le reflet d’une trop brève « photographie ponctuelle ».

Il est par ailleurs évident qu’un audit énergétique efficace et valable doit intégrer le cœur du procédé de l’entreprise auditée quand bien même ce procédé serait complexe et spécialisé. Contourner cette exigence revient souvent à passer à côté du sujet.

Il est donc aussi illusoire de garantir tout cela sans accepter un prix « correct » pour une mission complexe requérant, outre une grande expérience et une multidisciplinarité technique avérée, une disponibilité et une créativité certaines.

On s’éloigne donc bien des quartiers de tarte et des mesures non chiffrées !

L’audit énergétique de qualité constitue un véritable outil de gestion précieux pour l’entreprise

En contrepartie de l’effort que représente la mise en place d’un audit de qualité, c’est bien d’un véritable outil de gestion que l’entreprise dispose. Un outil : (i) qui établira la base d’une comptabilité analytique énergétique, une forme de « modèle énergétique » de l’entreprise, autorisant bien plus qu’un instantané ponctuel, comme par exemple la simulation de modes de fonctionnement différents de celui qui existe ; (ii) qui priorisera les domaines dans lesquels identifier et mettre en place les améliorations en les rapportant à un vrai bilan énergétique global, évitant par-là les miroirs aux alouettes que peuvent parfois faire briller les vendeurs de solution si celles-ci ne sont pas « calibrées » sur les consommations réelles actuelles ou futures ; (iii) qui définira de véritables indices de performance énergétique, quelles que soient les modifications ou les perturbations se produisant dans les volumes de production, dans les mix produits ou dans les paramètres externes à la sphère des acteurs de l’entreprise (ex : toutes choses étant égales par ailleurs, l’entreprise s’est-elle finalement améliorée ou non, et de combien, par rapport à l’année précédente ?)

La performance énergétique devient une condition de compétitivité

Certaines grandes entreprises, et non des moindres, n’ont pas attendu cette obligation d’audit pour entreprendre de grandes mutations les inscrivant dans une véritable transition énergétique et écologique. Si elles se sont ainsi lancées dans une réflexion stratégique, souvent de grande ampleur, c’est parce qu’elles ont identifié l’aspect indispensable de cette réflexion dans le maintien et le renforcement de leur compétitivité, dans un avenir déjà proche comme en vue d’un futur plus lointain.

A la fin de la première génération des accords de branche énergétiques, les résultats globaux de l’ensemble des entreprises représentées montraient une amélioration en efficience énergétique sensiblement supérieure à 15% sur 10 ans tous secteurs confondus (ces résultats n’étant pas « pollués » par les entreprises grosses consommatrices d’énergie ayant malheureusement disparu puisqu’ils s’expriment en termes d’efficience énergétique).

Ce chiffre se situe nettement au-dessus des résultats qui auraient pu découler d’un scenario « business as usual ». Or la première étape sous-tendant ce niveau d’amélioration est toujours … un audit énergétique de bonne qualité !
Jean-Michel Dols, associé 3j-Consult
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] La chaleur perdue retrouve une seconde utilité
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
EDP Renewables poursuit son expansion à l'international
EDP Renewables poursuit son expansion à l'international
Le quatrième producteur mondial d’énergie renouvelable, EDP Renewables (EDPR), a signé 51 projets solaires aux États-Unis qui génèrent 38,3 MW d’électricité et un projet éolien de 120 MW au Chili.
Gironde : ouverture du débat public autour du plus grand parc photovoltaïque d’Europe
Gironde : ouverture du débat public autour du plus grand parc photovoltaïque d’Europe
La Commission nationale du débat public (CNDP) a validé, mercredi 28 juillet 2021, le dossier du maître d’ouvrage sur le projet de plateforme photovoltaïque « Horizeo » à Saucats (Gironde). Le débat public sur ce colossal projet débutera le 09 septembre jusqu’au 09 janvier 2022.
Création d'un contrat « progrès méthanisation » pour un essor durable de la filière
Création d'un contrat « progrès méthanisation » pour un essor durable de la filière
L'initiative portée par 7 acteurs du monde agricole et de l’énergie, vise à renforcer une démarche d’amélioration continue de l'exploitation des sites de méthanisation.
Pour sa 10e édition, le salon Expobiogaz ouvre ses portes à Metz
Pour sa 10e édition, le salon Expobiogaz ouvre ses portes à Metz
Cette année, la dixième édition de l’événement national Expobiogaz se tiendra au parc des Expositions de Metz Métropole du mercredi 1er au jeudi 02 septembre.
Suiveur solaire innovant pour centrales thermodynamiques à faibles coûts
Suiveur solaire innovant pour centrales thermodynamiques à faibles coûts
La PME tarnaise Sirea annonce qu’elle participe au développement d’un nouveau système de centrale solaire thermodynamique (CSP) dans le cadre du projet européen Mosaic (Modular high Concentration Solar Configuration). Celui-ci a pour objectif de déployer et de valider un concept de centrale solaire thermique à faible coût de mise en œuvre pour des niveaux d’efficacité élevés par rapport aux technologies actuelles, avec un coût de production de l’électricité de moins de 0,10 euro le kilowattheure.
Deux associations s'attaquent au parc éolien offshore de Saint-Brieuc
Deux associations s'attaquent au parc éolien offshore de Saint-Brieuc
A la veille de la clôture du congrès mondial de la nature de l’UICN, Sea Shepherd et Gardez les Caps ont déposé un recours contre le parc éolien offshore de la baie de Saint-Brieuc auprès de la préfecture des Côtes d’Armor.
Google sollicite Engie pour décarboner 80 % de ses opérations en Allemagne
Google sollicite Engie pour décarboner 80 % de ses opérations en Allemagne
Engie accompagne le géant américain Google dans la poursuite de son ambition zéro carbone. Le contrat, d’une durée de 3 ans, garantira une décarbonation proche de 80 % des opérations allemandes de Google d’ici 2022.
Tous les articles ÉNERGIE
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.