Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines

ÉNERGIE
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Face à la hausse des prix de l’électricité, il est urgent de réconcilier les Français avec le photovoltaïque

[Tribune] Face à la hausse des prix de l’électricité, il est urgent de réconcilier les Français avec le photovoltaïque
Par David Callegari, directeur général d’In Sun We Trust, le 9 septembre 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, David Callegari, fondateur et directeur général de la jeune pousse spécialiste du photovoltaïque, In Sun We Trust, revient sur la hausse du prix de l’électricité, vouée selon lui à durer et s’accentuer dans le temps. Il suggère donc d’aider dès maintenant les Français à préparer l’avenir grâce au photovoltaïque, via un double choc de confiance et de simplification.

L’été 2019 a été étouffant, mais que les Français se rassurent : il est bientôt l’heure de la douche froide. Au retour des vacances, chacun aura le bonheur de découvrir sur sa facture, l’impact des 7,2 % de hausse des prix de l’électricité, instaurés en juin puis en août.

Une flambée des prix qui a provoqué une de ces mini-polémiques, stériles mais divertissantes, dont notre pays est coutumier. Qui est coupable ? Chacun a donné son avis, on a aligné les suspects : les fournisseurs alternatifs d’électricité ; le poids financier des salaires et des avantages chez EDF ; les taxes mises en place par l’Etat…

Verdict ? Peu importe, car cette hausse record ne doit être qu’une anomalie passagère. Dès le 3 juin, le gouvernement l’assurait : « un nouveau mode de calcul [des prix de l’électricité] sera applicable dès l’année prochaine, dès 2020. » Circulez, il n’y a plus rien à voir !

Pendant ce temps, le vrai coupable court toujours, loin de l’attention politique et médiatique. A savoir, l’emballement des coûts de gestion et de rénovation du parc nucléaire français vieillissant.

Vers la fin de l’exception française en matière de prix de l’électricité

La chose est connue : grâce à son modèle énergétique unique, reposant massivement sur le nucléaire, la France bénéficie d’une électricité moins chère que la moyenne de nos voisins. 11 pays de l’Union européenne paient plus cher que nous leur électricité, y compris l’Allemagne qui paie quasiment deux fois plus (source : données 2018 Eurostat).

Ce qui est moins connu, c’est le boulet financier que représente notre parc nucléaire vieillissant. En 2016, la Cour des Comptes a chiffré à 100 milliards d’euros le « grand carénage », cette opération visant à allonger la durée de vie de nos centrales nucléaires de 40 à 60 ans. Bien plus que ce que prévoyait EDF, qui a aussi sous-estimé le coût d’autres chantiers.
A commencer bien sûr par celui de l’EPR de Flamanville, déjà quatre fois plus cher que prévu et dont la livraison ne cesse d’être repoussée. Ou encore, le coût de démantèlement des centrales nucléaires à l’arrêt, estimé par EDF à 350 millions d’euros par réacteur, et à plus d’un milliard par les exploitants européens. Sans oublier Cigéo, le colossal projet d’enfouissement des déchets nucléaires, dont le montant « officiel » de 25 milliards d’euros est âprement contesté.

Bref, avec tout cela mis bout à bout, on peut conclure de façon réaliste à une addition supérieure à 150 milliards d’euros sur les prochaines années. Qui paiera cette addition ? Fragilisé financièrement, EDF est loin d’en avoir les moyens. Les factures d’électricité sont donc vouées à augmenter, fortement et pour de nombreuses années, afin de couvrir ces investissements. Les jours de l’« exception française » sur les prix de l’électricité sont comptés.

Anticiper la hausse grâce au photovoltaïque plutôt que la subir de plein fouet

5.000 euros par foyer ! C’est ce que représente, formulé autrement, l’investissement colossal réclamé par notre parc nucléaire. De quoi donner des sueurs froides à celles et ceux qui trouvent déjà leur facture d’électricité un peu salée. Alors, que peuvent concrètement faire les Français pour préparer l’avenir ?

Bien sûr, ils peuvent et doivent rendre leurs logements plus efficaces énergétiquement. Chaque kWh d’électricité doit être utilisé le mieux possible. Pas sûr toutefois que cela suffise à alléger les factures, à une époque où le digital et les smart cities créent beaucoup de nouveaux usages de l’électricité.

En revanche, poser sur sa toiture des panneaux photovoltaïques en autoconsommation permet une réduction de facture substantielle : entre 20 et 45 %, selon l’ensoleillement et la consommation du foyer. De quoi envisager l’avenir avec beaucoup plus de sérénité ! On réduit ainsi sa dépendance au réseau nucléaire, tout en réalisant un excellent placement. Une sorte d’assurance contre la hausse future des prix de l’électricité. Pourtant, les Français sont très peu nombreux à franchir le pas – à peine plus de 5.000 au premier trimestre 2019, selon le ministère de la transition écologique et solidaire. Comment expliquer un tel désaveu et surtout, que faire ?

Un choc de confiance et un choc de simplification

Avec 10.000 arnaques au photovoltaïque en 2018 selon le GPPEP (soit près d’une installation sur deux !), le secteur de l’énergie solaire souffre d’un déficit de confiance auprès des Français. Pour les acteurs du secteur, les collectivités et les associations de consommateurs, la première bataille à mener doit donc cibler les éco-délinquants et offrir information, transparence et accompagnement aux Français pour lesquels l’énergie solaire est encore un concept trop flou.

Toutefois, lutter contre les arnaques ne suffira pas à démocratiser l’autoconsommation photovoltaïque. Car il s’agit non seulement de calmer les peurs, mais aussi de susciter l’envie. Il faut inciter. Et tandis que la société civile et les collectivités locales se mobilisent contre les arnaques, nous demandons à l’Etat d’assumer pleinement son rôle d’incitation.
Entendons-nous bien : le cadre règlementaire actuel est suffisamment favorable. Le problème, c’est qu’il est illisible. Prenons le cas d’un foyer lambda, qui souhaite installer des panneaux photovoltaïques. S’il fait poser dix panneaux, il bénéficie d’une TVA réduite et d’une prime à l’investissement. Parfait. Mais imaginons maintenant qu’il veuille plutôt en installer 11. Il paiera alors la TVA plein pot, et touchera 300 euros de prime en moins !

Ne cherchez pas de logique là-dedans… il n’y en a aucune. Le cadre règlementaire français sur le photovoltaïque est truffé d’effets de seuil et de subtilités de ce genre. Il est grand temps de remettre à plat l’intégralité du système, à la lumière de ce qui se passe concrètement sur le terrain.
Et si, en même temps qu’il se penche sur le malade (les prix de l’électricité nucléaire), l’Etat s’intéressait aussi à démocratiser le remède ?
David Callegari, directeur général d’In Sun We Trust
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Le bus amphibie se jette à l'eau
Dernier numéro
N° 1793
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
Actu réglementaire
Ordonnance n° 2022-43 du 20 janvier 2022 relative à l'organisation du réseau des chambres d'agriculture à l'échelle régionale Lire
Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2022-43 du 20 janvier 2022 relative à l'organisation du réseau des chambres d'agriculture à l'échelle régionale Lire
Décret du 17 janvier 2022 portant classement, parmi les sites du département des Alpes-de-Haute-Provence, du site de l'éperon de Lurs (commune de Lurs) Lire
Arrêté du 14 janvier 2022 modifiant l'arrêté du 26 décembre 2016 fixant les modalités d'application du complément de la part liée aux fonctions en application de l'article 7 du décret n° 2016-1869 du 26 décembre 2016 fixant le régime indemnitaire applicable aux corps techniques de la direction générale de l'aviation civile Lire
Décret n° 2022-33 du 14 janvier 2022 modifiant le décret n° 2016-1869 du 26 décembre 2016 fixant le régime indemnitaire applicable aux corps techniques de la direction générale de l'aviation civile Lire
Arrêté du 13 janvier 2022 modifiant l'arrêté du 10 décembre 2021 fixant un contingent exprimé en puissance et en jauge pour la réservation de capacités aux fins de délivrance de permis de mise en exploitation de navires de pêche au mois de décembre 2021 Lire
Arrêté du 10 janvier 2022 relatif à l'appel aux services d'élèves des écoles vétérinaires françaises remplissant les conditions prévues à l'article L. 241-6 pour lutter contre l'influenza aviaire hautement pathogène Lire
Décision du 6 janvier 2022 portant délégation de signature (direction générale des infrastructures, des transports et de la mer) Lire
Décision du 6 janvier 2022 portant délégation de signature Lire
Décret n° 2022-8 du 5 janvier 2022 relatif au résultat minimal de performance environnementale concernant l'installation d'un équipement de chauffage ou de production d'eau chaude sanitaire dans un bâtiment Lire
Décret n° 2022-2 du 4 janvier 2022 relatif aux situations permettant de déroger à l'interdiction d'acquisition par l'Etat de produits en plastique à usage unique Lire
Décret n° 2022-1 du 3 janvier 2022 fixant, en application du cinquième alinéa de l'article L. 130-9 du code de la route, la procédure d'expérimentation de la constatation des niveaux d'émissions sonores des véhicules en mouvement par des appareils de contrôle automatique fixes et mobiles et modifiant le code de la route Lire
Décret n° 2021-1942 du 31 décembre 2021 modifiant le décret n° 2013-611 du 10 juillet 2013 relatif à la réglementation applicable aux îles artificielles, aux installations, aux ouvrages et à leurs installations connexes sur le plateau continental et dans la zone économique exclusive et la zone de protection écologique ainsi qu'au tracé des câbles et pipelines sous-marins Lire
Décret n° 2021-1941 du 31 décembre 2021 relatif à la responsabilité élargie des producteurs pour les produits et les matériaux de construction du secteur du bâtiment Lire
Décret n° 2021-1906 du 30 décembre 2021 modifiant le décret n° 2020-1651 du 22 décembre 2020 relatif au label national « anti-gaspillage alimentaire » en application de l'article L. 541-15-6-1-1 du code de l'environnement Lire
Décret n° 2021-1905 du 30 décembre 2021 pris en application de l'ordonnance n° 2021-1325 du 13 octobre 2021 réformant l'évaluation des biotechnologies et simplifiant la procédure applicable aux utilisations confinées d'organismes génétiquement modifiés présentant un risque nul ou négligeable Lire
Décret n° 2021-1904 du 30 décembre 2021 portant diverses dispositions d'adaptation relatives à la responsabilité élargie des producteurs Lire
Décret n° 2021-1903 du 30 décembre 2021 pris pour l'application de l'ordonnance n° 2021-235 du 3 mars 2021 relative à la durabilité des bioénergies Lire
Décret n° 2021-1902 du 29 décembre 2021 relatif à la sécurité des ouvrages hydrauliques autorisés, déclarés ou concédés en application du code de l'environnement ou du code de l'énergie Lire
Arrêté du 28 décembre 2021 portant agrément d'un éco-organisme de la filière à responsabilité élargie des producteurs des contenus et contenants des produits chimiques pouvant présenter un risque significatif pour la santé et l'environnement mentionnés au 7° de l'article L. 541-10-1 du code de l'environnement Lire
À lire également
Report de l’audit énergétique réglementaire au 1er septembre 2022
Report de l’audit énergétique réglementaire au 1er septembre 2022
La loi Climat et Résilience rend obligatoire la réalisation d’un audit énergétique d'un bien immobilier considéré comme passoire énergétique et proposé à la vente. Cette obligation qui devait entrer en vigueur le 1er janvier 2022, est finalement reportée au 1er septembre 2022.
Eolien offshore : l’Ecosse attribue près de 25 GW de projets
Eolien offshore : l’Ecosse attribue près de 25 GW de projets
Le Crown Estate a alloué 17 projets éoliens en mer posés et flottants au large de l’Ecosse. Les futurs parcs représentent une puissance cumulée de près de 25 GW et devraient entrer en service à l’horizon 2030. Deux énergéticiens français, TotalEnergies et Engie, ont remporté deux zones pour la concrétisation de ce projet.
Tout savoir sur : la rénovation énergétique des lotissements
Tout savoir sur : la rénovation énergétique des lotissements
Quels sont les apports d’un programme d’intérêt général (PIG) centré sur la logique d’appel d’offres groupé pour accompagner les copropriétaires dans un projet de rénovation énergétique globale de lotissements datant des années 1970 ? Eléments de réponses avec Nathalie Civelli, directrice de l’Habitat et du foncier de la Communauté d’Agglomération du Grand Chalon, et Laurent Gouthéraud, Responsable du service Habitat.
EnerGaïa retrouve les niveaux de fréquentation pré-Covid
EnerGaïa retrouve les niveaux de fréquentation pré-Covid
Le Forum EnerGaïa, rendez-vous incontournable dans le secteur des énergies renouvelables depuis 15 ans, a accueilli les 08 et 09 décembre à Montpellier, 230 exposants et 7500 personnes. L’événement enregistre une fréquentation stable par rapport à 2019 et ce, malgré une situation sanitaire dégradée.
Fos-Sur-Mer : ArcelorMittal équipe son site de panneaux solaires
Fos-Sur-Mer : ArcelorMittal équipe son site de panneaux solaires
ArcelorMittal, acteur de l’industrie de l’acier et des mines, a fait appel au spécialiste de l’autoconsommation solaire Reservoir Sun pour installer, exploiter et maintenir le parc solaire qui couvrira deux bâtiments du site de Fos-Sur-Mer.
NaturAL, le premier lingot d’aluminium français neutre en CO2
NaturAL, le premier lingot d’aluminium français neutre en CO2
Soremo, le spécialiste français du recyclage des moteurs en fin de vie, a mis au point le premier lingot d’aluminium hexagonal totalement neutre en carbone, dénommé NaturAL. Sa production consomme 95 % d’énergie en moins que la fabrication du métal primaire.
Altawest part à la conquête du marché des combustibles solides de récupération
Altawest part à la conquête du marché des combustibles solides de récupération
A la suite de la cession de son activité d'exploitation d’incinérateurs de déchets ménagers au groupe Paprec, Altawest recentre son activité d’exploitation de sites énergétiques sur le marché des combustibles solides de récupération (CSR).
Tous les articles ÉNERGIE
En partenariat avec
Événements
RailTech Europe 2022
8 Mars 2022
Talents For The Planet
11 Mars 2022
AUTONOMY PARIS
16 Mars 2022
+ d'événements
Emploi
- Responsable de Centre de Tri Déchets H/F
- Alternance - Assistant(e) Manager H/F
- Chargé(e) d'affaires BTP en génie climatique et énergétique
- Coordinateur(trice) Régional(e) Région Centre Val de Loire F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.