Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

ÉNERGIE
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Blockchain et transition énergétique : une cohabitation impossible ?

Partager :
[Tribune] Blockchain et transition énergétique : une cohabitation impossible ?
Par David Rodrigues, consultant pour le cabinet de conseil Square, le 16 septembre 2019
DÉCOUVREZ NOTRE NEWSLETTER GRATUITE
Énergie
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, David Rodrigues, consultant pour le cabinet de conseil Square, revient sur le rôle de la blockchain dans la transition énergétique. "Perçue comme un gouffre énergétique, la technologie blockchain pourrait se révéler être une alliée pour le développement d’initiatives favorables à notre environnement", estime-t-il. 

Les nouvelles évolutions technologiques sont souvent mises en opposition au défi de la transition énergétique. Pourtant, utilisée à bon escient, l’innovation pourrait être indispensable à l’atteinte des Objectifs de développement durable en apportant de la transparence, de l’agilité et un suivi en temps réel de la consommation des différentes ressources. L’une des innovations les plus marquante et controversée de ces dernières années est la technologie blockchain.

La blockchain du bitcoin, une infaillibilité à un coût énergétique élevé

Ce registre distribué réputé infaillible, permet le stockage et le transfert d’actifs au sein d’un réseau pair à pair. Cette technologie s’est notamment fait connaître grâce au bitcoin, cryptomonnaie totalement décentralisée et volatile qui a connu un pic à près de 20.000 dollars en décembre 2017 avant de retomber progressivement autour de 3.200 dollars un an plus tard, pour une valorisation à plus de 10.000 dollars aujourd’hui.

Entendons-nous bien, l’infaillibilité de ce réseau n’a d’égal que le gouffre énergétique qu’elle représente. Le processus de validation de ses blocs de transactions s’appuyant sur un protocole dit « Proof-of-Work » : lors de chaque transaction en bitcoin, sa blockchain met au défi l’ensemble des ordinateurs du réseau en leur demandant de crypter – ou miner – chaque bloc de ladite transaction le plus rapidement possible. Et seul le plus rapide remporte le prix, une petite quantité de bitcoins créés pour l’occasion. Quant aux autres challengers, ils ont gaspillé leur énergie. Concrètement, cela signifie que, chaque transaction en bitcoins nécessite plus de 600 kWh1 pour être minée. Soit la quantité d’énergie nécessaire pour alimenter 18 foyers américains pendant une journée.

L’amalgame entre bitcoin et blockchain est souvent trop rapidement effectué. La consommation énergétique de chaque blockchain dépend de son nombre d’utilisateurs, mais également de son protocole utilisé. Des protocoles radicalement moins énergivores – mais potentiellement moins sécurisés – existent tel que le « Proof-of-Stake » par exemple. En intégrant ces paramètres, le potentiel de cette technologie pourrait être très précieux dans le domaine de la transition énergétique.

Des modèles de blockchains locales au service d’une consommation énergétique plus verte

Et si nos fournisseurs énergétiques de demain étaient nos propres voisins de quartier ? A New-York par exemple, le projet Brooklyn Microgrid a été lancé en 2012 pour permettre la gestion et le partage d’énergie au sein d’un écoquartier de 150 habitants à Brooklyn. Au départ, cette initiative hyperlocale n’était composée que de quatre maisons équipées de panneaux photovoltaïques. Mais l’appui en 2016 de la société ConsenSys, spécialisée dans le bitcoin, a permis à cette Microgrid d’intégrer une blockchain spécifique afin de certifier et de valider les flux d’énergie et monétaires entre tous les acteurs. A terme l’ambition est de disposer d’un système intelligent distribué et autonome qui se poserait en alternative face aux fournisseurs d’énergie traditionnels.

Traversons maintenant l’Atlantique. Après deux ans d’essais, la start-up française Sunchain a signé en août 2018 un contrat lui permettant de certifier via une blockchain les transactions de la nouvelle installation photovoltaïque de la mairie de Prémian (Hérault). L’objectif est d’alimenter certains bâtiments tels que la mairie, la Poste ou encore la boulangerie locale grâce à de l’énergie renouvelable. Christophe Courtois, directeur de Sunchain indiquait à La Tribune son ambition de « poursuivre le déploiement de sa solution dans des projets d’autoconsommation collective » et partageait même une volonté d’étendre son périmètre à d’autres opportunités « dans l’éco-mobilité et l’utilisation de la Blockchain pour recharger les véhicules électriques ».

Les synergies entre blockchain et microgrids sont finalement assez évidentes ; en offrant aux consommateurs une information transparente sur l’origine de l’énergie des fournisseurs potentiels, on leur offre par la même occasion le pouvoir de choisir l’énergie qu’ils souhaitent consommer. Et de manière assez naturelle ils privilégieront les énergies durables. D’après le baromètre annuel OpinionWay pour Qualit’Enr dévoilé en février 2019, 4 français sur 5 estiment que les énergies renouvelables devraient devenir la norme dans les logements. 41% des français étant équipés d’au moins un appareil utilisant les énergies renouvelables, soit 6 points de plus par rapport à 2018.

En se basant sur des projets menés en Inde sur le sujet, Yvo Hunink présentait à Forbes les contours de ce que pourrait être la Smartgrid optimale : en cas de défaillance de la source principale d’énergie, le réseau pourrait s’appuyer sur des « smart contracts» gérés par la blockchain pour s’approvisionner automatiquement de jour vers une centrale photovoltaïque et de nuit vers une centrale de biomasse. Cependant pour garantir le succès de ces initiatives, l’ensemble des acteurs devrait accepter de partager l’ensemble des informations en temps réel, ce qui ne semble pas gagné d’avance.

Vers une « tokenisation » de l’environnement ?

A une échelle plus large, la Climate Chain Coalition cherche à s’appuyer sur la blockchain pour la mise en œuvre des Objectifs de développement durable de l’accord de Paris. Elle souhaite permettre la création de registres d’émissions de quotas carbones dans les pays qui en sont dépourvus à moindre coût, afin d’unifier un marché actuellement très fragmenté. A terme, elle pourrait également devenir un tiers de confiance sur un futur marché virtuel d’achat et de revente de crédits carbones. L’un de ses fondateurs, Tom Baumann partageait d’ailleurs au groupement de Fintechs Lattice80 sa conviction sur les « smart money » basées sur la blockchain qui ouvriront la voie à une nouvelle ère financière s’appuyant sur la transparence des flux financiers. Cette « tokenisation » est d’ailleurs déjà en place au travers de cryptomonnaies incitant la transition énergétique.

Le projet ouvert et communautaire SolarCoin a été créé en 2014 et s’appuie sur sa cryptomonnaie du même nom qui est « un actif digital […] créé pour soutenir la transition d’une économie basée sur les combustibles fossiles à une économie basée sur l’énergie solaire ». Le principe est simple, chaque producteur d’énergie photovoltaïque peut recevoir un SolarCoin par MWh solaire produit. Pour cela il s’appuie sur sa propre blockchain et a développé son propre système d’échanges directs transparents et sécurisés. Afin d’atteindre un objectif de valorisation de 25 euros, les fondateurs ont décidé de programmer la rareté de celle-ci en n’en créant « que » 98 milliards. Ce qui devrait permettre de couvrir 40 ans de productions photovoltaïques. Une fois cet objectif atteint, une installation produisant entre 6 à 8 MWh par an devrait être en mesure de gagner l’équivalent de 150 à 200 euros par an. Reste que l’atteinte de cet objectif n’est pas gagnée puisque sa valorisation actuelle est retombée sous sa valeur initiale de cinq centimes d’euros après un pic en mai 2018 autour de 55 centimes.

Cependant, comme l’ont soulevé Eva Nilsson et Alice Gabouleaud dans leur mémoire sur le thème de la Banque Digitale et transition énergétique dans le cadre de leur master à l’Université Paris Dauphine, ce principe soulève une question d’ordre éthique quant à la valorisation des actifs naturels. La théorie du Prix de la Nature, est au cœur de certains projets essayant de définir la valeur intrinsèque de la nature. L’objectif étant de pouvoir comptabiliser l’ensemble des coûts liées à la construction d’un produit, y compris son impact sur la biodiversité, l’érosion du sol ou encore les impacts migratoires. Au-delà du caractère controversé de cette théorie, ce qui est sûr c’est que pour répondre à cette équation à tant d’inconnues, l’aide des innovations technologiques utilisées à bon escient ne sera pas de trop.


1 : Source « Bitcoin Energy Consumption » du site Digicomist de Juillet 2019
David Rodrigues, consultant pour le cabinet de conseil Square
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
  [Vidéo] Ça m'énerve ! La pollution lumineuse
+ de vidéos Environnement TV
Dernier numéro
Décembre 2020
Sommaire
Découvrir
Actu réglementaire
Arrêté du 22 décembre 2020 portant approbation du schéma national des Véloroutes Lire
Avis relatif à l'extension de l'accord relatif aux primes et indemnités dans la branche professionnelle des industries électriques et gazières au 1er janvier 2021 Lire
Arrêté du 19 janvier 2021 portant nomination au cabinet de la ministre de la transition écologique Lire
Arrêté du 15 janvier 2021 relatif aux mesures de protection des personnes lors de l'utilisation de produits phytopharmaceutiques dans les propriétés privées, les lieux fréquentés par le public et dans les lieux à usage collectif et modifiant l'arrêté du 4 mai 2017 relatif à la mise sur le marché et à l'utilisation des produits phytopharmaceutiques et de leurs adjuvants visés à l'article L. 253-1 du code rural et de la pêche maritime Lire
Délibération n° 2021-02 du 7 janvier 2021 portant décision sur les modalités de prise en compte de participations de tiers dans le financement de programmes d'investissements de renforcement pour l'insertion du biométhane dans les réseaux de gaz naturel Lire
Arrêté du 18 janvier 2021 relatif aux inventaires nationaux et aux projections nationales d'émissions de polluants atmosphériques Lire
Décret n° 2021-34 du 18 janvier 2021 portant renouvellement de classement du parc naturel régional Oise Pays de France (régions Hauts-de-France et Ile-de-France) Lire
Décret n° 2021-33 du 18 janvier 2021 relatif aux objectifs nationaux de réduction des émissions de certains polluants atmosphériques Lire
Arrêté du 11 janvier 2021 relatif à la prolongation des cahiers des charges des appels à projets « Systèmes énergétiques - Villes et Territoires durables », « Economie Circulaire - Ecoefficience dans l'Industrie, l'Agriculture et l'Eau » et « Bioéconomie et Protection de l'environnement » - session 2020 (Action « Démonstrateurs et territoires d'innovation de grande ambition) Lire
Arrêté du 7 janvier 2021 autorisant au titre de l'année 2021 l'ouverture de concours pour le recrutement de chargés de recherche de classe normale à l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE) Lire
Décret du 15 janvier 2021 portant classement d'un site Lire
Arrêté du 28 décembre 2020 autorisant au titre de l'année 2021 l'ouverture d'un concours professionnel pour le recrutement de secrétaires d'administration et de contrôle du développement durable de classe supérieure, spécialité contrôle des transports terrestres Lire
Décret n° 2021-28 du 14 janvier 2021 modifiant le plafond annuel du dispositif d'aide au renforcement des réseaux de distribution de gaz naturel pour le raccordement des installations de production de biométhane Lire
LOI organique n° 2021-27 du 15 janvier 2021 relative au Conseil économique, social et environnemental Lire
Arrêté du 11 janvier 2021 portant retrait du marché de compresseurs d'air Lire
Décret n° 2021-19 du 11 janvier 2021 relatif au critère de performance énergétique dans la définition du logement décent en France métropolitaine Lire
Arrêté du 21 décembre 2020 modifiant l'arrêté du 30 juillet 2020 fixant la liste et la localisation des emplois de chef de mission de l'agriculture et de l'environnement Lire
Arrêté du 8 janvier 2021 transférant l'autorisation de fourniture de gaz naturel de la société Oxochimie à la société Ineos Derivatives Lavéra (IDL) Lire
Arrêté du 8 janvier 2021 autorisant la société GreenYellow Energy Supply and Services France à exercer l'activité de fourniture de gaz naturel Lire
Arrêté du 31 décembre 2020 organisant les modalités de la contribution financière de l'Office français de la biodiversité aux établissements publics des parcs nationaux pour l'année 2021 Lire
À lire également
Plan « Hercule » d’EDF : Paris et Bruxelles vers un accord
Plan « Hercule » d’EDF : Paris et Bruxelles vers un accord
Selon les informations de Libération et des Échos, l’Élysée et la direction générale de concurrence (DGComp) de la Commission européenne seraient sur le point de se mettre d’accord concernant le plan de réorganisation d’EDF, « Hercule ».
[Tribune] L’autoconsommation ou l'électricité renouvelable en circuit court
[Tribune] L’autoconsommation ou l'électricité renouvelable en circuit court
Aymeric Bourdin, délégué général du think tank Réseau Durable et Président de l'Atelier Europe, revient sur l'émergence de l'autoconsommation collective en France et sur le rôle important des collectivités locales dans son développement.
Le député Anthony Cellier devient président du Conseil supérieur de l’énergie
Le député Anthony Cellier devient président du Conseil supérieur de l’énergie
Député LREM du Gard, Anthony Cellier prend la tête du Conseil supérieur de l’énergie. Denise Saint-Pé, sénatrice centriste des Pyrénées-Atlantiques, devient vice-présidente.
En Europe, la biomasse solide a monté en puissance en 2019
En Europe, la biomasse solide a monté en puissance en 2019
L’an dernier, la consommation d’énergie issue de biomasse solide a augmenté de 2,2% en Europe, selon le baromètre EurObserv’ER. Cela s’explique, selon les auteurs du rapport, par une hausse de la production d’électricité de certains pays.
[Tribune] Le numérique à l’origine d’une mutation majeure des activités humaines
[Tribune] Le numérique à l’origine d’une mutation majeure des activités humaines
Pour Emmanuel François, président de la Smart Buildings Alliance et du fonds de dotation MAJ, il est urgent d'adapter les modèles d'urbanisme pour répondre à la numérisation croissante des modes de vie.
Nouvel investissement d'Engie dans Connected Energy
Nouvel investissement d'Engie dans Connected Energy
Engie renforce sa participation dans la société britannique Connected Energy, via son fonds Engie New Ventures. Objectif : accélérer le développement de la startup spécialisée dans le stockage par batteries de seconde vie.
Hydrogène : Hycco allège la pile à combustible
Hydrogène : Hycco allège la pile à combustible
La jeune pousse Hycco développe des plaques bipolaires ultra-légères, durables et compactes visant à favoriser l'usage de l'hydrogène. Une innovation qui vient d'être récompensée.
Tous les articles ÉNERGIE
En partenariat avec
Événements
34eme Congrès National AMORCE
3 Février 2021
Salon SMART
10 Mars 2021
Bio360
24 Mars 2021
+ d'événements
Emploi
- Chargé d'affaires métrologie instrumentation H/F
- Conseiller Clientèle H/F
- Ouvrier / Ouvrière paysagiste
- Conseiller en Radioprotection / PCR F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.