Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Trois questions à : Camille Dohet, responsable marketing de la jeune pousse Ecojoko

Trois questions à : Camille Dohet, responsable marketing de la jeune pousse Ecojoko
Par Propos recueillis par Eva Gomez, le 14 février 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Alors que les compteurs intelligents Linky d’Enedis devraient être déployés à 100 % d’ici 2024, des start-ups s’emparent de la sensibilisation des citoyens aux économies d’énergie. C’est le cas d’Ecojoko, qui propose un outil de suivi en temps réel de la consommation. Entretien avec Camille Dohet, responsable marketing de la jeune pousse.

En quoi consiste votre solution ?

La solution Ecojoko est composée d’un boîtier installé sur un disjoncteur de n’importe quel type et d’un assistant, placé dans n’importe quelle pièce du foyer, qui communiquent par onde radio. Grâce à une intelligence artificielle basée sur un algorithme capable de reconnaître les différentes signatures électriques des appareils du foyer, le boîtier communique à l’assistant le détail de la consommation électrique en temps réel. Ces informations de consommation sont adaptées à tous, même aux enfants. Le tout est complété par une application mobile, qui propose des conseils aux utilisateurs.

Nos clients sont des particuliers, qui peuvent être remboursés jusqu’à 100 euros [ndlr : l’outil coûte 199 euros à l’achat] grâce à la prime énergie, car Ecojoko est certifié CEE. Nous nous adressons à tous les foyers français, car leur facture d’électricité est de 1.000 euros par an en moyenne.

Quelle est la différence avec le compteur intelligent Linky ?

Notre solution est tout à fait différente de Linky ! Ecojoko fournit une précision en temps réel alors qu’avec Linky, il y a au moins 30 minutes de décalage. Linky propose une facture d’énergie plus détaillée, alors qu’Ecojoko intègre l’utilisateur dans la démarche de réduction de la consommation d’énergie. Par ailleurs, Ecojoko a pour but de rendre visible et compréhensible la consommation énergétique du foyer : sur le compteur Linky, les données de consommation sont affichées en kVA, et non en euros ou en kWh. Parmi nos 1.000 à 1.500 clients actuels, beaucoup sont équipés du compteur Linky et trouvent notre solution plus concrète. En réalité, les deux sont complémentaires.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Nous aimerions atteindre 10.000 utilisateurs d’ici fin 2020 ! Nous avons lancé Ecojoko via une campagne de financement participatif et avons eu nos premiers clients dès fin 2018. Nous sommes en train de les démarcher afin d’avoir un premier retour d’expérience et d’affiner l’algorithme pour l’adapter aux besoins des clients.

En mars 2020, nous rendrons accessible la répartition des différents postes de consommation, afin que les foyers identifient les appareils qui consomment le plus, ou analysent plus en profondeur leurs habitudes de consommation. Nous souhaitons également mettre en place un bilan bi-annuel, afin que les consommateurs fassent le point sur les économies d’énergie réalisées. Enfin, nous développons des partenariats, avec Natures & Découvertes par exemple, où il sera possible de se procurer notre assistant dès mars prochain.
Camille Dohet, responsable marketing d'Ecojoko / DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
GreenYellow met le cap sur l'Europe de l'Est
GreenYellow met le cap sur l'Europe de l'Est
Un avenir radieux attend GreenYellow, spécialiste français de l'énergie solaire et de l'efficacité énergétique, qui poursuit son expansion à l'international avec la signature de nouveaux contrats en Europe de l'Est.
Hydrogène : pHYnix met la main sur le projet Vitale en Espagne
Hydrogène : pHYnix met la main sur le projet Vitale en Espagne
pHYnix, producteur indépendant d’hydrogène renouvelable, acquiert Vitale. Situé au sud de Madrid, ce projet d’électrolyse dispose d'une capacité de 10 MW.
[Tribune] Personne ne doit être laissé de côté sur la voie de la neutralité climatique !
[Tribune] Personne ne doit être laissé de côté sur la voie de la neutralité climatique !
Olivier Xu, Country Manager France chez Bulb, questionne les moyens de la transition énergétique, et les différents outils mis en place dans le plan européen « fit-for-55 ». Si ces nouveaux engagements pris par l'UE montrent une forte ambition vers une transition énergétique, cette politique n’est pas sans conséquence sur le consommateur final. 
Pour sa 10e édition, le salon Expobiogaz ouvre ses portes à Metz
Pour sa 10e édition, le salon Expobiogaz ouvre ses portes à Metz
Cette année, la dixième édition de l’événement national Expobiogaz se tiendra au parc des Expositions de Metz Métropole du mercredi 1er au jeudi 02 septembre.
Un ciel dégagé pour la 4e édition de l’Université de l’autoconsommation photovoltaïque
Un ciel dégagé pour la 4e édition de l’Université de l’autoconsommation photovoltaïque
La quatrième édition de l’Université de l’Autoconsommation Photovoltaïque a brillé auprès de son public. Plus de 500 participants ont assisté à l’événement organisé les 21 et 22 septembre derniers.
La régénération est en marche au salon Produrable
La régénération est en marche au salon Produrable
Le succès est au rendez-vous ! La 14ème édition du salon professionnel des acteurs et des solutions de l’économie durable Produrable, qui s’est tenue les 16 et 17 septembre dernier, a réuni plus de 8000 visiteurs. Cette réussite démontre l’investissement croissant des entreprises dans leur responsabilité sociétale.
Le Grand Est poursuit le développement de la filière biocarburants durables
Le Grand Est poursuit le développement de la filière biocarburants durables
Première région productrice de biocarburants en France, le Grand Est espère doubler d’ici 3 à 5 ans la part de biocarburants durables dans le mix énergétique régional pour la mobilité.
Tous les articles ÉNERGIE
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.