EMPLOI
Construction Cayola
CONTACTS
INFORMATIONS IMPORTANTES
S'ABONNER
SE CONNECTER
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
EMPLOI-FORMATION
À la une \ ÉNERGIE

Tribune | « Immobilier tertiaire, comment réussir toutes les rénovations ? »

Par Patrick Nossent, président-fondateur de Certivea et François Jallot, futur président de Certivea. Publié le 12 décembre 2023.
Tribune | « Immobilier tertiaire, comment réussir toutes les rénovations ? »
Patrick Nossent (gauche) et François Jallot (droite) / Crédits : Certivea
NEWSLETTERS
Archiver cet article
PUBLICITÉ
Nombreux sont ceux qui engagent ou prévoient des rénovations, mais qu’est-ce qu’une rénovation réussie ?, s’interrogent Patrick Nossent, président-fondateur de Certivea, entreprise spécialisée dans la certification et de la labellisation des bâtiments, et François Jallot, futur président de Certivea.


Acteurs publics ou privés de l’immobilier, tous s’accordent pour dire qu’il est essentiel et urgent de rénover car sans rénovation, impossible pour la France d’atteindre la neutralité carbone en 2050.

Beaucoup se focalisent sur la rénovation des logements, mais l’immobilier tertiaire (non résidentiel) a également un rôle-clé à jouer. L’Etat fixe les ordres de grandeur dans la planification écologique : un tiers de l’effort pour réduire les émissions de la France d’ici à 2030 incombe à l’immobilier (46MtCO2), dont 40% au tertiaire (18MtCO2).

Il faut donc rénover, malgré la conjoncture difficile, l’inflation et les taux d’intérêt. Risques accrus de vacance, d’obsolescence, de perte de valeur, voire d’actifs bruns ou échoués, les immeubles de bureaux sont particulièrement exposés du fait des nouveaux modes de travail et des nouvelles attentes des collaborateurs. Les rénovations deviennent ainsi prioritaires dans les stratégies de nombreux investisseurs immobiliers.

La priorité vaut aussi pour les 62.000 bâtiments d’enseignement, pour les établissements de santé, pour le parc de bureaux de l’Etat et des collectivités locales ainsi que pour les magasins, entrepôts et centres commerciaux. Le Gouvernement se mobilise. Il en est de même pour le nouveau Centre National du Commerce et pour la Banque des Territoires à travers EduRenov.

Pas une rénovation, mais des rénovations

Si le mouvement est général, il apparaît que les rénovations dans le tertiaire recouvrent une grande diversité d’opérations. Ce sont schématiquement quatre grands objectifs qui sont poursuivis et qui définissent donc quatre types de rénovation :

-  Les réaménagements intérieurs qui visent à améliorer la qualité de vie des utilisateurs du bâtiment, ainsi que leur efficacité dans le cas des entreprises ;
-  Les rénovations énergétiques qui visent à réduire les consommations et les factures d’énergie pendant l’exploitation du bâtiment ;
-  Les rénovations bas carbone qui visent à réduire les émissions de carbone de la construction et de l’exploitation du bâtiment ;
-  Les rénovations globales (ou réhabilitations, restructurations) qui visent à rendre le bâtiment plus performant dans toutes les dimensions du développement durable : qualité de vie, préservation de l’environnement et performance économique.
Ce dernier type de rénovation inclut les rénovations avec extension du bâtiment, celles avec changement d’usage et celles qui visent l’alignement avec la Taxinomie verte de l’Union Européenne.

        
Qu’est ce qui fait qu’une rénovation est performante dans le tertiaire ?

Devant l’urgence de la transition écologique et les moyens à y consacrer, il est temps de promouvoir des rénovations efficaces, c’est-à-dire globales, performantes et dont les résultats sont attestés par un tiers de confiance.

Il n’existe pas un critère unique qui vaudrait pour toutes les rénovations. Pour être performante, une rénovation doit satisfaire un ensemble d’exigences avec une approche globale du bâtiment, de la santé et du confort des utilisateurs, été comme hiver.
Economie d’énergie, bas carbone, économie circulaire, biodiversité, adaptation au changement climatique, qualité de vie au travail sont autant de thèmes qui contribuent à répondre aux défis que nous devons relever. L’adaptation au changement climatique par exemple longtemps négligée est nécessaire face à des événements qui sont maintenant bien visibles : inondations, canicules et autres catastrophes climatiques.

Certaines rénovations sont plus performantes que d’autres. Ces différences doivent pouvoir être mesurées et valorisées. Arrêtons d’évaluer et de financer la performance des rénovations sur des engagements de moyens ou de travaux et passons à la mesure de leurs résultats et de leurs performances. Il faut, pour cela, une échelle de notation compatible avec les trajectoires nécessaires pour répondre au Décret Eco Energie Tertiaire ou à la taxinomie européenne.

Enfin, la performance doit être crédible pour tous les acteurs susceptibles de financer, d’acquérir, de louer ou d’utiliser le bâtiment rénové. C’est à tout cela que servent les certifications et labels qui sont délivrés par un organisme tiers indépendant après audits, vérifications et contrôles. Leur obtention est la meilleure preuve que le bâtiment rénové est performant.
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et X.
À lire également
3 janvier 2024
Le projet de thalassothermie à Port-de-Bouc signé avec Engie Solutions ​Plus de 4 000 équivalents-logements seront alimentés en chaleur et en eau chaude sanitaire par le réseau de chaleur et le réseau de froid.
Le projet de thalassothermie à Port-de-Bouc signé avec Engie Solutions
22 mars 2024
Piles à combustible : Inocel valide un financement de 64 millions d'euros Le spécialiste des piles à combustible forte puissance a validé un financement structurant de 64 millions d’euros, composé de capitaux propres, de dettes et de subventions. Les actionnaires historiques ont participé à l’opération de levée de fond.
Piles à combustible : Inocel valide un financement de 64 millions d'euros
Contenu de marque
3 Questions au groupe Apave Depuis sa création, le groupe Apave accompagne ses clients dans les transitions technologique, numérique, écologique et énergétique. Trois questions à Mathieu Marque, directeur des Opérations pour Apave.
3 Questions au groupe Apave
Tous les articles ÉNERGIE
L'agrivoltaïsme à l'épreuve du terrain
VIDÉO
L'agrivoltaïsme à l'épreuve du terrain
Toutes les vidéos
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- Ingénieur Sûreté Nucléaire Défense F/H
- Ingénieur QHSE F/H
- Ingénieur Système d’Information H/F
+ d'offres
Information importante ▶
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola