Accès abonnés Voir nos offres
Menu

POLITIQUES
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
EMPLOI

Accord de Paris : les engagements des Etats sont encore loin des objectifs fixés

Partager :
Accord de Paris : les engagements des Etats sont encore loin des objectifs fixés
Par E.G, le 31 octobre 2017
Découvrez notre newsletter gratuite Politiques
Ce mardi 31 octobre, l’ONU Environnement a présenté son rapport annuel sur les émissions mondiales de gaz à effet de serre à Genève. L’organisation révèle que les contributions nationales annoncées par les 196 parties prenantes de l’Accord de Paris, ne permettront d’éviter que le tiers des émissions nécessaires à un maintien de la température globale à +2°C.

Les engagements pris dans le cadre de l’Accord de Paris ne sont pas à la hauteur des objectifs fixés lors de la COP21. C’est l’alerte lancée ce mardi 31 octobre par l’ONU Environnement, à quelques jours du début de la COP23. L’ONU a en effet présenté son huitième « Emission Gap Report » à Genève. Son verdict : les contributions nationales annoncées dans le cadre de l’accord de Paris lors de la COP21 ne permettent d’éviter qu’un tiers des réductions d’émissions de gaz à effet de serre nécessaires au maintien de la hausse de température globale en-dessous de +2°C. Un rapport qui souligne donc l’écart (Gap) entre les objectifs fixés et les mesures promises par les 196 Etats signataires. « En l’état actuel, même la mise en œuvre intégrale des contributions nationales inconditionnelles et conditionnelles, déboucherait sur une augmentation de la température d’au moins 3°C d’ici à 2100, ce qui signifie que les gouvernements devront fournir des promesses beaucoup plus fortes lorsqu’elles seront révisés en 2020 », indique l’ONU Environnement dans son rapport. D’autant qu’avec le retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris dès 2020, « le tableau pourrait devenir encore plus sombre », s’alarme l’organisation.

Selon ce rapport, les promesses actuelles de l’Accord de Paris engendreront un surplus de 11 à 13,5 gigatonnes de CO2 équivalent (GtCO2e) dans la trajectoire de stabilisation de la température globale à +2°C. Dans l’objectif d’un maintien de la température à +1,5°C, les émissions globales dépasseraient les quantités nécessaires de 16 à 19 GtCO2e. L’ONU Environnement souligne qu’«  un gigatonne équivaut à peu près à une année d’émissions de transport dans l’Union Européenne, aviation comprise ». Le ministre de l’environnement et de l’énergie du Costa Rica et président de l’Assemblée des Nations unies pour l’environnement 2017, Edgar E. Gutiérrez-Espeleta, estime que « l’accord de Paris a stimulé l’action climatique, mais il est clairement défaillant. Nous sommes confrontés à un choix difficile : relever notre ambition ou en subir les conséquences ».

Les émissions de CO2 stagnent, le méthane augmente 

Toutefois, le rapport de l’ONU indique que les émissions de CO2 sont restées stables depuis 2014, « en partie grâce aux énergies renouvelables, notamment en Chine et en Inde ». Compte tenu de ce constat, l’ONU Environnement a « l’espoir que les émissions ont atteint un sommet, car elles doivent d’ici à 2020, rester sur une trajectoire climatique réussie », sauf dans le cas d’une « poussée économique » mondiale, qui ferait repartir rapidement ces émissions à la hausse. Mais les autres gaz à effet de serre, et en particulier le méthane, continuent d’augmenter, observe le rapport. Des émissions en grande partie dues à l’élevage et à la production, transport et utilisation d’énergies fossiles. Par ailleurs, l’ONU rappelle que l’amendement de Kigali au protocole de Montréal a pour but d’éliminer la production et l’utilisation d’hydrofluorocarbones, « des produits chimiques principalement utilisés dans la climatisation, la réfrigération et l’isolation en mousse ». Cependant, « s’il est mis en œuvre avec succès, il intervient trop tard pour influer sur l’écart de 2030 », estime le rapport, « mais peut contribuer de manière significative à atteindre les objectifs de température à plus long terme ».

Eviter jusqu’à 36 GtCO2e par an 

Pour éviter de dépasser les objectifs de Paris, le rapport de l’ONU Environnement exhorte les gouvernements, le secteur privé, ou encore les villes et organisations non gouvernementales, à engager des actions à échelle locale, en particulier concernant six secteurs : l’agriculture, les bâtiments, l’énergie, la foresterie, l’industrie et les transports.

Des solutions « à un coût d’investissement inférieur à 100 dollars par tonne de CO2 évité », sont présentées dans le rapport et « pourraient permettre d’économiser jusqu’à 36 GtCO2e par an d’ici 2030 » : par exemple, en agriculture, l’abandon des pratiques de feux de tourbe, une nouvelle gestion des élevages, de nouveaux modèles alimentaires ainsi qu’une réduction du gaspillage alimentaire pourraient, combinés, éviter l’émission de 3,7 GtCO2e par an. Dans le secteur de l’énergie, le développement de l’éolien et du solaire pourraient à eux deux éviter chaque année l’émission d’entre 5,6 et 10,1 GtCO2e, dans un contexte global d’essor des énergies renouvelables et de réduction drastique de la production d’énergies fossiles. Concernant les transports, les biocarburants, les véhicules électriques ou encore les réductions d’émissions dans l’aviation, pourraient éviter l’émission de 4,7 GtCO2e. De même, le reboisement et la réduction de la déforestation éviterait l’émission de 5,3 GtCO2e par an.

« Les actions engagées par des organismes non étatiques et infranationaux (tels que les villes et le secteur privé) pourraient réduire l’écart d’émissions de 2030 de quelques GtCO2e, même en tenant compte du chevauchement avec les contributions déterminées au niveau national. Les 100 plus importantes sociétés cotées en bourse, par exemple, représentent environ un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre, ce qui démontre une énorme marge d’ambition », remarque l’ONU, pour finir sur une note plus optimiste.
Retrouvez toute l'information politiques dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
S'identifier
S'inscrire
[ PARTENARIAT ] Intégrer durablement les eaux de pluie dans l'aménagement du territoire
Voilà ce que DOUAISIS AGGLO met en œuvre depuis plus de 25 ans. Riche de cette expérience, le territoire tire aujourd’hui de multiples bénéfices de cette politique volontariste et efficace. Il est donc logique que Douai accueille, les 5 et 6 juin prochains, les Assises nationales de la gestion durable des eaux pluviales.
Le grand format
Eau de Paris fête ses dix ans
Eau de Paris fête ses dix ans
En partenariat avec
À lire également
Moby, le premier programme d’écomobilité scolaire bientôt lancé
Moby, le premier programme d’écomobilité scolaire bientôt lancé
À l’occasion de la semaine nationale de la marche et du vélo (du 13 au 17 mai 2019), le ministère de la transition écologique et solidaire, l’Agence de l’environnement et de maîtrise de l’énergie, et Eco CO2, signent une convention pour le lancement du programme Moby à l’école.
Vendredi 10 mai, l’Union européenne aura épuisé ses ressources naturelles
Vendredi 10 mai, l’Union européenne aura épuisé ses ressources naturelles
Le vendredi 10 mai 2019, l’Union européenne aura épuisé ses ressources naturelles pour l’année.
L'Etat et le BRGM signent un nouveau contrat d'objectifs et de performance
Lundi 1er avril, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) ainsi que les ministères de l'enseignement supérieur, de la transition écologique et de l'économie et des finances, ont signé le nouveau contrat d'objectifs et de performance Etat-BRGM pour la période 2018-2022.
Michel Eddi est nommé président de l'Iddri
Michel Eddi est nommé président de l'Iddri
Le 19 avril dernier, l'Institut du développement durable et des relations internationales a nommé Michel Eddi président.
Mobilité hydrogène : 11 projets retenus dans toute la France
Mobilité hydrogène : 11 projets retenus dans toute la France
Le ministère de la Transition écologique et solidaire et l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) ont sélectionné 11 projets de mobilité hydrogène pouvant bénéficier d'un soutien financier public.
Pour les grandes entreprises, la France peut atteindre son objectif de neutralité carbone en 2050
Pour les grandes entreprises, la France peut atteindre son objectif de neutralité carbone en 2050
Ce lundi 20 mai, l'association française des Entreprises pour l'environnement (EpE) a présenté les résultats d'une étude sur la possibilité d'une France à zéro émission nette à l'horizon 2050.
WWF France et la région Centre-Val de Loire en partenariat pour une COP régionale
WWF France et la région Centre-Val de Loire en partenariat pour une COP régionale
Le WWF France et la région Centre-Val de Loire ont signé un partenariat pour l'accélération de la transition écologique sur le territoire.
Tous les articles POLITIQUES
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Astee
4 Juin 2019
Astee
13èmes Etats Généraux de la méthanisation
4 Juin 2019
13èmes Etats Généraux de la méthanisation
Cycl'eau Vichy
5 Juin 2019
Cycl'eau Vichy
+ D'ÉVÉNEMENTS
Emploi
- TECHNICIEN(NE) MAINTENANCE GAZ (H/F) Saint-Brice-sous-Forêt
- Apprenti(e) Technicien(ne) Traitement des Eaux H/F
- Jardinier / Jardinière d'espaces verts
- Evaluateur Qualiticien - Formateur F/H
+ D’OFFRES
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.