Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Agriculture : la PAC en voie de démantèlement

Agriculture : la PAC en voie de démantèlement
Par Laurence Madoui, le 9 mai 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le récent rapport de l’IPBES, qui pointe l’agriculture intensive comme facteur majeur de régression de la biodiversité, atteindra-t-il les décideurs des politiques agricoles ? Il est permis d’en douter, au vu des propositions avancées par la Commission sortante sur la future PAC.

Conséquence du départ du Royaume-Uni, contributeur net à la politique agricole commune : sa mise au régime sec. Sachant que les domaines prioritaires (migration, sécurité, défense) bénéficieront de moyens accrus sous la prochaine mandature, ceux alloués à la PAC seront sérieusement rabotés.

La Commission évalue à 5 % le recul du budget affecté à cette politique historique, que la Cour des comptes européenne chiffre, en euros constants, à 15,3 %. Toujours en intégrant l’inflation, le premier pilier de la PAC (soutien au revenu, principalement en fonction des surfaces cultivées) s’appauvrira de 11,3 % et le second (appui au développement rural, incluant le volet environnemental) de 27,6 %. Ce dernier, déjà rogné en 2013, représentera alors en France 17 % des fonds perçus de l’Europe.

Pas de budget, pas de PAC

Ces perspectives, tracées pour 2021-2027, seront décalées car la proposition de budget, avancée par la Commission en mai 2018, n’a pas été adoptée en amont du scrutin du 26 mai. Il est envisagé de porter de 1 à 1,11 % du revenu national brut la contribution de chacun des 27 Etat-membres. « Il n’y aura pas d’accord entre la Commission, le Parlement et le Conseil avant l’été 2020 et la PAC ne se décidera pas sans budget communautaire, pose Jean-Christophe Bureau, professeur-chercheur à l’INRA1. Pour la première fois, se prolongeront les règles antérieures qui, par exemple, excluent le respect de la directive cadre sur l’eau des conditions d’aide ». Le nouveau régime ne s’appliquera pas avant janvier 2022, selon la Plateforme pour une autre PAC2.

Le cadre actuel profite aux exploitations les plus grandes, les plus rentables et les plus utilisatrices d’intrants chimiques, notait la Cour des comptes française dans un référé de janvier 2019. La France a pourtant « choisi de diviser par deux en cinq ans le soutien aux mesures agro-environnementales (2nd pilier) », rappelle l’expert de l’INRA. Et aussi de supprimer l’aide au maintien en agriculture biologique en 2017.

Vers la renationalisation

La Commission renforce la subsidiarité : au nom de la « simplification », elle approuvera, suivra et évaluera des « plans stratégiques nationaux ». L’eurodéputé sortant, Pascal Durand (élu EELV et candidat pour LREM,) y voit « la menace d’une renationalisation des aides ». Le ministère français de l’Agriculture aurait déjà rédigé ce plan, en lien avec la FNSEA, selon des ONG.

Les paiements verts (1er pilier), finançant des « surfaces d’intérêt écologique », passent à la trappe. « Les syndicats agricoles se voient en producteurs, pas en jardiniers de la nature », commente Jean-Christophe Bureau. Une « aide complémentaire au revenu en faveur de programmes pour le climat et l’environnement » est bien envisagée. « Mais cet "ecoscheme" est optionnel dans le 1er pilier, tempère l’ingénieure et économiste Aurélie Trouvé3. Le contribuable continuera à financer une agriculture qui détruit des emplois – l’Europe a perdu 4.000 exploitations en dix ans, selon Eurostat – et la biodiversité ».



1 : auteur de propositions pour une nouvelle PAC
2. : qui associe ONG et organisations agricoles
3. auteure d’une analyse sur la PAC après 2020.
Pixabay / DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
RE2020 : les constructeurs saluent les nouveaux ajustements
RE2020 : les constructeurs saluent les nouveaux ajustements
La filière de la construction se félicite des délais et ajustements annoncés, jeudi 18 février, par le gouvernement dans le cadre de la RE2020.
[Tribune] Industrie et économie circulaire, c’est possible !
[Tribune] Industrie et économie circulaire, c’est possible !
Lionel Limousy, directeur de l’Institut Carnot MICA, évoque les problématiques soulevées par la crise sanitaire et présente l'économie circulaire comme un modèle d’avenir capable de répondre à ces enjeux sociétaux.
Conseil national de l’hydrogène : la France « en tête des pays les plus avancés »
Conseil national de l’hydrogène : la France « en tête des pays les plus avancés »
Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l'Industrie, ont réalisé un premier bilan de la mise en œuvre de la stratégie nationale pour le développement de l'hydrogène décarboné à l’occasion du Conseil national de l'hydrogène, tenu jeudi 25 février à Albi (Occitanie). 
[Tribune] Loi climat et résilience : honorons la promesse née de la convention citoyenne
[Tribune] Loi climat et résilience : honorons la promesse née de la convention citoyenne
Un collectif d'acteurs de l'économie sociale et solidaire (ESS) revient sur l’intégration de ce modèle pour mettre en œuvre une transition écologique et solidaire qui concilie à la fois « la résilience économique, la justice sociale et l’exigence écologique ».
Karine Vernier nommée directrice générale d’EIT InnoEnergy France
Karine Vernier nommée directrice générale d’EIT InnoEnergy France
EIT InnoEnergy nomme Karine Vernier au poste de directrice générale d’EIT InnoEnergy France pour accélérer la relance économique verte.
Luxembourg, premier pays à adopter des principes d'économie circulaire
Luxembourg, premier pays à adopter des principes d'économie circulaire
Le Luxembourg a l'ambition de devenir leader international en matière de développement durable en intégrant sept principes de l'économie circulaire dans sa stratégie nationale.
[Publi-dossier] Pour Philip Morris International il n’y a pas de durabilité sans responsabilité et résultats
[Publi-dossier] Pour Philip Morris International il n’y a pas de durabilité sans responsabilité et résultats
[Publi-dossier] Au-delà de se transformer pour arrêter de vendre des cigarettes, le groupe PMI agit dans une perspective durable. Il figure sur la liste du CDP triple A pour son action en faveur du climat, de la gestion de l’eau et des forêts.
Tous les articles POLITIQUES
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.