Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Une proposition de loi sénatoriale sur la pollution digitale

Une proposition de loi sénatoriale sur la pollution digitale
Par E.G, le 15 octobre 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Ce mercredi 14 octobre, la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat, a proposé une loi pour « empêcher la croissance exponentielle de la pollution digitale ».

La Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat a proposé ce mercredi 14 octobre, une loi sénatoriale pour freiner la croissance de la pollution digitale. « Quinze millions de tonnes équivalent carbone : c’est le volume de gaz à effet de serre émis par le numérique français en 2019, soit 2 % de l’ensemble des émissions nationales », rappelle la Commission sénatoriale dans un communiqué. Une croissance qui pourrait atteindre +60% d’ici 2040 dans l’état actuel des choses.

Prise de conscience des utilisateurs et lutte contre l’obsolescence programmée

Cette proposition de loi, déposée par Patrick Chaize, Guillaume Chevrollier et Jean-Michel Houllegatte, traduit les propositions législatives de leur feuille de route pour une transition numérique écologique, publiée le 24 juin dernier. La proposition de loi s’articule autour de quatre axes prioritaires pour une vingtaine de propositions. Premier axe soulevé : l’éducation à la sobriété numérique dès le plus jeune âge semble primordiale pour les sénateurs. Il s’agit ainsi de « faire prendre conscience aux utilisateurs de l’impact environnemental du numérique », explique la Commission. Les sénateurs proposent également de créer un « observatoire de recherche des impacts environnementaux du numérique », qui serait placé auprès de l’Agence de la transition écologique (Ademe), ou encore d’inscrire l’impact environnemental numérique dans le bilan RSE des entreprises.

Par ailleurs, ce projet de loi préconise de contraindre les fabricants à « prouver que la réduction de la durée de vie du terminal n’est pas imputable à une stratégie commerciale ». Il est proposé de sanctionner l’obsolescence logicielle ou encore d’allonger la durée de la garantie légale de conformité des produits numériques de deux à cinq ans.

Stop aux données en illimité et encadrement du déploiement de la 5G

« La proposition de loi entend également promouvoir des usages numériques écologiquement vertueux, en limitant certaines pratiques énergivores, par exemple l’interdiction du lancement automatique des vidéos sur les sites et applications », explique la Commission sénatoriale. D’autres exemples sont énumérés : rendre obligatoire l’écoconception des sites publics et des sites des plus grandes entreprises, ou encore empêcher le développement de forfaits mobiles avec un accès aux données illimité, « en contraignant les opérateurs à une tarification au moins pour partie proportionnelle au volume de données fixé par le forfait, alors que la 5G pourrait s’accompagner d’une explosion du trafic de données, pourtant beaucoup plus énergivore que la connexion en Wifi ».

Enfin, cette proposition de loi compte faire émerger une régulation environnementale « pour prévenir l’augmentation des consommations et émissions des réseaux et des centres de données, en exigeant des opérateurs qu’ils souscrivent à des engagements juridiquement contraignants auprès de l’Arcep, dotée d’un pouvoir de sanction », est-il précisé.
Pixabay / DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Plateforme mobile de bioremédiation et enrichissement des sols
Plateforme mobile de bioremédiation et enrichissement des sols
DND Biotech est spécialisée dans les technologies biosourcées pour la remédiation des sols pollués et le rétablissement de la fertilité des sols agricoles. RoboNova 2.0 représente l’évolution du projet RoboNova, qu’elle mène depuis plusieurs années.
[Vidéo] Mobula 8 : Le bateau dépollueur
[Vidéo] Mobula 8 : Le bateau dépollueur
Bouteilles, microplastiques ou encore les hydrocarbures... rien ne résiste à la Mobula 8. Conçu par SeaCleaner en collaboration avec Efinor SeaCleaner, ce bateau a été créé pour dépolluer les eaux présentes dans les zones étroites et difficiles d’accès.
[Tribune] Les sombres secrets de l’industrie de l’habillement
[Tribune] Les sombres secrets de l’industrie de l’habillement
Le mois de la mode vient de se clôturer. Tous les regards se sont tournés début septembre vers le Met Gala de New York, la plus grande soirée du secteur de la mode chaque année. Mais si on regarde au-delà des projecteurs et des défilés de mode, on découvre une scène nettement moins glamour. Alejandra Pollak, membre du conseil d’administration du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) dévoile la face cachée de cette industrie. 
Le « coût social » des nuisances sonores s'élève à plus de 155 milliards d’euros
Le « coût social » des nuisances sonores s'élève à plus de 155 milliards d’euros
L’Agence de la transition écologique (Ademe) et le Conseil national du bruit (CNB) ont évalué dans un nouveau rapport les conséquences de l’exposition au bruit. Les nuisances sonores auraient un « coût social » estimé à plus de 155 milliards d’euros par an en France.
Geod'air, la plateforme de prévision de la qualité de l'air s'ouvre au public
Geod'air, la plateforme de prévision de la qualité de l'air s'ouvre au public
La base de données de référence de la qualité de l’air « Geod’air » est désormais accessible au public. Les statistiques de mesure sont disponibles en temps quasi-réel via une carte interactive.
L'ONG WWF révèle le véritable coût « caché » du plastique
L'ONG WWF révèle le véritable coût « caché » du plastique
Le coût économique et social du plastique serait 10 fois plus élevé que son coût de production. Sa gestion en 2019 aura coûté à la société près de 3.700 milliards de dollars, soit l’équivalent du PIB de l’Inde.
[Avis d'expert] Qualité d’air intérieur : concilier efficacité énergétique et santé des occupants
[Avis d'expert] Qualité d’air intérieur : concilier efficacité énergétique et santé des occupants
Cette rentrée, le ministère de l’Éducation nationale impose un protocole sanitaire dans les établissements scolaires avec notamment l’aération et la ventilation des locaux. Clément Metzger, directeur Energie à Advizeo by Setec, nous livre son expertise sur la mesure de la qualité de l'air intérieur à l’aide de capteurs.
Tous les articles POLLUTIONS
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.