POLLUTIONS
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Les sombres secrets de l’industrie de l’habillement

[Tribune] Les sombres secrets de l’industrie de l’habillement
Alejandra Pollak, membre du conseil d’administration d’IFAW et Directrice des opérations au New Standard Institute.
Par Alejandra Pollak, le 11 octobre 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le mois de la mode vient de se clôturer. Tous les regards se sont tournés début septembre vers le Met Gala de New York, la plus grande soirée du secteur de la mode chaque année. Mais si on regarde au-delà des projecteurs et des défilés de mode, on découvre une scène nettement moins glamour. Alejandra Pollak, membre du conseil d’administration du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) dévoile la face cachée de cette industrie. 

L’ensemble du monde de la mode, y compris les médias, les influenceurs et les designers, s’est rendu à New York pour lancer des tendances et, bien sûr, pour voir et être vu. Mais si on regarde au-delà des projecteurs et des défilés de mode, on découvre une scène nettement moins glamour. Une scène dans laquelle New York se reconstruit, se relève et fait face aux vies perdues à cause des inondations record déclenchées par l’ouragan Ida dans la région. Le Met Gala et la reconstruction après la tempête sont des événements très différents, mais ne vous y trompez pas : ils sont indéniablement liés.

Nous sommes tous témoins de plein fouet des ravages du changement climatique. Des saisons d’incendies plus chaudes et plus longues, une sécheresse extrême et des inondations sans précédent ont coûté d’innombrables vies et déplacé des milliers, voire des millions de personnes. IFAW et la communauté de la conservation dans son ensemble ne savent que trop bien que les animaux et la faune sauvage sont confrontés aux mêmes menaces liées au climat et qu’ils continuent de subir une mortalité, une perte d’habitat et une destruction généralisées qui menacent la persistance des espèces. Si tout cela vous indigne et vous terrifie, vous devez vous soucier des vêtements que vous portez et de l’industrie qui les fabrique.

La véritable industrie de l’habillement est loin du glamour dépeint dans les reportages sur les défilés de Paris, Londres, New York et Milan. Elle opère dans l’ombre, loin des yeux du consommateur occidental typique, et n’est presque jamais réglementée. Malgré ses efforts continus pour rester cachée, cette industrie a été révélée comme l’une des plus dommageables au monde pour l’environnement. De nombreuses études estiment que l’industrie de l’habillement est responsable de 4,0 à 8,1 % des émissions mondiales de carbone. Même selon des estimations prudentes, l’industrie de l’habillement est responsable de plus d’émissions de gaz à effet de serre que la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni réunis.

75 % de son empreinte carbone se retrouve dans la phase de production du tissu, principalement dominée par la Chine, un pays dont le réseau énergétique est fortement dépendant des combustibles fossiles. De plus, le polyester, la principale fibre dans nos vêtements, est dérivé du pétrole, un combustible fossile. Avec une production de près de 150 milliards de vêtements par an, il est facile de voir comment l’industrie de l’habillement est devenue un acteur majeur du changement climatique.

Pollution des eaux et microfibres

Les chiffres mesurant la pollution réelle de l’eau dans le monde par l’industrie de l’habillement sont rares. Pourtant, même en l’absence de données précises sur l’industrie, tout le monde s’accorde à dire que les engrais, les produits chimiques, les teintures et l’intensité extrême de l’utilisation de l’eau dans le traitement des textiles ont entraîné la pollution des rivières, de l’eau douce et des écosystèmes marins dans le monde entier. Ne cherchez pas plus loin que le Bangladesh, le deuxième plus grand pays exportateur de vêtements au monde. Dhaka, épicentre de l’industrie du vêtement, est située dans un réseau de rivières qui sont régulièrement teintées de la « couleur de la saison » par les eaux usées des usines. Trois de ces rivières ont été déclarées biologiquement mortes.

La pollution de l’eau peut être visible à l’œil nu, mais une crise invisible a un impact sur la vie et les écosystèmes marins : les microplastiques. Lorsque nous pensons à la pollution plastique, nous pensons aux pailles, aux sacs et aux bouteilles en plastique, mais la plupart du plastique que l’on trouve dans nos océans est constitué de minuscules fibres synthétiques invisibles à l’œil nu. Pas moins de 209.000 tonnes de microfibres synthétiques rejoignent l’environnement marin en une seule année, et une étude récente prévient qu’il y aura plus de plastique que de poissons dans nos océans d’ici 2050. Les microfibres qui se détachent de nos vêtements sont suffisamment petites pour passer au travers des filtres des machines à laver et des stations d’épuration des eaux usées. Elles rejoignent nos rivières, nos lacs et nos océans, où les poissons les ingèrent à tous les niveaux de la chaîne alimentaire. En effet, nous mangeons littéralement nos vêtements.

D’autres études sont nécessaires pour déterminer les effets exacts à long terme de l’ingestion de microfibres sur la santé des animaux marins (et sur nous). Les premières études indiquent toutefois qu’elles entraînent des complications digestives qui se traduisent par une croissance limitée et des problèmes de reproduction. 

C’est loin de l’objectif de la caméra que les vêtements meurent. La plupart de nos vêtements inutilisés finissent dans les décharges comme déchets textiles qui ne se décomposeront jamais. Le sort réservé aux vêtements donnés qui entrent sur le marché de l’occasion est plus complexe. Une étude menée par The OR Foundation révèle que seuls 10 à 20 % des vêtements collectés sont vendus dans les pays du Nord. L’excédent est expédié en balles et vendu sur les marchés des pays du Sud. Notre consommation accrue et l’élimination de vêtements de faible qualité ont submergé ces marchés et ont décimé les industries locales de l’habillement et de la fabrication. Sur le marché de Kantamanto au Ghana, 40 % des vêtements importés finissent dans des décharges, ce qui provoque une crise environnementale et de gestion des déchets.

Quelles alternatives durables ?

Nous savons désormais que nos vêtements sont nocifs pour la planète, ses habitants et ses animaux. Quelles sont les solutions ? Commençons par identifier ce qui n’est pas la solution : acheter auprès de marques qui se présentent comme durables. Ce n’est souvent rien d’autre que du marketing. Un système permettant de créer une demande pour de nouveaux produits durables sans modifier les modèles commerciaux fondamentaux. Flash info : votre t-shirt en polyester recyclé, même si vous vous sentez bien en l’achetant, ne sauve pas la planète. 

C’est une caractéristique de notre système économique capitaliste que de nous qualifier de « consommateurs » avant de nous qualifier de citoyens. La première question que me posent les consommateurs « conscients » nouvellement sensibilisés est la suivante : « Quelles sont les marques durables que je devrais envisager d’acheter ? ». En d’autres termes, « comment puis-je consommer plus durablement ? » plutôt que « comment puis-je consommer moins ? » et « que puis-je faire pour que mes marques préférées soient tenues responsables de leurs impacts ? ». L’idée que nous pouvons consommer « consciemment » pour atteindre un avenir plus durable et que le marché répondra comme par magie à notre consumérisme individuel en adoptant une conduite
commerciale plus responsable est un mythe.

Pour assurer la persistance de toutes les espèces animales, y compris des humains, nous devons renoncer à un état d’esprit individualiste et lancer un appel collectif à un changement dans l’industrie de l’habillement. En effet, l’ensemble de notre système économique mondial doit évoluer vers un modèle dans lequel les personnes, les animaux et la planète qu’ils habitent vivent ensemble. Faire plus d’achats, même si les marques prétendent être durables, ne nous permettra pas d’y arriver. La solution réside dans l’action collective et citoyenne.
Rejoignez-nous sur LinkedIn, Facebook et Twitter
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Comment l'aéroport de Paris-Orly gère la biodiversité ?
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Juillet 2022
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
Actu réglementaire
Arrêté du 15 juillet 2022 portant homologation de la décision n° 2022-DC-0729 de l'Autorité de sûreté nucléaire du 15 juillet 2022 fixant, de manière temporaire, de nouvelles limites de rejets thermiques applicables aux réacteurs de la centrale nucléaire du Bugey (INB n° 78 et n° 89) Lire
Arrêté du 15 juillet 2022 portant délégation de signature (cabinet du ministre délégué auprès du ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, chargé de la ville et du logement) Lire
Arrêté du 13 juillet 2022 portant modification de l'arrêté du 5 juillet 2022 portant retrait du marché et rappel de bouteilles de plongée Lire
Arrêté du 13 juillet 2022 portant délégation de signature (cabinet de la secrétaire d'État auprès du ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, chargée de l'écologie) Lire
Décision du 13 juillet 2022 portant délégation de signature (direction générale de l'alimentation) Lire
Décret n° 2022-996 du 8 juillet 2022 modifiant les statuts de l'établissement public d'aménagement de Paris-Saclay Lire
Décret n° 2022-993 du 7 juillet 2022 déclarant d'utilité publique le centre de stockage en couche géologique profonde de déchets radioactifs de haute activité et de moyenne activité à vie longue Cigéo et portant mise en compatibilité du schéma de cohérence territoriale du Pays Barrois (Meuse), du plan local d'urbanisme intercommunal de la Haute-Saulx (Meuse) et du plan local d'urbanisme de Gondrecourt-le-Château (Meuse) Lire
Décret n° 2022-992 du 7 juillet 2022 inscrivant le centre de stockage en couche géologique profonde de déchets radioactifs de haute activité et de moyenne activité à vie longue (Cigéo) parmi les opérations d'intérêt national mentionnées à l'article R. 102-3 du code de l'urbanisme Lire
Décret n° 2022-978 du 2 juillet 2022 relatif aux contrôles de l'alcoolémie et de l'usage de stupéfiants dans le domaine de l'aviation civile Lire
Décret n° 2022-977 du 1er juillet 2022 relatif aux missions du BRGM Lire
Décret n° 2022-976 du 1er juillet 2022 modifiant le décret n° 97-444 du 5 mai 1997 relatif aux missions de SNCF Réseau et portant diverses dispositions d'adaptation du droit ferroviaire Lire
Décret n° 2022-975 du 1er juillet 2022 relatif à l'extension aux éléments de décoration textiles de la filière à responsabilité élargie du producteur des éléments d'ameublement et modifiant diverses dispositions relatives aux déchets Lire
Arrêté du 22 juin 2022 accordant un permis exclusif de recherches de gîtes géothermiques, dit « Permis des Sources » (Bas-Rhin), à la société Lithium de France SAS Lire
Décret n° 2022-945 du 28 juin 2022 fixant les modalités d'application de l'expérimentation relative à l'institution du médiateur de l'hydroélectricité et portant application de l'article L. 511-14 du code de l'énergie Lire
Arrêté du 23 juin 2022 portant création d'une zone interdite temporaire dans la région de Versailles (Yvelines), identifiée Versailles Sommet économique, dans la région d'information de vol de Paris Lire
Arrêté du 22 juin 2022 modifiant l'arrêté du 26 décembre 2016 fixant la liste des sites ou services de la direction générale de l'aviation civile en application de l'arrêté du 26 décembre 2016 Lire
Arrêté du 17 juin 2022 portant nomination au conseil d'administration de Voies navigables de France Lire
Arrêté du 17 juin 2022 autorisant l'ouverture de concours pour le recrutement de professeurs de l'enseignement supérieur agricole (grade de deuxième classe) au titre de l'année 2022 Lire
Arrêté du 9 juin 2022 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture d'un recrutement par voie de PACTE pour l'accès au corps des agents d'exploitation des travaux publics de l'Etat au ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires Lire
Arrêté du 9 juin 2022 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture et fixant le nombre de postes offerts pour le recrutement sans concours d'adjoints administratifs des administrations de l'Etat au ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires Lire
À lire également
Olivier Mabille prend les rênes du Syrta
Olivier Mabille prend les rênes du Syrta
Le Syndicat du Retrait et du Traitement de l’Amiante et des autres polluants (Syrta) a élu le gérant de Fibra, Olivier Mabille, à la présidence de l'organisation.
Dossier | Risques industriels : quelles évolutions post-Lubrizol ?
Dossier | Risques industriels : quelles évolutions post-Lubrizol ?
Plus de deux ans après l’incendie de Lubrizol et de Normandie Logistique à Rouen, l’heure est au bilan. Cet accident technologique majeur a renforcé la réglementation sur la sécurité des sites industriels et entraîné des actions pour la promotion de la culture du risque et la résilience.
Dossier 2 | Métropole Rouen Normandie, gérer le risque à l’échelle du bassin de vie
Dossier 2 | Métropole Rouen Normandie, gérer le risque à l’échelle du bassin de vie
Abritant sur son territoire l’usine de Lubrizol et l’entrepôt de Normandie Logistique, la Métropole Rouen Normandie a fait les frais d’une alerte tardive qui a plongé sa population dans l’angoisse.
Dossier 1 | L’Ineris renforce son expertise sur l’urgence et le post-accidentel
Dossier 1 | L’Ineris renforce son expertise sur l’urgence et le post-accidentel
La cellule d’appui aux situations d’urgence de l’Ineris a été mobilisée dans le cadre de l’incendie de Rouen pour estimer la gravité du risque industriel et modéliser l’impact du panache de fumée. L’accident a également déclenché un travail pour faire évoluer certains outils et en créer de nouveaux.
Sintra ouvre son nouveau centre de recherche pour le traitement de l'air
Sintra ouvre son nouveau centre de recherche pour le traitement de l'air
Sintra, spécialiste des solutions de traitement de l’air, a inauguré son nouveau centre de recherche et de production à Suno en Italie. Pour un investissement de plus de 6 millions d’euros, ce site est spécialement conçu pour la recherche continue de systèmes innovants de traitement de l’air appliqués aux bâtiments à grand volume.
Tous les articles POLLUTIONS
En partenariat avec
Événements
PRODURABLE
13 Septembre 2022
Innopolis Expo 2022
20 Septembre 2022
Université de l'autoconsommation photovoltaïque
20 Septembre 2022
+ d'événements
Emploi
- Chargé d'exploitation H/F
- Alternance - Agent Exploitation Production H/F
- Homme / Femme de pied
- Acheteur Indirect F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.