Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Les sombres secrets de l’industrie de l’habillement

[Tribune] Les sombres secrets de l’industrie de l’habillement
Alejandra Pollak, membre du conseil d’administration d’IFAW et Directrice des opérations au New Standard Institute.
Par Alejandra Pollak, le 11 octobre 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le mois de la mode vient de se clôturer. Tous les regards se sont tournés début septembre vers le Met Gala de New York, la plus grande soirée du secteur de la mode chaque année. Mais si on regarde au-delà des projecteurs et des défilés de mode, on découvre une scène nettement moins glamour. Alejandra Pollak, membre du conseil d’administration du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) dévoile la face cachée de cette industrie. 

L’ensemble du monde de la mode, y compris les médias, les influenceurs et les designers, s’est rendu à New York pour lancer des tendances et, bien sûr, pour voir et être vu. Mais si on regarde au-delà des projecteurs et des défilés de mode, on découvre une scène nettement moins glamour. Une scène dans laquelle New York se reconstruit, se relève et fait face aux vies perdues à cause des inondations record déclenchées par l’ouragan Ida dans la région. Le Met Gala et la reconstruction après la tempête sont des événements très différents, mais ne vous y trompez pas : ils sont indéniablement liés.

Nous sommes tous témoins de plein fouet des ravages du changement climatique. Des saisons d’incendies plus chaudes et plus longues, une sécheresse extrême et des inondations sans précédent ont coûté d’innombrables vies et déplacé des milliers, voire des millions de personnes. IFAW et la communauté de la conservation dans son ensemble ne savent que trop bien que les animaux et la faune sauvage sont confrontés aux mêmes menaces liées au climat et qu’ils continuent de subir une mortalité, une perte d’habitat et une destruction généralisées qui menacent la persistance des espèces. Si tout cela vous indigne et vous terrifie, vous devez vous soucier des vêtements que vous portez et de l’industrie qui les fabrique.

La véritable industrie de l’habillement est loin du glamour dépeint dans les reportages sur les défilés de Paris, Londres, New York et Milan. Elle opère dans l’ombre, loin des yeux du consommateur occidental typique, et n’est presque jamais réglementée. Malgré ses efforts continus pour rester cachée, cette industrie a été révélée comme l’une des plus dommageables au monde pour l’environnement. De nombreuses études estiment que l’industrie de l’habillement est responsable de 4,0 à 8,1 % des émissions mondiales de carbone. Même selon des estimations prudentes, l’industrie de l’habillement est responsable de plus d’émissions de gaz à effet de serre que la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni réunis.

75 % de son empreinte carbone se retrouve dans la phase de production du tissu, principalement dominée par la Chine, un pays dont le réseau énergétique est fortement dépendant des combustibles fossiles. De plus, le polyester, la principale fibre dans nos vêtements, est dérivé du pétrole, un combustible fossile. Avec une production de près de 150 milliards de vêtements par an, il est facile de voir comment l’industrie de l’habillement est devenue un acteur majeur du changement climatique.

Pollution des eaux et microfibres

Les chiffres mesurant la pollution réelle de l’eau dans le monde par l’industrie de l’habillement sont rares. Pourtant, même en l’absence de données précises sur l’industrie, tout le monde s’accorde à dire que les engrais, les produits chimiques, les teintures et l’intensité extrême de l’utilisation de l’eau dans le traitement des textiles ont entraîné la pollution des rivières, de l’eau douce et des écosystèmes marins dans le monde entier. Ne cherchez pas plus loin que le Bangladesh, le deuxième plus grand pays exportateur de vêtements au monde. Dhaka, épicentre de l’industrie du vêtement, est située dans un réseau de rivières qui sont régulièrement teintées de la « couleur de la saison » par les eaux usées des usines. Trois de ces rivières ont été déclarées biologiquement mortes.

La pollution de l’eau peut être visible à l’œil nu, mais une crise invisible a un impact sur la vie et les écosystèmes marins : les microplastiques. Lorsque nous pensons à la pollution plastique, nous pensons aux pailles, aux sacs et aux bouteilles en plastique, mais la plupart du plastique que l’on trouve dans nos océans est constitué de minuscules fibres synthétiques invisibles à l’œil nu. Pas moins de 209.000 tonnes de microfibres synthétiques rejoignent l’environnement marin en une seule année, et une étude récente prévient qu’il y aura plus de plastique que de poissons dans nos océans d’ici 2050. Les microfibres qui se détachent de nos vêtements sont suffisamment petites pour passer au travers des filtres des machines à laver et des stations d’épuration des eaux usées. Elles rejoignent nos rivières, nos lacs et nos océans, où les poissons les ingèrent à tous les niveaux de la chaîne alimentaire. En effet, nous mangeons littéralement nos vêtements.

D’autres études sont nécessaires pour déterminer les effets exacts à long terme de l’ingestion de microfibres sur la santé des animaux marins (et sur nous). Les premières études indiquent toutefois qu’elles entraînent des complications digestives qui se traduisent par une croissance limitée et des problèmes de reproduction. 

C’est loin de l’objectif de la caméra que les vêtements meurent. La plupart de nos vêtements inutilisés finissent dans les décharges comme déchets textiles qui ne se décomposeront jamais. Le sort réservé aux vêtements donnés qui entrent sur le marché de l’occasion est plus complexe. Une étude menée par The OR Foundation révèle que seuls 10 à 20 % des vêtements collectés sont vendus dans les pays du Nord. L’excédent est expédié en balles et vendu sur les marchés des pays du Sud. Notre consommation accrue et l’élimination de vêtements de faible qualité ont submergé ces marchés et ont décimé les industries locales de l’habillement et de la fabrication. Sur le marché de Kantamanto au Ghana, 40 % des vêtements importés finissent dans des décharges, ce qui provoque une crise environnementale et de gestion des déchets.

Quelles alternatives durables ?

Nous savons désormais que nos vêtements sont nocifs pour la planète, ses habitants et ses animaux. Quelles sont les solutions ? Commençons par identifier ce qui n’est pas la solution : acheter auprès de marques qui se présentent comme durables. Ce n’est souvent rien d’autre que du marketing. Un système permettant de créer une demande pour de nouveaux produits durables sans modifier les modèles commerciaux fondamentaux. Flash info : votre t-shirt en polyester recyclé, même si vous vous sentez bien en l’achetant, ne sauve pas la planète. 

C’est une caractéristique de notre système économique capitaliste que de nous qualifier de « consommateurs » avant de nous qualifier de citoyens. La première question que me posent les consommateurs « conscients » nouvellement sensibilisés est la suivante : « Quelles sont les marques durables que je devrais envisager d’acheter ? ». En d’autres termes, « comment puis-je consommer plus durablement ? » plutôt que « comment puis-je consommer moins ? » et « que puis-je faire pour que mes marques préférées soient tenues responsables de leurs impacts ? ». L’idée que nous pouvons consommer « consciemment » pour atteindre un avenir plus durable et que le marché répondra comme par magie à notre consumérisme individuel en adoptant une conduite
commerciale plus responsable est un mythe.

Pour assurer la persistance de toutes les espèces animales, y compris des humains, nous devons renoncer à un état d’esprit individualiste et lancer un appel collectif à un changement dans l’industrie de l’habillement. En effet, l’ensemble de notre système économique mondial doit évoluer vers un modèle dans lequel les personnes, les animaux et la planète qu’ils habitent vivent ensemble. Faire plus d’achats, même si les marques prétendent être durables, ne nous permettra pas d’y arriver. La solution réside dans l’action collective et citoyenne.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Ré-homologation du glyphosate : des études scientifiques manquent à l'appel, dénonce Générations Futures
Ré-homologation du glyphosate : des études scientifiques manquent à l'appel, dénonce Générations Futures
L’Union européenne doit statuer en décembre 2022 sur la demande de ré-homologation du glyphosate déposée en 2020. Pendant ce processus d'examen l'EFSA et l'ECHA lanceront à compter de ce 24 septembre des consultations publiques sur ce dossier. Toutefois, Générations Futures dénonce ce système qui permet « à l’industrie de retirer une majorité d’études scientifiques indépendante du dossier qui sera évalué ».
L'ONG WWF révèle le véritable coût « caché » du plastique
L'ONG WWF révèle le véritable coût « caché » du plastique
Le coût économique et social du plastique serait 10 fois plus élevé que son coût de production. Sa gestion en 2019 aura coûté à la société près de 3.700 milliards de dollars, soit l’équivalent du PIB de l’Inde.
[Vidéo] Mobula 8 : Le bateau dépollueur
[Vidéo] Mobula 8 : Le bateau dépollueur
Bouteilles, microplastiques ou encore les hydrocarbures... rien ne résiste à la Mobula 8. Conçu par SeaCleaner en collaboration avec Efinor SeaCleaner, ce bateau a été créé pour dépolluer les eaux présentes dans les zones étroites et difficiles d’accès.
Valgo lève 35 millions d’euros auprès de Tikehau Capital
Valgo lève 35 millions d’euros auprès de Tikehau Capital
Le spécialiste de la remédiation et la revitalisation de friches et sites industriels, Valgo, ouvre son capital à Tikehau Capital, gestionnaire d'actifs alternatifs.
Le trou dans la couche d'ozone de l'hémisphère sud s'agrandit
Le trou dans la couche d'ozone de l'hémisphère sud s'agrandit
Le Service Copernicus pour la surveillance de l'atmosphère (CAMS) révèle que le trou d'ozone de 2021 s'est considérablement agrandi au cours de la dernière semaine et devient plus grand que 75 % des trous d'ozone formés à ce stade de la saison depuis 1979.
Plateforme mobile de bioremédiation et enrichissement des sols
Plateforme mobile de bioremédiation et enrichissement des sols
DND Biotech est spécialisée dans les technologies biosourcées pour la remédiation des sols pollués et le rétablissement de la fertilité des sols agricoles. RoboNova 2.0 représente l’évolution du projet RoboNova, qu’elle mène depuis plusieurs années.
[Avis d'expert] Qualité d’air intérieur : concilier efficacité énergétique et santé des occupants
[Avis d'expert] Qualité d’air intérieur : concilier efficacité énergétique et santé des occupants
Cette rentrée, le ministère de l’Éducation nationale impose un protocole sanitaire dans les établissements scolaires avec notamment l’aération et la ventilation des locaux. Clément Metzger, directeur Energie à Advizeo by Setec, nous livre son expertise sur la mesure de la qualité de l'air intérieur à l’aide de capteurs.
Tous les articles POLLUTIONS
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.