Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines

POLLUTIONS
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Les sombres secrets de l’industrie de l’habillement

[Tribune] Les sombres secrets de l’industrie de l’habillement
Alejandra Pollak, membre du conseil d’administration d’IFAW et Directrice des opérations au New Standard Institute.
Par Alejandra Pollak, le 11 octobre 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le mois de la mode vient de se clôturer. Tous les regards se sont tournés début septembre vers le Met Gala de New York, la plus grande soirée du secteur de la mode chaque année. Mais si on regarde au-delà des projecteurs et des défilés de mode, on découvre une scène nettement moins glamour. Alejandra Pollak, membre du conseil d’administration du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) dévoile la face cachée de cette industrie. 

L’ensemble du monde de la mode, y compris les médias, les influenceurs et les designers, s’est rendu à New York pour lancer des tendances et, bien sûr, pour voir et être vu. Mais si on regarde au-delà des projecteurs et des défilés de mode, on découvre une scène nettement moins glamour. Une scène dans laquelle New York se reconstruit, se relève et fait face aux vies perdues à cause des inondations record déclenchées par l’ouragan Ida dans la région. Le Met Gala et la reconstruction après la tempête sont des événements très différents, mais ne vous y trompez pas : ils sont indéniablement liés.

Nous sommes tous témoins de plein fouet des ravages du changement climatique. Des saisons d’incendies plus chaudes et plus longues, une sécheresse extrême et des inondations sans précédent ont coûté d’innombrables vies et déplacé des milliers, voire des millions de personnes. IFAW et la communauté de la conservation dans son ensemble ne savent que trop bien que les animaux et la faune sauvage sont confrontés aux mêmes menaces liées au climat et qu’ils continuent de subir une mortalité, une perte d’habitat et une destruction généralisées qui menacent la persistance des espèces. Si tout cela vous indigne et vous terrifie, vous devez vous soucier des vêtements que vous portez et de l’industrie qui les fabrique.

La véritable industrie de l’habillement est loin du glamour dépeint dans les reportages sur les défilés de Paris, Londres, New York et Milan. Elle opère dans l’ombre, loin des yeux du consommateur occidental typique, et n’est presque jamais réglementée. Malgré ses efforts continus pour rester cachée, cette industrie a été révélée comme l’une des plus dommageables au monde pour l’environnement. De nombreuses études estiment que l’industrie de l’habillement est responsable de 4,0 à 8,1 % des émissions mondiales de carbone. Même selon des estimations prudentes, l’industrie de l’habillement est responsable de plus d’émissions de gaz à effet de serre que la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni réunis.

75 % de son empreinte carbone se retrouve dans la phase de production du tissu, principalement dominée par la Chine, un pays dont le réseau énergétique est fortement dépendant des combustibles fossiles. De plus, le polyester, la principale fibre dans nos vêtements, est dérivé du pétrole, un combustible fossile. Avec une production de près de 150 milliards de vêtements par an, il est facile de voir comment l’industrie de l’habillement est devenue un acteur majeur du changement climatique.

Pollution des eaux et microfibres

Les chiffres mesurant la pollution réelle de l’eau dans le monde par l’industrie de l’habillement sont rares. Pourtant, même en l’absence de données précises sur l’industrie, tout le monde s’accorde à dire que les engrais, les produits chimiques, les teintures et l’intensité extrême de l’utilisation de l’eau dans le traitement des textiles ont entraîné la pollution des rivières, de l’eau douce et des écosystèmes marins dans le monde entier. Ne cherchez pas plus loin que le Bangladesh, le deuxième plus grand pays exportateur de vêtements au monde. Dhaka, épicentre de l’industrie du vêtement, est située dans un réseau de rivières qui sont régulièrement teintées de la « couleur de la saison » par les eaux usées des usines. Trois de ces rivières ont été déclarées biologiquement mortes.

La pollution de l’eau peut être visible à l’œil nu, mais une crise invisible a un impact sur la vie et les écosystèmes marins : les microplastiques. Lorsque nous pensons à la pollution plastique, nous pensons aux pailles, aux sacs et aux bouteilles en plastique, mais la plupart du plastique que l’on trouve dans nos océans est constitué de minuscules fibres synthétiques invisibles à l’œil nu. Pas moins de 209.000 tonnes de microfibres synthétiques rejoignent l’environnement marin en une seule année, et une étude récente prévient qu’il y aura plus de plastique que de poissons dans nos océans d’ici 2050. Les microfibres qui se détachent de nos vêtements sont suffisamment petites pour passer au travers des filtres des machines à laver et des stations d’épuration des eaux usées. Elles rejoignent nos rivières, nos lacs et nos océans, où les poissons les ingèrent à tous les niveaux de la chaîne alimentaire. En effet, nous mangeons littéralement nos vêtements.

D’autres études sont nécessaires pour déterminer les effets exacts à long terme de l’ingestion de microfibres sur la santé des animaux marins (et sur nous). Les premières études indiquent toutefois qu’elles entraînent des complications digestives qui se traduisent par une croissance limitée et des problèmes de reproduction. 

C’est loin de l’objectif de la caméra que les vêtements meurent. La plupart de nos vêtements inutilisés finissent dans les décharges comme déchets textiles qui ne se décomposeront jamais. Le sort réservé aux vêtements donnés qui entrent sur le marché de l’occasion est plus complexe. Une étude menée par The OR Foundation révèle que seuls 10 à 20 % des vêtements collectés sont vendus dans les pays du Nord. L’excédent est expédié en balles et vendu sur les marchés des pays du Sud. Notre consommation accrue et l’élimination de vêtements de faible qualité ont submergé ces marchés et ont décimé les industries locales de l’habillement et de la fabrication. Sur le marché de Kantamanto au Ghana, 40 % des vêtements importés finissent dans des décharges, ce qui provoque une crise environnementale et de gestion des déchets.

Quelles alternatives durables ?

Nous savons désormais que nos vêtements sont nocifs pour la planète, ses habitants et ses animaux. Quelles sont les solutions ? Commençons par identifier ce qui n’est pas la solution : acheter auprès de marques qui se présentent comme durables. Ce n’est souvent rien d’autre que du marketing. Un système permettant de créer une demande pour de nouveaux produits durables sans modifier les modèles commerciaux fondamentaux. Flash info : votre t-shirt en polyester recyclé, même si vous vous sentez bien en l’achetant, ne sauve pas la planète. 

C’est une caractéristique de notre système économique capitaliste que de nous qualifier de « consommateurs » avant de nous qualifier de citoyens. La première question que me posent les consommateurs « conscients » nouvellement sensibilisés est la suivante : « Quelles sont les marques durables que je devrais envisager d’acheter ? ». En d’autres termes, « comment puis-je consommer plus durablement ? » plutôt que « comment puis-je consommer moins ? » et « que puis-je faire pour que mes marques préférées soient tenues responsables de leurs impacts ? ». L’idée que nous pouvons consommer « consciemment » pour atteindre un avenir plus durable et que le marché répondra comme par magie à notre consumérisme individuel en adoptant une conduite
commerciale plus responsable est un mythe.

Pour assurer la persistance de toutes les espèces animales, y compris des humains, nous devons renoncer à un état d’esprit individualiste et lancer un appel collectif à un changement dans l’industrie de l’habillement. En effet, l’ensemble de notre système économique mondial doit évoluer vers un modèle dans lequel les personnes, les animaux et la planète qu’ils habitent vivent ensemble. Faire plus d’achats, même si les marques prétendent être durables, ne nous permettra pas d’y arriver. La solution réside dans l’action collective et citoyenne.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Le bus amphibie se jette à l'eau
Dernier numéro
N° 1793
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
Actu réglementaire
Ordonnance n° 2022-43 du 20 janvier 2022 relative à l'organisation du réseau des chambres d'agriculture à l'échelle régionale Lire
Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2022-43 du 20 janvier 2022 relative à l'organisation du réseau des chambres d'agriculture à l'échelle régionale Lire
Décret du 17 janvier 2022 portant classement, parmi les sites du département des Alpes-de-Haute-Provence, du site de l'éperon de Lurs (commune de Lurs) Lire
Arrêté du 14 janvier 2022 modifiant l'arrêté du 26 décembre 2016 fixant les modalités d'application du complément de la part liée aux fonctions en application de l'article 7 du décret n° 2016-1869 du 26 décembre 2016 fixant le régime indemnitaire applicable aux corps techniques de la direction générale de l'aviation civile Lire
Décret n° 2022-33 du 14 janvier 2022 modifiant le décret n° 2016-1869 du 26 décembre 2016 fixant le régime indemnitaire applicable aux corps techniques de la direction générale de l'aviation civile Lire
Arrêté du 13 janvier 2022 modifiant l'arrêté du 10 décembre 2021 fixant un contingent exprimé en puissance et en jauge pour la réservation de capacités aux fins de délivrance de permis de mise en exploitation de navires de pêche au mois de décembre 2021 Lire
Arrêté du 10 janvier 2022 relatif à l'appel aux services d'élèves des écoles vétérinaires françaises remplissant les conditions prévues à l'article L. 241-6 pour lutter contre l'influenza aviaire hautement pathogène Lire
Décision du 6 janvier 2022 portant délégation de signature (direction générale des infrastructures, des transports et de la mer) Lire
Décision du 6 janvier 2022 portant délégation de signature Lire
Décret n° 2022-8 du 5 janvier 2022 relatif au résultat minimal de performance environnementale concernant l'installation d'un équipement de chauffage ou de production d'eau chaude sanitaire dans un bâtiment Lire
Décret n° 2022-2 du 4 janvier 2022 relatif aux situations permettant de déroger à l'interdiction d'acquisition par l'Etat de produits en plastique à usage unique Lire
Décret n° 2022-1 du 3 janvier 2022 fixant, en application du cinquième alinéa de l'article L. 130-9 du code de la route, la procédure d'expérimentation de la constatation des niveaux d'émissions sonores des véhicules en mouvement par des appareils de contrôle automatique fixes et mobiles et modifiant le code de la route Lire
Décret n° 2021-1942 du 31 décembre 2021 modifiant le décret n° 2013-611 du 10 juillet 2013 relatif à la réglementation applicable aux îles artificielles, aux installations, aux ouvrages et à leurs installations connexes sur le plateau continental et dans la zone économique exclusive et la zone de protection écologique ainsi qu'au tracé des câbles et pipelines sous-marins Lire
Décret n° 2021-1941 du 31 décembre 2021 relatif à la responsabilité élargie des producteurs pour les produits et les matériaux de construction du secteur du bâtiment Lire
Décret n° 2021-1906 du 30 décembre 2021 modifiant le décret n° 2020-1651 du 22 décembre 2020 relatif au label national « anti-gaspillage alimentaire » en application de l'article L. 541-15-6-1-1 du code de l'environnement Lire
Décret n° 2021-1905 du 30 décembre 2021 pris en application de l'ordonnance n° 2021-1325 du 13 octobre 2021 réformant l'évaluation des biotechnologies et simplifiant la procédure applicable aux utilisations confinées d'organismes génétiquement modifiés présentant un risque nul ou négligeable Lire
Décret n° 2021-1904 du 30 décembre 2021 portant diverses dispositions d'adaptation relatives à la responsabilité élargie des producteurs Lire
Décret n° 2021-1903 du 30 décembre 2021 pris pour l'application de l'ordonnance n° 2021-235 du 3 mars 2021 relative à la durabilité des bioénergies Lire
Décret n° 2021-1902 du 29 décembre 2021 relatif à la sécurité des ouvrages hydrauliques autorisés, déclarés ou concédés en application du code de l'environnement ou du code de l'énergie Lire
Arrêté du 28 décembre 2021 portant agrément d'un éco-organisme de la filière à responsabilité élargie des producteurs des contenus et contenants des produits chimiques pouvant présenter un risque significatif pour la santé et l'environnement mentionnés au 7° de l'article L. 541-10-1 du code de l'environnement Lire
À lire également
Colas Environnement, partenaire du projet de dépollution des eaux souterraines PROMISCES
Colas Environnement, partenaire du projet de dépollution des eaux souterraines PROMISCES
En rejoignant le consortium interdisciplinaire PROMISCES, Colas Environnement concentrera ses actions dans l’élimination des polluants perfluorés présents dans les sols et les eaux souterraines.
Tout savoir sur : la cessation d'activité des ICPE
Tout savoir sur : la cessation d'activité des ICPE
En application de la loi d'accélération et de simplification de l'action publique (Asap), un décret relatif à la cessation d'activité des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) entrera en vigueur en juin 2022. Quelles en seront les incidences ? Éléments de réponse avec Carine Le Roy-Gleizes, associée Foley Hoag, spécialisée en Droit de l’environnement.
Navire de dépollution 100 % électrique
Navire de dépollution 100 % électrique
Efinor Sea Cleaner est spécialisé dans la conception, fabrication et commercialisation de navires multi-services de dépollution capables de récupérer tout type de déchets (solides ou liquides) grâce à une technologie double flux brevetée.
[Enquête] Éclairage public : Modernisation doit rimer avec modération
[Enquête] Éclairage public : Modernisation doit rimer avec modération
Économie d’électricité ou sobriété lumineuse ? La première optique l’emporte chez les communes, qui convertissent leur parc aux diodes électroluminescentes (Leds), dont l’efficacité énergétique éclipse les anciens matériels. Mais les adeptes de la réduction de l’éclairage artificiel, au bénéfice du vivant, ne font plus figure d’illuminés.
Vers une zone de contrôle pour prévenir la pollution des navires en Méditerranée
Vers une zone de contrôle pour prévenir la pollution des navires en Méditerranée
« Une décision inédite ! » Après cinq années de travail, le ministère de la Mer annonce qu'un accord a été trouvé autour de la zone de contrôle des émissions d'oxydes de soufre (SECA) pour la Méditerranée. Cette zone contribuerait à réduire de 95 % les oxydes de soufre.
Les textes révisant les zones de non-traitement, mis en consultation publique
Les textes révisant les zones de non-traitement, mis en consultation publique
Le gouvernement met en consultation publique du 21 décembre et jusqu’au 11 janvier, un projet de décret et un projet d’arrêté adaptant le dispositif des zones de non-traitement par des produits phytopharmaceutiques (ZNT).
[Dossier/1] Un budget « bruit » pour le nouveau PPBE de la Métropole européenne de Lille
[Dossier/1] Un budget « bruit » pour le nouveau PPBE de la Métropole européenne de Lille
Le second plan de prévention du bruit dans l’environnement métropolitain approuvé par les élus cet hiver sera doté d’un budget spécifique pour financer d’ici à 2025 les actions prioritaires de résorption des points noirs de bruit de la collectivité.
Tous les articles POLLUTIONS
En partenariat avec
Événements
RailTech Europe 2022
8 Mars 2022
Talents For The Planet
11 Mars 2022
AUTONOMY PARIS
16 Mars 2022
+ d'événements
Emploi
- Responsable de Centre de Tri Déchets H/F
- Alternance - Assistant(e) Manager H/F
- Chargé(e) d'affaires BTP en génie climatique et énergétique
- Coordinateur(trice) Régional(e) Région Centre Val de Loire F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.